Test Devil’s Crush

Oh un jeu de flipper ! Bien que très courant dans les années 90, le genre a disparu depuis quelques années. Devil’s Crush est l’un d’entre eux, et c’est même l’un des jeux les plus amusants grâce à une originalité bien fondée. Développé par Naxat pour PC Engine en 1990, ce jeu atypique a plus d’une astuce pour garder même les joueurs les plus purs et durs du genre.

Devil’s Crush est la suite d’Alien Crush du même développeur, également sorti sur PC Engine il y a un an. A l’époque, le jeu de flipper créait une ambiance particulière et introduisait différents niveaux bonus où il fallait affronter différents boss pour obtenir le plus de points possible. La suite adopte certes ce principe, mais a été grandement améliorée pour apporter plus de fun et de variété à un genre encore très limité sur le papier. Prouvez qu’avec un peu d’imagination et d’audace, même les concepts les plus anciens peuvent être véritablement transformés.

Dès l’écran titre, la première chose qui frappe est l’atmosphère créée par Natax. Fini le thème extraterrestre de l’épisode précédent, remplacé par un univers gothique médiéval rempli de crânes, de monstres divers, de dragons, de soldats squelettes, de mages noirs et d’autres divertissements geek. Cependant, ce design un peu lugubre donne au jeu sa vraie personnalité. De plus, les graphismes de l’époque étaient excellents et les différentes combinaisons bénéficiaient d’une attention évidente aux détails qui apportaient plus de crédibilité aux mondes fantastiques de ces tables de flipper. Une autre ingéniosité de ce dernier est la disposition de quelques bumpers ou kicks, voire aucun, petits éléments qui permettent à la balle de rebondir presque n’importe où, a priori indissociable du genre. Ici, ils sont remplacés par divers monstres ou petits soldats, parcourant la scène et les faisant vraiment prendre vie. Les détruire vous rapportera bien sûr des points, mais pas seulement, c’est une autre ingéniosité de cette application.

A ce titre, cette suite reprend les meilleures idées de son prédécesseur Alien Crush, et réintègre bien sûr le système de niveau de récompense en l’améliorant drastiquement. Etant donné que le premier épisode ne proposait que deux cours, ici nous aurons droit à 6 cours supplémentaires. Pour y accéder, vous devez remplir certaines conditions, comme toucher la tête du dragon un certain nombre de fois. Ensuite, il finira par ouvrir sa valve et vous pourrez y jeter vos billes pour y accéder. Ces mini-défis se déroulent sur une toute nouvelle table, et le but est d’éliminer les monstres qui apparaissent à l’écran, certains ressemblant beaucoup à des boss. Si vous atteignez vos objectifs, vous gagnerez pas mal de points (généralement des millions). Tout ce que vous avez à faire est d’essayer de vous en remettre sans laisser tomber votre balle dans le trou entre les flips.

Devil’s Crush est avant tout un jeu de flipper, et bien qu’il propose quelques fonctionnalités originales, la jouabilité reste classique : deux boutons pour guider le retournement, et le dernier bouton pour secouer légèrement la table au cas où votre bille coince ou que vous vouliez qu’elle changer de cap. La balle bénéficie d’une physique acceptable et assez réaliste, mais peut réagir étrangement dans de rares circonstances trop rares pour punir le jeu à ce niveau. Pour éviter la fatigue, Natax propose trois tables différentes empilées verticalement, chacune avec son propre design et ses propres fonctionnalités (monstres, niveaux bonus, etc.), le but est d’éviter au maximum de s’asseoir sur la table du bas, qui est le seul moyen de perdre placer votre balle. Cependant, il faut savoir qu’en tuant certains monstres, une protection peut être mise en place pour boucher l’un des trois trous où la balle pourrait tomber, vous permettant d’échapper plusieurs fois à des dénouements intempestifs.

Un petit mot sur les aspects sonores du titre : Lors de nos pérégrinations autour des trois tables du jeu, un seul thème intervenait. Heureusement, la mélodie de ce morceau de musique est très efficace et suffisamment longue pour éviter toute fatigue. Les niveaux bonus bénéficient de leur propre musique, qui ne sonne pas désagréable, mais n’atteint pas la très bonne qualité de la piste principale. Les effets sonores sont si bons, c’est comme regarder un vrai flipper ! Inutile de dire que les effets sonores font un excellent travail pour renforcer l’ambiance gothique du jeu, et en ce qui concerne la longévité, cela varie selon le type de joueur. Car même si l’intégration d’étapes bonus et de monstres de table brise la monotonie du jeu de flipper habituel, Devil’s Crush reste une pièce maîtresse. Mais pour ceux qui s’en tiennent à leurs principes, de nombreuses heures de bonheur les attendent. Varié, amusant et offrant un environnement visuel et sonore haut de gamme, ce jeu est parfait pour les fans de high score qui passent de longues nuits à toujours remettre l’appel au sommeil juste assez pour jouer un peu plus. A noter que la septième étape, introduisant le dernier boss du jeu, se débloquera après avoir atteint le score le plus élevé (soit 999 999 999 points). Un défi que vous ne relèverez certainement jamais sans tricher !

En résumé !

Test Devil’s Crush

Oh un jeu de flipper ! Bien que très courant dans les années 90, le genre a disparu depuis quelques années. Devil's Crush est l'un d'entre eux, et c'est même l'un des jeux les plus amusants grâce à une originalité bien fondée. Développé par Naxat pour PC Engine en 1990, ce jeu atypique a plus d'une astuce pour garder même les joueurs les plus purs et durs du genre. Devil's Crush est la suite d'Alien Crush du même développeur, également sorti sur PC Engine il y a un an. A l'époque, le jeu de flipper créait une ambiance particulière et introduisait différents niveaux bonus où il fallait affronter différents boss pour obtenir le plus de points possible. La suite adopte certes ce principe, mais a été grandement améliorée pour apporter plus de fun et de variété à un genre encore très limité sur le papier. Prouvez qu'avec un peu d'imagination et d'audace, même les concepts les plus anciens peuvent être véritablement transformés. Dès l'écran titre, la première chose qui frappe est l'atmosphère créée par Natax. Fini le thème extraterrestre de l'épisode précédent, remplacé par un univers gothique médiéval rempli de crânes, de monstres divers, de dragons, de soldats squelettes, de mages noirs et d'autres divertissements geek. Cependant, ce design un peu lugubre donne au jeu sa vraie personnalité. De plus, les graphismes de l'époque étaient excellents et les différentes combinaisons bénéficiaient d'une attention évidente aux détails qui apportaient plus de crédibilité aux mondes fantastiques de ces tables de flipper. Une autre ingéniosité de ce dernier est la disposition de quelques bumpers ou kicks, voire aucun, petits éléments qui permettent à la balle de rebondir presque n'importe où, a priori indissociable du genre. Ici, ils sont remplacés par divers monstres ou petits soldats, parcourant la scène et les faisant vraiment prendre vie. Les détruire vous rapportera bien sûr des points, mais pas seulement, c'est une autre ingéniosité de cette application. A ce titre, cette suite reprend les meilleures idées de son prédécesseur Alien Crush, et réintègre bien sûr le système de niveau de récompense en l'améliorant drastiquement. Etant donné que le premier épisode ne proposait que deux cours, ici nous aurons droit à 6 cours supplémentaires. Pour y accéder, vous devez remplir certaines conditions, comme toucher la tête du dragon un certain nombre de fois. Ensuite, il finira par ouvrir sa valve et vous pourrez y jeter vos billes pour y accéder. Ces mini-défis se déroulent sur une toute nouvelle table, et le but est d'éliminer les monstres qui apparaissent à l'écran, certains ressemblant beaucoup à des boss. Si vous atteignez vos objectifs, vous gagnerez pas mal de points (généralement des millions). Tout ce que vous avez à faire est d'essayer de vous en remettre sans laisser tomber votre balle dans le trou entre les flips. Devil's Crush est avant tout un jeu de flipper, et bien qu'il propose quelques fonctionnalités originales, la jouabilité reste classique : deux boutons pour guider le retournement, et le dernier bouton pour secouer légèrement la table au cas où votre bille coince ou que vous vouliez qu'elle changer de cap. La balle bénéficie d'une physique acceptable et assez réaliste, mais peut réagir étrangement dans de rares circonstances trop rares pour punir le jeu à ce niveau. Pour éviter la fatigue, Natax propose trois tables différentes empilées verticalement, chacune avec son propre design et ses propres fonctionnalités (monstres, niveaux bonus, etc.), le but est d'éviter au maximum de s'asseoir sur la table du bas, qui est le seul moyen de perdre placer votre balle. Cependant, il faut savoir qu'en tuant certains monstres, une protection peut être mise en place pour boucher l'un des trois trous où la balle pourrait tomber, vous permettant d'échapper plusieurs fois à des dénouements intempestifs. Un petit mot sur les aspects sonores du titre : Lors de nos pérégrinations autour des trois tables du jeu, un seul thème intervenait. Heureusement, la mélodie de ce morceau de musique est très efficace et suffisamment longue pour éviter toute fatigue. Les niveaux bonus bénéficient de leur propre musique, qui ne sonne pas désagréable, mais n'atteint pas la très bonne qualité de la piste principale. Les effets sonores sont si bons, c'est comme regarder un vrai flipper ! Inutile de dire que les effets sonores font un excellent travail pour renforcer l'ambiance gothique du jeu, et en ce qui concerne la longévité, cela varie selon le type de joueur. Car même si l'intégration d'étapes bonus et de monstres de table brise la monotonie du jeu de flipper habituel, Devil's Crush reste une pièce maîtresse. Mais pour ceux qui s'en tiennent à leurs principes, de nombreuses heures de bonheur les attendent. Varié, amusant et offrant un environnement visuel et sonore haut de gamme, ce jeu est parfait pour les fans de high score qui passent de longues nuits à toujours remettre l'appel au sommeil juste assez pour jouer un peu plus. A noter que la septième étape, introduisant le dernier boss du jeu, se débloquera après avoir atteint le score le plus élevé (soit 999 999 999 points). Un défi que vous ne relèverez certainement jamais sans tricher !
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!