Test Dino Crisis 2

Comme pour l’horreur de survie, Dino Crisis a été un franc succès avec son premier titre, recevant des critiques élogieuses de la part de nombreux fans de Resident Evil. Pour faire de sa suite un si grand succès, Capcom a décidé de changer fondamentalement les principes du jeu, faisant de Dino Crisis 2 un jeu résolument tourné vers l’action. Choix pas si audacieux, mais sûr de diviser les fans.

Un an après l’arrestation du professeur Kirk, suite à ses mystérieuses recherches sur les Trois Énergies, le gouvernement décide de poursuivre ses expériences sans le savoir, dans le but de faire des découvertes révolutionnaires. Mais le projet ne s’est pas déroulé comme prévu et aucune précaution n’a été prise lors de l’expérience, ce qui a conduit à un accident aux conséquences catastrophiques. Les habitants de la région se retrouvent projetés dans un monde parallèle peuplé de créatures préhistoriques dotées d’une intelligence artificielle surdéveloppée. Le gouvernement décide alors d’envoyer une équipe d’élite sous la supervision de la belle Regina (aujourd’hui experte en dinosaures) pour récupérer les survivants et clarifier l’affaire entourée de mystère. Mais une fois sur le continent hostile, l’expédition vire au cauchemar. Les membres de l’équipe ont été éliminés un par un, les quelques survivants échappant de justesse au T-Rex en amputé d’un œil. C’est là que vous entrez en jeu, menant Regina puis Dylan, tous deux surarmés mais totalement seuls dans l’univers impitoyable de Dino Crisis 2.

En plus du célèbre Dinosaur Killer du premier ouvrage, vous serez probablement même obligé d’encadrer Dylan, l’illustre membre de T.R.A.T. Même si les différences ne sautent pas aux yeux, nos deux héros disposent tout de même d’armes secondaires complètement différentes qui leur permettent de se rendre à des endroits différents, ce qui apporte alors une certaine variété dans la hiérarchie de la scène. Même si la réalisation relève plus de l’action démesurée que du survival-horror, la mise en scène est excellente, et même si l’action n’est pas aussi effrayante que le premier volet, on est systématiquement frissonné par les hordes de monstres . Tout comme les zombies dans RE3, les Cyclopes apparaîtront régulièrement tout au long du jeu avec un grondement effrayant. Sur certains écrans, les contrôleurs ont même vibré pour simuler les pas du T. rex que nous avons vu en arrière-plan, et le ptérodactyle a même plané au-dessus de votre tête en mouvement que nous avons pu voir. Croyez être vrai. L’IA des dinosaures est également parfaitement optimisée dans ce titre, les créatures peuvent venir de n’importe quel côté de l’écran, et vous vous en sortez rarement car elles vous suivent d’écran en écran. Heureusement, le jeu est très pratique et le système de visée automatique assure un rythme régulier et une action ultra-rapide.

Donc l’ambiance est là, Regina évoque inévitablement un certain personnage de Sygourney Weaver en tant que survivante, se préparant au danger, gardant ses distances avec le reste de l’équipe, et Dylan étant sûre d’elle mais aussi très courageuse. Par rapport au premier volet, les énigmes sont beaucoup plus simples et vous ne serez jamais bloqué car les objectifs clignoteront systématiquement sur la carte. L’aspect rythmique du titre bénéficie d’un système de combo et de compteur, ce qui fait de la chasse aux dinosaures une nécessité, car plus vous faites de victimes, plus vous pouvez acheter de fournitures. Avec la disparition du combo medkit, la gestion des stocks est grandement simplifiée, et le choix des scènes 2D permet des graphismes plus détaillés. Conscients de l’aspect répétitif du jeu, les programmeurs ont intégré des scènes de tir lors de déplacements en bateau, avec une interface similaire à Time Crisis. Certains niveaux se déroulent également sous l’eau, avec des effets de distorsion d’écran pour simuler la visualisation sous-marine. Certaines séquences sont même humoristiques, notamment lorsque vous devez chasser un compsognatus dans le labo pour récupérer la carte qu’il vous a volée. Mais contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, l’astuce ici sera plus sage que la dure, car le seul moyen de récupérer la propriété est de plier le voleur dans un système de trappe qui l’enferme dans une cage.

A ce titre, Dino Crisis 2 pourra surprendre et même décevoir les fans du premier titre avec ses aspects un peu lancinants et son extrême répétitivité. Reste qu’on ne peut qu’applaudir la qualité de la production, avec de très bonnes cinématiques, de superbes graphismes, des animations de créatures époustouflantes et un paysage sonore déprimant. Quiconque a critiqué le premier Dino Crisis pour être trop difficile et manquer d’action sera satisfait cette fois-ci par ce logiciel amusant, mais peut-être un peu court.

En résumé !

Test Dino Crisis 2

Comme pour l'horreur de survie, Dino Crisis a été un franc succès avec son premier titre, recevant des critiques élogieuses de la part de nombreux fans de Resident Evil. Pour faire de sa suite un si grand succès, Capcom a décidé de changer fondamentalement les principes du jeu, faisant de Dino Crisis 2 un jeu résolument tourné vers l'action. Choix pas si audacieux, mais sûr de diviser les fans. Un an après l'arrestation du professeur Kirk, suite à ses mystérieuses recherches sur les Trois Énergies, le gouvernement décide de poursuivre ses expériences sans le savoir, dans le but de faire des découvertes révolutionnaires. Mais le projet ne s'est pas déroulé comme prévu et aucune précaution n'a été prise lors de l'expérience, ce qui a conduit à un accident aux conséquences catastrophiques. Les habitants de la région se retrouvent projetés dans un monde parallèle peuplé de créatures préhistoriques dotées d'une intelligence artificielle surdéveloppée. Le gouvernement décide alors d'envoyer une équipe d'élite sous la supervision de la belle Regina (aujourd'hui experte en dinosaures) pour récupérer les survivants et clarifier l'affaire entourée de mystère. Mais une fois sur le continent hostile, l'expédition vire au cauchemar. Les membres de l'équipe ont été éliminés un par un, les quelques survivants échappant de justesse au T-Rex en amputé d'un œil. C'est là que vous entrez en jeu, menant Regina puis Dylan, tous deux surarmés mais totalement seuls dans l'univers impitoyable de Dino Crisis 2. En plus du célèbre Dinosaur Killer du premier ouvrage, vous serez probablement même obligé d'encadrer Dylan, l'illustre membre de T.R.A.T. Même si les différences ne sautent pas aux yeux, nos deux héros disposent tout de même d'armes secondaires complètement différentes qui leur permettent de se rendre à des endroits différents, ce qui apporte alors une certaine variété dans la hiérarchie de la scène. Même si la réalisation relève plus de l'action démesurée que du survival-horror, la mise en scène est excellente, et même si l'action n'est pas aussi effrayante que le premier volet, on est systématiquement frissonné par les hordes de monstres . Tout comme les zombies dans RE3, les Cyclopes apparaîtront régulièrement tout au long du jeu avec un grondement effrayant. Sur certains écrans, les contrôleurs ont même vibré pour simuler les pas du T. rex que nous avons vu en arrière-plan, et le ptérodactyle a même plané au-dessus de votre tête en mouvement que nous avons pu voir. Croyez être vrai. L'IA des dinosaures est également parfaitement optimisée dans ce titre, les créatures peuvent venir de n'importe quel côté de l'écran, et vous vous en sortez rarement car elles vous suivent d'écran en écran. Heureusement, le jeu est très pratique et le système de visée automatique assure un rythme régulier et une action ultra-rapide. Donc l'ambiance est là, Regina évoque inévitablement un certain personnage de Sygourney Weaver en tant que survivante, se préparant au danger, gardant ses distances avec le reste de l'équipe, et Dylan étant sûre d'elle mais aussi très courageuse. Par rapport au premier volet, les énigmes sont beaucoup plus simples et vous ne serez jamais bloqué car les objectifs clignoteront systématiquement sur la carte. L'aspect rythmique du titre bénéficie d'un système de combo et de compteur, ce qui fait de la chasse aux dinosaures une nécessité, car plus vous faites de victimes, plus vous pouvez acheter de fournitures. Avec la disparition du combo medkit, la gestion des stocks est grandement simplifiée, et le choix des scènes 2D permet des graphismes plus détaillés. Conscients de l'aspect répétitif du jeu, les programmeurs ont intégré des scènes de tir lors de déplacements en bateau, avec une interface similaire à Time Crisis. Certains niveaux se déroulent également sous l'eau, avec des effets de distorsion d'écran pour simuler la visualisation sous-marine. Certaines séquences sont même humoristiques, notamment lorsque vous devez chasser un compsognatus dans le labo pour récupérer la carte qu'il vous a volée. Mais contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, l'astuce ici sera plus sage que la dure, car le seul moyen de récupérer la propriété est de plier le voleur dans un système de trappe qui l'enferme dans une cage. A ce titre, Dino Crisis 2 pourra surprendre et même décevoir les fans du premier titre avec ses aspects un peu lancinants et son extrême répétitivité. Reste qu'on ne peut qu'applaudir la qualité de la production, avec de très bonnes cinématiques, de superbes graphismes, des animations de créatures époustouflantes et un paysage sonore déprimant. Quiconque a critiqué le premier Dino Crisis pour être trop difficile et manquer d'action sera satisfait cette fois-ci par ce logiciel amusant, mais peut-être un peu court.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!