Test Disciples : Sacred Lands

À proprement parler, ce n’est pas nouveau, car Disciple: Holy Land a finalement fait son chemin dans notre pays après avoir été publié aux États-Unis pendant un certain temps. Un titre intrigant est susceptible de plaire aux fans de jeux de stratégie au tour par tour s’il livre une réalisation qui commence inévitablement à dater…

Le Disciple nous invite donc à nous plonger dans une atmosphère d’heroic fantasy. Le titre mêle stratégie au tour par tour et éléments RPG en proposant d’incarner 4 races ennemies distinctes et meurtrières. Par conséquent, pour conquérir le royaume, il est nécessaire de se battre avec différents types d’unités, des guerriers aux magiciens en passant par les maîtres de guilde. Le joueur doit progresser sur la carte, à travers des fortifications ou des villages adverses, pour augmenter sa richesse en accumulant au pouvoir de la guerre, les diverses ressources disséminées sur la carte. Ces unités bénéficient d’un système d’expérience qui les rendra de plus en plus fortes au fil de la bataille, et peuvent également utiliser différents objets ou potions pour modifier leurs traits.

Ainsi, en pratique, on choisit d’abord l’unité de tête à laquelle on va attribuer le commandement d’un groupe. Vous pouvez choisir votre chef parmi des éclaireurs, des guerriers ou des mages, qui à leur tour peuvent être accompagnés d’unités de tir à longue portée, de guerriers ou de démolisseurs frénétiques, les guerriers soutenant leurs plus tenaces. A ce titre, l’interface propose une vue isométrique de la carte, et la résolution des combats se fera également au tour par tour, mais dans un mode de combat particulier. Concrètement, on fait nos petites affaires de notre côté, on attaque ou non l’adversaire, on crée des unités ou on développe notre château, puis on signale la fin du tour, et l’adversaire fait de même. En revanche, les batailles se jouent directement sans attendre la fin du tour. A chaque étape du jeu, un sort spécial peut être déclenché si le joueur a déjà développé la compétence. Bien sûr, il est en effet possible de payer pour construire différentes structures, ce qui permettra de créer de nouveaux types de guerriers et même de trouver de nouveaux sorts. Ajoutons que les troupes évoluent, et avec un certain niveau d’expérience, différents personnages évoluent en créatures plus puissantes.

Les disciples bénéficient d’une bonne longévité, car chaque match propose une campagne avec de nombreuses missions, et peut également se jouer en mode libre ou s’affronter en multijoueur. Il n’y a aucun problème d’opérabilité, de toute façon, puisque c’est au tour par tour, nous avons eu le temps de nous familiariser avec l’interface et les différentes commandes sans être intimidés dès le départ. Pourtant, même s’ils sont censés absorber rapidement toutes les fonctionnalités de ce titre, le tout peut être déroutant pour les joueurs non professionnels.

Graphiquement, c’est là qu’on se rend compte de l’aspect vieillissant de ce titre. Il faut dire que sa sortie sur le marché nord-américain remonte à plusieurs années, et l’évolution drastique au niveau de la technologie a forcément laissé au logiciel un petit aspect désuet dans son environnement visuel. Il n’en demeure pas moins que le charme devrait être utilisé auprès des fans du genre qui verront davantage les différentes possibilités et les enjeux stratégiques qu’offre le jeu. Impossible de faire plus classique. Bref, c’est un malheureux largement influencé par son ancienneté, même si les amateurs du genre devraient s’y tenir, tant ce logiciel est représentatif de sa catégorie. Il absorbe des éléments classiques, mais a toujours du charme, nous offrant un gameplay intéressant et assez riche. Découvert par les puristes.

En résumé !

Test Disciples : Sacred Lands

À proprement parler, ce n'est pas nouveau, car Disciple: Holy Land a finalement fait son chemin dans notre pays après avoir été publié aux États-Unis pendant un certain temps. Un titre intrigant est susceptible de plaire aux fans de jeux de stratégie au tour par tour s'il livre une réalisation qui commence inévitablement à dater... Le Disciple nous invite donc à nous plonger dans une atmosphère d'heroic fantasy. Le titre mêle stratégie au tour par tour et éléments RPG en proposant d'incarner 4 races ennemies distinctes et meurtrières. Par conséquent, pour conquérir le royaume, il est nécessaire de se battre avec différents types d'unités, des guerriers aux magiciens en passant par les maîtres de guilde. Le joueur doit progresser sur la carte, à travers des fortifications ou des villages adverses, pour augmenter sa richesse en accumulant au pouvoir de la guerre, les diverses ressources disséminées sur la carte. Ces unités bénéficient d'un système d'expérience qui les rendra de plus en plus fortes au fil de la bataille, et peuvent également utiliser différents objets ou potions pour modifier leurs traits. Ainsi, en pratique, on choisit d'abord l'unité de tête à laquelle on va attribuer le commandement d'un groupe. Vous pouvez choisir votre chef parmi des éclaireurs, des guerriers ou des mages, qui à leur tour peuvent être accompagnés d'unités de tir à longue portée, de guerriers ou de démolisseurs frénétiques, les guerriers soutenant leurs plus tenaces. A ce titre, l'interface propose une vue isométrique de la carte, et la résolution des combats se fera également au tour par tour, mais dans un mode de combat particulier. Concrètement, on fait nos petites affaires de notre côté, on attaque ou non l'adversaire, on crée des unités ou on développe notre château, puis on signale la fin du tour, et l'adversaire fait de même. En revanche, les batailles se jouent directement sans attendre la fin du tour. A chaque étape du jeu, un sort spécial peut être déclenché si le joueur a déjà développé la compétence. Bien sûr, il est en effet possible de payer pour construire différentes structures, ce qui permettra de créer de nouveaux types de guerriers et même de trouver de nouveaux sorts. Ajoutons que les troupes évoluent, et avec un certain niveau d'expérience, différents personnages évoluent en créatures plus puissantes. Les disciples bénéficient d'une bonne longévité, car chaque match propose une campagne avec de nombreuses missions, et peut également se jouer en mode libre ou s'affronter en multijoueur. Il n'y a aucun problème d'opérabilité, de toute façon, puisque c'est au tour par tour, nous avons eu le temps de nous familiariser avec l'interface et les différentes commandes sans être intimidés dès le départ. Pourtant, même s'ils sont censés absorber rapidement toutes les fonctionnalités de ce titre, le tout peut être déroutant pour les joueurs non professionnels. Graphiquement, c'est là qu'on se rend compte de l'aspect vieillissant de ce titre. Il faut dire que sa sortie sur le marché nord-américain remonte à plusieurs années, et l'évolution drastique au niveau de la technologie a forcément laissé au logiciel un petit aspect désuet dans son environnement visuel. Il n'en demeure pas moins que le charme devrait être utilisé auprès des fans du genre qui verront davantage les différentes possibilités et les enjeux stratégiques qu'offre le jeu. Impossible de faire plus classique. Bref, c'est un malheureux largement influencé par son ancienneté, même si les amateurs du genre devraient s'y tenir, tant ce logiciel est représentatif de sa catégorie. Il absorbe des éléments classiques, mais a toujours du charme, nous offrant un gameplay intéressant et assez riche. Découvert par les puristes.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!