Test Disney Extreme Skate Adventure

Quand Disney veut faire ce qu’il faut, il sait assurément s’entourer. N’oubliez pas que lorsque les entreprises veulent se lancer dans des jeux de rôle, qui appellent-elles ? Chez Squaresoft, bien sûr. En conséquence, nous savons. Kingdom Hearts, malgré quelques défauts mineurs, est largement suffisant pour attirer les joueurs. Cette fois, oncle Walter est de retour avec le skateboard, et oublions Goofy Extreme (sur PC) et Disney’s Sports Skateboard (sur GameCube). Avec son studio Neversoft (père de la série Tony Hawk), il s’est tourné vers Activision, les grands experts du skateboard virtuel, et il était sûr qu’il y aurait un résultat probant. À moins qu’Activision ne demande à Disney les droits d’utilisation de ses personnages… eh bien, je ne sais pas… entre nous, on s’en fout du tout. Ce qui compte, c’est le jeu, n’est-ce pas ?

Alors, quelle est la valeur de cette aventure de skateboard extrême de Disney, exactement ? Mis à part l’aspect visuel, sur lequel je reviendrai plus bas, on roule vraiment en terrain connu. Comme prévu, il a craché comme Tony Hawk. Puisqu’Activision a presque tout inventé dans le domaine, peut-on vraiment lui reprocher de réutiliser les mêmes cordes que sa série préférée ? Pas vraiment, même si on a l’impression que les éditeurs jouent ici complètement la carte de la sécurité. A l’intérieur du niveau, la progression est très similaire à ce que nous avions dans le quatrième opus de M. Hawke. On se promène donc librement dans un environnement sans contrainte de temps (assez large, faut-il le préciser). Cela vous donne beaucoup de temps pour vous entraîner à maîtriser les ollies, les flips, les grinds ou les tricks au sol. Les nombres apparaissent en fait de la même manière que Maître Tony. Nous venons de remarquer une petite simplification au niveau manuel qui s’effectue désormais plus rapidement et n’a plus besoin de monter et descendre.

A travers Skater, on constate que les douze personnages du film d’animation sont répartis en trois clans. La famille Toy Story comprend Woody, Buzz, Zurg et Jessie. Dans la famille du Roi Lion, on retrouve Simba, Timon et le duo de Pemba, Nora et Rafiki. Enfin, pour l’univers Tarzan, on a droit à un jeune Tarzan, une jeune version de Jane, Tantor et Tok. Chaque personnage ne peut accéder qu’à trois niveaux directement liés au film. Par exemple, Woody et ses amis pourront rouler dans la chambre d’Andy, Pizza-Planet ou le monde de Zurg. Par contre, ils vont sans aucun doute à Mariole au cimetière des éléphants, qui est un niveau pour la troupe du Roi Lion. En plus de tous ces personnages, il y a deux petits gosses qui évoluent principalement au niveau d’Olliwood (haha, celui-là est bien), mais qui peuvent aussi se balader dans n’importe quel autre domaine du jeu. Pour anecdotes, les deux bambins ont été les gagnants d’un casting organisé par Activision. Nous pouvons également voir des images sélectionnées dans l’introduction. Trop mignons tous ces enfants qui patinent avec des casques et des genouillères !

Dans chaque zone, les personnages doivent relever neuf défis (Bayonne, Rex, Lionne, Éléphant, etc.) qui leur sont présentés par les habitants. Il n’y a pas non plus d’innovations majeures à cet égard, car toutes les cibles sont des variantes de Tony Hawk. Ramassez les lettres du mot SKATE, effectuez un tour sur une rampe très spéciale, ou trouvez les 25 objets disséminés dans le niveau, nous naviguons vraiment dans des endroits familiers. C’est pas grave puisque c’est bien fait, mais je comprends tout à fait que tu vas te lasser du manque d’originalité, surtout depuis l’année dernière, les skateurs pro de Tony Hawk ont ​​pu porter ce collant pour apporter la fraîcheur de plus objectifs innovants (tennis, baseball…).

Si le fond reste ainsi d’une banalité inquiétante, la forme apporte un exotisme plutôt bienvenu. Les personnages Disney sont particulièrement bien modélisés dans des environnements parfois un peu chaotiques. Les animations et les expressions faciales respectent évidemment le caractère de chacun. Alors que le côté félin de Simba est présent dans chaque trick, Tarzan grince sur ses pieds avec sa planche à la main, Buzz est toujours prêt à déployer ses ailes et à planer, et on se qualifie en duo aussi Timon et Pemba à cheval, deux sur des planches. Les chiffres sont encore plus hallucinants, nul doute que si vous avez le moins d’atomes crochets avec tout ce beau monde, vous ne pouvez que tomber sous le charme. Vous adorerez les faire exploser et les ramasser par terre après avoir raté une réception. Au final, bien qu’il s’agisse d’une réalisation plutôt cool, l’aventure du skateboard extrême manque vraiment d’originalité pour, espérons-le, inspirer les joueurs qui ont terminé Tony Hawk 4. En revanche, ceux qui veulent se lancer dans le genre peuvent pleinement envisager cette option, qui est d’autant plus importante s’ils aiment Disney World. Ensuite, ils trouveront un titre avec une base solide, comme la célèbre série dont j’ai parlé à plusieurs reprises.

En résumé !

Test Disney Extreme Skate Adventure

Quand Disney veut faire ce qu'il faut, il sait assurément s'entourer. N'oubliez pas que lorsque les entreprises veulent se lancer dans des jeux de rôle, qui appellent-elles ? Chez Squaresoft, bien sûr. En conséquence, nous savons. Kingdom Hearts, malgré quelques défauts mineurs, est largement suffisant pour attirer les joueurs. Cette fois, oncle Walter est de retour avec le skateboard, et oublions Goofy Extreme (sur PC) et Disney's Sports Skateboard (sur GameCube). Avec son studio Neversoft (père de la série Tony Hawk), il s'est tourné vers Activision, les grands experts du skateboard virtuel, et il était sûr qu'il y aurait un résultat probant. À moins qu'Activision ne demande à Disney les droits d'utilisation de ses personnages... eh bien, je ne sais pas... entre nous, on s'en fout du tout. Ce qui compte, c'est le jeu, n'est-ce pas ? Alors, quelle est la valeur de cette aventure de skateboard extrême de Disney, exactement ? Mis à part l'aspect visuel, sur lequel je reviendrai plus bas, on roule vraiment en terrain connu. Comme prévu, il a craché comme Tony Hawk. Puisqu'Activision a presque tout inventé dans le domaine, peut-on vraiment lui reprocher de réutiliser les mêmes cordes que sa série préférée ? Pas vraiment, même si on a l'impression que les éditeurs jouent ici complètement la carte de la sécurité. A l'intérieur du niveau, la progression est très similaire à ce que nous avions dans le quatrième opus de M. Hawke. On se promène donc librement dans un environnement sans contrainte de temps (assez large, faut-il le préciser). Cela vous donne beaucoup de temps pour vous entraîner à maîtriser les ollies, les flips, les grinds ou les tricks au sol. Les nombres apparaissent en fait de la même manière que Maître Tony. Nous venons de remarquer une petite simplification au niveau manuel qui s'effectue désormais plus rapidement et n'a plus besoin de monter et descendre. A travers Skater, on constate que les douze personnages du film d'animation sont répartis en trois clans. La famille Toy Story comprend Woody, Buzz, Zurg et Jessie. Dans la famille du Roi Lion, on retrouve Simba, Timon et le duo de Pemba, Nora et Rafiki. Enfin, pour l'univers Tarzan, on a droit à un jeune Tarzan, une jeune version de Jane, Tantor et Tok. Chaque personnage ne peut accéder qu'à trois niveaux directement liés au film. Par exemple, Woody et ses amis pourront rouler dans la chambre d'Andy, Pizza-Planet ou le monde de Zurg. Par contre, ils vont sans aucun doute à Mariole au cimetière des éléphants, qui est un niveau pour la troupe du Roi Lion. En plus de tous ces personnages, il y a deux petits gosses qui évoluent principalement au niveau d'Olliwood (haha, celui-là est bien), mais qui peuvent aussi se balader dans n'importe quel autre domaine du jeu. Pour anecdotes, les deux bambins ont été les gagnants d'un casting organisé par Activision. Nous pouvons également voir des images sélectionnées dans l'introduction. Trop mignons tous ces enfants qui patinent avec des casques et des genouillères ! Dans chaque zone, les personnages doivent relever neuf défis (Bayonne, Rex, Lionne, Éléphant, etc.) qui leur sont présentés par les habitants. Il n'y a pas non plus d'innovations majeures à cet égard, car toutes les cibles sont des variantes de Tony Hawk. Ramassez les lettres du mot SKATE, effectuez un tour sur une rampe très spéciale, ou trouvez les 25 objets disséminés dans le niveau, nous naviguons vraiment dans des endroits familiers. C'est pas grave puisque c'est bien fait, mais je comprends tout à fait que tu vas te lasser du manque d'originalité, surtout depuis l'année dernière, les skateurs pro de Tony Hawk ont ​​pu porter ce collant pour apporter la fraîcheur de plus objectifs innovants (tennis, baseball...). Si le fond reste ainsi d'une banalité inquiétante, la forme apporte un exotisme plutôt bienvenu. Les personnages Disney sont particulièrement bien modélisés dans des environnements parfois un peu chaotiques. Les animations et les expressions faciales respectent évidemment le caractère de chacun. Alors que le côté félin de Simba est présent dans chaque trick, Tarzan grince sur ses pieds avec sa planche à la main, Buzz est toujours prêt à déployer ses ailes et à planer, et on se qualifie en duo aussi Timon et Pemba à cheval, deux sur des planches. Les chiffres sont encore plus hallucinants, nul doute que si vous avez le moins d'atomes crochets avec tout ce beau monde, vous ne pouvez que tomber sous le charme. Vous adorerez les faire exploser et les ramasser par terre après avoir raté une réception. Au final, bien qu'il s'agisse d'une réalisation plutôt cool, l'aventure du skateboard extrême manque vraiment d'originalité pour, espérons-le, inspirer les joueurs qui ont terminé Tony Hawk 4. En revanche, ceux qui veulent se lancer dans le genre peuvent pleinement envisager cette option, qui est d'autant plus importante s'ils aiment Disney World. Ensuite, ils trouveront un titre avec une base solide, comme la célèbre série dont j'ai parlé à plusieurs reprises.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!