Test Disney Planes

Quand il s’agit de reproduire un concept qui fonctionne, autant chercher quelque chose qui fonctionne chez soi plutôt que chez son voisin. Dès lors, on peut très logiquement dire que Disney est parti de ce postulat originel pour créer l’avion, pendant aérien de la voiture, ce qui arriva pour la première fois ailleurs dans le second univers. En fait, nous avons trouvé une adaptation vidéoludique d’un long métrage sur une base logique, une approche qui a été largement testée avec de multiples adaptations de la voiture. Maintenant que la démo est terminée, entrons dans le vif du sujet…

Pour ceux d’entre vous qui découvriront l’univers planaire, rappelons rapidement de quoi il s’agit. Le nouveau long métrage de Disney, qui se déroule dans le monde automobile de Pixar, se concentre sur un certain Dusty, l’avion chargé de pulvériser les produits sur les cultures. S’il peut bien faire son travail, il espère secrètement participer à une grande compétition de vol. Problème, Dusty n’a pas de combattant, et il s’avère plus sujet aux étourdissements. Cependant, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour vaincre ses peurs, et avec l’aide de plusieurs avions venus de tout le pays, il tentera de s’envoler vers ses rêves de gloire. Comme vous le remarquerez, la scène rappelle beaucoup les voitures, et malgré leurs destins diamétralement opposés, Dusty finit par n’être qu’une version aérienne de Lightning McQueen.

Ce n’est pas l’automne qui compte…

Planes s’est donc retrouvé pris dans un exercice d’adaptation au risque destiné principalement aux enfants. En effet, n’exagérons pas, les jeux Disney ne sont pas assez stimulants pour attirer de « vrais » joueurs. En comprenant cela, nous pouvons passer à autre chose. Côté contenu, le jeu propose quatre modes de jeu, ni plus ni moins, pour une dizaine d’avions différents. Si, à première vue, c’est une bonne nouvelle, nous sommes tristes de constater que les modes ci-dessus se déroulent tous dans le même environnement, mais ils sont très différents et ont l’air plutôt bien. Nous aurons l’occasion de voyager au Népal, aux États-Unis, en Islande et plus encore. Quant aux objectifs, ils varieront selon le mode. Ainsi, en plus du mode vol libre, vous pourrez également participer à un rallye aérien, une poursuite en montgolfière ou suivre grosso modo l’histoire du film à travers 28 missions à travers lesquelles vous pourrez piloter 7 personnages différents. Notons également à ce sujet que les objectifs tendent à se ressembler d’une mission à l’autre : détruire des objets, repeindre des bâtiments avec des répliques d’armes, se débarrasser des tornades, abattre des véhicules, etc.

Tourbillons et culbutes

Remercions tout de même les développeurs qui ont fait le choix d’un gameplay accessible à tous, et le pilote s’est avéré très souple et très agréable. Il vous suffit donc d’utiliser le GamePad ou la télécommande et le joystick du Nunchuk pour piloter votre zinc, les différents boutons associés au barillet, demi-tour, turbo et autres boucles. Ceux-ci ne sont pas surutilisés car ils sont principalement utilisés pour vous faire gagner du temps lors des activités de transport de véhicules. En plus de cela, soulignons également la coopération pour deux joueurs dans tous les modes et diverses médailles pour une durée de vie prolongée. Un combo intéressant le serait encore plus si le prix n’était clairement pas exorbitant. A voir donc si vous pensez que l’investissement est suffisamment rentable, d’autant qu’au-delà de l’aspect financier, les résultats sont loin d’être mauvais.

En résumé !

Test Disney Planes

Quand il s'agit de reproduire un concept qui fonctionne, autant chercher quelque chose qui fonctionne chez soi plutôt que chez son voisin. Dès lors, on peut très logiquement dire que Disney est parti de ce postulat originel pour créer l'avion, pendant aérien de la voiture, ce qui arriva pour la première fois ailleurs dans le second univers. En fait, nous avons trouvé une adaptation vidéoludique d'un long métrage sur une base logique, une approche qui a été largement testée avec de multiples adaptations de la voiture. Maintenant que la démo est terminée, entrons dans le vif du sujet... Pour ceux d'entre vous qui découvriront l'univers planaire, rappelons rapidement de quoi il s'agit. Le nouveau long métrage de Disney, qui se déroule dans le monde automobile de Pixar, se concentre sur un certain Dusty, l'avion chargé de pulvériser les produits sur les cultures. S'il peut bien faire son travail, il espère secrètement participer à une grande compétition de vol. Problème, Dusty n'a pas de combattant, et il s'avère plus sujet aux étourdissements. Cependant, il fera tout ce qui est en son pouvoir pour vaincre ses peurs, et avec l'aide de plusieurs avions venus de tout le pays, il tentera de s'envoler vers ses rêves de gloire. Comme vous le remarquerez, la scène rappelle beaucoup les voitures, et malgré leurs destins diamétralement opposés, Dusty finit par n'être qu'une version aérienne de Lightning McQueen. Ce n'est pas l'automne qui compte... Planes s'est donc retrouvé pris dans un exercice d'adaptation au risque destiné principalement aux enfants. En effet, n'exagérons pas, les jeux Disney ne sont pas assez stimulants pour attirer de "vrais" joueurs. En comprenant cela, nous pouvons passer à autre chose. Côté contenu, le jeu propose quatre modes de jeu, ni plus ni moins, pour une dizaine d'avions différents. Si, à première vue, c'est une bonne nouvelle, nous sommes tristes de constater que les modes ci-dessus se déroulent tous dans le même environnement, mais ils sont très différents et ont l'air plutôt bien. Nous aurons l'occasion de voyager au Népal, aux États-Unis, en Islande et plus encore. Quant aux objectifs, ils varieront selon le mode. Ainsi, en plus du mode vol libre, vous pourrez également participer à un rallye aérien, une poursuite en montgolfière ou suivre grosso modo l'histoire du film à travers 28 missions à travers lesquelles vous pourrez piloter 7 personnages différents. Notons également à ce sujet que les objectifs tendent à se ressembler d'une mission à l'autre : détruire des objets, repeindre des bâtiments avec des répliques d'armes, se débarrasser des tornades, abattre des véhicules, etc. Tourbillons et culbutes Remercions tout de même les développeurs qui ont fait le choix d'un gameplay accessible à tous, et le pilote s'est avéré très souple et très agréable. Il vous suffit donc d'utiliser le GamePad ou la télécommande et le joystick du Nunchuk pour piloter votre zinc, les différents boutons associés au barillet, demi-tour, turbo et autres boucles. Ceux-ci ne sont pas surutilisés car ils sont principalement utilisés pour vous faire gagner du temps lors des activités de transport de véhicules. En plus de cela, soulignons également la coopération pour deux joueurs dans tous les modes et diverses médailles pour une durée de vie prolongée. Un combo intéressant le serait encore plus si le prix n'était clairement pas exorbitant. A voir donc si vous pensez que l'investissement est suffisamment rentable, d'autant qu'au-delà de l'aspect financier, les résultats sont loin d'être mauvais.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!