Test Doom 3 BFG Edition

Pour célébrer le 20e anniversaire du FPS Grandpa, id Software et Bethesda tentent de rééditer l’édition Big Fucking Gun, avec un intérêt largement déterminé par la machine sur laquelle il tourne et leur propre goût pour la nostalgie.

En ce qui concerne les réimpressions, tout le monde n’est pas dans le même bateau, certains ont une mauvaise interprétation des vieilles choses et certains y vont avec les honneurs, comme The Riddick Chronicles. Dans quelle catégorie doit-on placer Doom 3, un terrible FPS qui, à sa sortie, était le même il y a 8 ans, s’est scindé et n’a finalement brillé qu’un temps ? Doom 3 est une petite bombe technologique capable de raser plus d’un PC de luxe, ici mise à l’échelle et livrée en HD, comprenant le jeu de base, son add-on Resurection of Evil, 7 nouveaux niveaux, et même Doom I et II en bonus. sont de 30 à 35 euros, selon le support. Ne tournons pas autour du pot : Doom 3 est dépassé, et les choses qu’on peut déjà lui reprocher en 2004 n’ont pas brusquement changé de qualité. On s’est certes beaucoup amusé à naviguer dans la base martienne envahie par les forces de l’enfer, mais en 2012, il y avait quelques points qui étaient durs à glaner pour un joueur. A commencer par le syndrome du monstre dans le placard, la mécanique principale était id Software essayant de faire un peu peur, si cette astuce semblait un peu limitée à l’époque, car elle était utilisée de manière si flagrante qu’on pouvait parfois voir des ennemis attendre contre le mur, aujourd’hui C’est complètement dépassé, et à plus d’une occasion, nous avons trouvé ridicule la façon dont les démons attendent patiemment d’émerger de derrière un mur mobile ou d’un coin sombre, et ils ont apparemment été bien installés pendant 8 ou 10 heures. Quant à la génération soudaine d’impasses, c’est toujours passable avec des démons téléportables, mais ça coince quand on se retourne et qu’on fait face aux marines.

Pourtant, se reconnecter à cette sensation FPS un peu old-school et brutale a ses charmes, du moins lorsque l’action est un peu agaçante. Malheureusement, ce n’est pas courant dans Doom 3, qui s’appuie sur son ambiance. Pas de chance cependant, on a fait du chemin sur scène, et entre les fameux monstres qui rôdent dans le placard et les cinématiques lentes, Doom 3 a bien du mal à rivaliser avec ce qui se fait aujourd’hui. C’est là que l’intégration de Evil Resurrection et Lost Mission entre vraiment en jeu, les deux extensions étant plus axées sur l’action et présentant une progression plus nerveuse. Pour information, la nouvelle Lost Mission vous placera dans la peau d’un nouveau membre naval de la célèbre équipe Bravo, dont on entend souvent parler dans la campagne de base. Accessible indépendamment, cela se passe au moment même où l’on assiste au carnage de cette équipe dans les cinématiques. Une panoplie de détails qu’on oublie vite au fur et à mesure du jeu, l’action assez dynamique prend le pas sur les scènes où l’on se tamponne un peu.

Et que dire de toute cette technologie ? Nous admettrons que Doom 3 n’est pas trop mal pour un jeu de 8 ans. Heureusement, car on ne peut pas dire que la chirurgie esthétique soit très violente. Remasterisée plutôt que remasterisée, cette édition BFG est limitée à la mise à l’échelle, offrant une compatibilité avec les écrans HD et les grands écrans. Quelques détails subtils ont changé qui sont à peine perceptibles à moins que vous ne soyez dans une conversation en face à face, mais dans l’ensemble, le jeu a à peine changé. Soyez donc prudent si vous vous approchez trop de la texture et faites attention aux modèles 3D anguleux et rugueux qui montrent clairement leur âge. C’est aussi à ce niveau qu’il y a un problème d’intérêt à la réédition de la version PC. Avec des options graphiques réduites au strict minimum (résolution, anticrénelage, vsync et flou), Doom 3 livré ici ne peut même pas égaler le jeu original, ainsi que certains mods HD gratuits. Cependant, on peut acheter Doom 3 et ses extensions pour 20 euros sur Steam. Pour 10 euros supplémentaires, dans la version BFG vous obtenez des quêtes perdues, sympas mais dispensables, et… les versions tronquées de Doom I et II sont mystérieusement déconnectées de leur multijoueur, et très probablement avec De nombreux mods intéressants ou techniques sont incompatibles, notamment certains qui offrent un meilleur rendu que la version BFG. Cruel Doom n’est qu’un exemple.

Qu’en est-il des joueurs de console? Tout d’abord, on peut préciser que sur Xbox 360 et PS3, le multijoueur des deux titres « antiques » est conservé, alors que le multijoueur de Doom 3 est limité à 4 joueurs, alors que sur PC il est porté à 8 (voir carte). L’intérêt pour la réédition a été plus marqué dans la mesure où l’édition BFG est le seul moyen d’accéder à Doom 3 sur les consoles de la génération actuelle, et les joueurs ne mettent jamais la main sur la bête tant qu’on sait à quoi s’attendre et à ne pas faire. t avoir peur des aspects obsolètes assez évidents y trouvera son compte. Dernier point sur la production, mélange bizarre de la bande son, mettant tous les éléments sur le même volume, effets, sons, musique. Les résultats sont assez inquiétants. Non seulement les armes sont « silencieuses », mais plus important encore, si vous écoutez des journaux audio ou des contacts radio, n’importe quelle machine en marche, monstre ou musique montante suffit à étouffer complètement les paroles. Et il n’y a aucun moyen de régler les différents volumes, juste un seul réglage. Doom 3 : La grande édition sourde ?

En résumé !

Test Doom 3 BFG Edition

Pour célébrer le 20e anniversaire du FPS Grandpa, id Software et Bethesda tentent de rééditer l'édition Big Fucking Gun, avec un intérêt largement déterminé par la machine sur laquelle il tourne et leur propre goût pour la nostalgie. En ce qui concerne les réimpressions, tout le monde n'est pas dans le même bateau, certains ont une mauvaise interprétation des vieilles choses et certains y vont avec les honneurs, comme The Riddick Chronicles. Dans quelle catégorie doit-on placer Doom 3, un terrible FPS qui, à sa sortie, était le même il y a 8 ans, s'est scindé et n'a finalement brillé qu'un temps ? Doom 3 est une petite bombe technologique capable de raser plus d'un PC de luxe, ici mise à l'échelle et livrée en HD, comprenant le jeu de base, son add-on Resurection of Evil, 7 nouveaux niveaux, et même Doom I et II en bonus. sont de 30 à 35 euros, selon le support. Ne tournons pas autour du pot : Doom 3 est dépassé, et les choses qu'on peut déjà lui reprocher en 2004 n'ont pas brusquement changé de qualité. On s'est certes beaucoup amusé à naviguer dans la base martienne envahie par les forces de l'enfer, mais en 2012, il y avait quelques points qui étaient durs à glaner pour un joueur. A commencer par le syndrome du monstre dans le placard, la mécanique principale était id Software essayant de faire un peu peur, si cette astuce semblait un peu limitée à l'époque, car elle était utilisée de manière si flagrante qu'on pouvait parfois voir des ennemis attendre contre le mur, aujourd'hui C'est complètement dépassé, et à plus d'une occasion, nous avons trouvé ridicule la façon dont les démons attendent patiemment d'émerger de derrière un mur mobile ou d'un coin sombre, et ils ont apparemment été bien installés pendant 8 ou 10 heures. Quant à la génération soudaine d'impasses, c'est toujours passable avec des démons téléportables, mais ça coince quand on se retourne et qu'on fait face aux marines. Pourtant, se reconnecter à cette sensation FPS un peu old-school et brutale a ses charmes, du moins lorsque l'action est un peu agaçante. Malheureusement, ce n'est pas courant dans Doom 3, qui s'appuie sur son ambiance. Pas de chance cependant, on a fait du chemin sur scène, et entre les fameux monstres qui rôdent dans le placard et les cinématiques lentes, Doom 3 a bien du mal à rivaliser avec ce qui se fait aujourd'hui. C'est là que l'intégration de Evil Resurrection et Lost Mission entre vraiment en jeu, les deux extensions étant plus axées sur l'action et présentant une progression plus nerveuse. Pour information, la nouvelle Lost Mission vous placera dans la peau d'un nouveau membre naval de la célèbre équipe Bravo, dont on entend souvent parler dans la campagne de base. Accessible indépendamment, cela se passe au moment même où l'on assiste au carnage de cette équipe dans les cinématiques. Une panoplie de détails qu'on oublie vite au fur et à mesure du jeu, l'action assez dynamique prend le pas sur les scènes où l'on se tamponne un peu. Et que dire de toute cette technologie ? Nous admettrons que Doom 3 n'est pas trop mal pour un jeu de 8 ans. Heureusement, car on ne peut pas dire que la chirurgie esthétique soit très violente. Remasterisée plutôt que remasterisée, cette édition BFG est limitée à la mise à l'échelle, offrant une compatibilité avec les écrans HD et les grands écrans. Quelques détails subtils ont changé qui sont à peine perceptibles à moins que vous ne soyez dans une conversation en face à face, mais dans l'ensemble, le jeu a à peine changé. Soyez donc prudent si vous vous approchez trop de la texture et faites attention aux modèles 3D anguleux et rugueux qui montrent clairement leur âge. C'est aussi à ce niveau qu'il y a un problème d'intérêt à la réédition de la version PC. Avec des options graphiques réduites au strict minimum (résolution, anticrénelage, vsync et flou), Doom 3 livré ici ne peut même pas égaler le jeu original, ainsi que certains mods HD gratuits. Cependant, on peut acheter Doom 3 et ses extensions pour 20 euros sur Steam. Pour 10 euros supplémentaires, dans la version BFG vous obtenez des quêtes perdues, sympas mais dispensables, et... les versions tronquées de Doom I et II sont mystérieusement déconnectées de leur multijoueur, et très probablement avec De nombreux mods intéressants ou techniques sont incompatibles, notamment certains qui offrent un meilleur rendu que la version BFG. Cruel Doom n'est qu'un exemple. Qu'en est-il des joueurs de console? Tout d'abord, on peut préciser que sur Xbox 360 et PS3, le multijoueur des deux titres "antiques" est conservé, alors que le multijoueur de Doom 3 est limité à 4 joueurs, alors que sur PC il est porté à 8 (voir carte). L'intérêt pour la réédition a été plus marqué dans la mesure où l'édition BFG est le seul moyen d'accéder à Doom 3 sur les consoles de la génération actuelle, et les joueurs ne mettent jamais la main sur la bête tant qu'on sait à quoi s'attendre et à ne pas faire. t avoir peur des aspects obsolètes assez évidents y trouvera son compte. Dernier point sur la production, mélange bizarre de la bande son, mettant tous les éléments sur le même volume, effets, sons, musique. Les résultats sont assez inquiétants. Non seulement les armes sont "silencieuses", mais plus important encore, si vous écoutez des journaux audio ou des contacts radio, n'importe quelle machine en marche, monstre ou musique montante suffit à étouffer complètement les paroles. Et il n'y a aucun moyen de régler les différents volumes, juste un seul réglage. Doom 3 : La grande édition sourde ?
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!