Test Down in the Dumps

Presque tout le monde s’est demandé à quoi ressemblerait un cocktail entre Les Simpsons, Monkey Island, Space Fools et Honey, et j’ai rétréci les enfants. Si ce n’est pas votre cas, rien ne vous empêche de visiter Down In The Dumps. Sorti en 1996, ce point’n click est comme tous les titres déjantés du genre : on parle ici d’aliens, de bandits extraterrestres, d’une roue de la fortune extraterrestre, et même du bruit d’un chien jaune sur un tronc d’arbre avec un cloche , également des extraterrestres. Attention, il faudra s’y tenir.

La famille Blub est peut-être une famille de l’espace extra-atmosphérique, mais elle a des préoccupations que nous ne connaissons que trop bien. Par exemple, chaque année, les Blubs prennent la route pour les vacances avec leur fils, leur fille, leur grand-père, leur grand-mère et leur animal de compagnie Stinkie ! C’est juste que l’absence d’asphalte sur l’autoroute cosmique n’empêche pas tous les risques d’accident. Lorsqu’une foule fugitive prend la priorité contre ce cher M. Blub, une collision est inévitable. Bien sûr, avec deux navires endommagés, rien ne vaut un crash sur notre ancienne planète. Pourtant, si on aborde ces créatures au niveau du loisir et du vice, on leur ressemble beaucoup moins en terme de taille, en tant que Blub, ça ne dépasse pas les deux centimètres.

Sachant qu’il est trop facile de s’écraser au milieu d’une ambassade extraterrestre, les scénaristes préfèrent l’hostilité de la casse publique. Ainsi les personnages évoluent à travers le tas de bric-à-brac tout au long du jeu, rappelant l’épopée des enfants de Chérie, j’ai rétréci les enfants, seulement ici, il ne s’agit jamais de passer par le jardin, mais de revenir sur sa planète natale. Etant donné le mauvais état des navires de la famille Blub, la tâche s’avérera ardue. L’idée était donc de retrouver les pièces du vaisseau éparpillées dans les différents univers de la casse. L’aventure se déroule en quatre sections (et un épilogue) dans le menu du jeu appelé « Cartoons », chacune mettant en vedette un membre différent de la famille Blub, un dépotoir et généralement un navire à retourner. Les cinématiques d’introduction et de conclusion ajoutent aux aventures de chaque personnage de dessin animé.

Au niveau des personnages, on a le père, alcoolique et accro à la télé, la mère, remplissant les devoirs d’une femme au foyer, le fils, enfant rebelle accompagné de son fidèle ami à quatre pattes, la fille et deux grands-parents. Si la ressemblance avec Les Simpson est flagrante, la famille Blub est en réalité loin d’être un vulgaire copieur. En plus de cela, nous avons une armée rebelle dirigée par Khan, une compagnie monstrueuse de lézards, déterminée à rester sur Terre avec Blub (probablement pour échapper à sa punition pour un accident responsable). Toutes ces beautés ont évolué séquentiellement dans les bas-fonds de la décharge : la maison de Blubs (un pot de nettoyant avec de très bons appareils et meubles), un lac gelé et sa ville aux grenouilles : Frogwood (une parodie de la pièce de Robin Hood), et enfin la sans-abri et la société des poux qui y vit. Tant d’univers fous savent se mettre à jour dans les graphismes et les mécanismes de jeu. La division en « Cartoons » est une structure similaire aux niveaux que vous complétez en séquence. Ainsi, vous pouvez rejouer n’importe quel dessin animé spécifique en le sélectionnant dans le menu principal. Ce dernier est également assez bon : il représente les progrès du grand-père de Blub dans le processus de réparation navale, qui a progressivement pris forme. C’est anecdotique, mais vous incitera à vous creuser la tête pour résoudre l’énigme.

La motivation est nécessaire. Les énigmes du jeu sont parfois évidentes, mais parfois très difficiles. Puisque le jeu se trouve être bloqué, force est d’admettre que la difficulté est démesurée. Par exemple, faire quelque chose prématurément qui devrait être fait plus tard peut conduire à une impasse. De quoi rester quelques jours avant de restaurer une sauvegarde précédente. La difficulté du puzzle est aussi parfois attribuée aux objets de décoration importants qui nous semblent anodins. Sur le plan de la forme, l’épine dorsale du genre est là : des objets à ramasser, à utiliser et à combiner côtoient des mécaniques un peu plus primitives. Par exemple, un segment du jeu comprend la participation et la victoire d’une version spatiale de Wheel of Fortune. Une autre séquence obligera le fils et la fille de Blub à coopérer, et le joueur pourra alors « basculer » à volonté entre les commandes des deux personnages. Au final, Down in the Dumps propose une expérience de jeu classique tout en parvenant à se mettre à jour et à surprendre les joueurs.

En résumé !

Test Down in the Dumps

Presque tout le monde s'est demandé à quoi ressemblerait un cocktail entre Les Simpsons, Monkey Island, Space Fools et Honey, et j'ai rétréci les enfants. Si ce n'est pas votre cas, rien ne vous empêche de visiter Down In The Dumps. Sorti en 1996, ce point'n click est comme tous les titres déjantés du genre : on parle ici d'aliens, de bandits extraterrestres, d'une roue de la fortune extraterrestre, et même du bruit d'un chien jaune sur un tronc d'arbre avec un cloche , également des extraterrestres. Attention, il faudra s'y tenir. La famille Blub est peut-être une famille de l'espace extra-atmosphérique, mais elle a des préoccupations que nous ne connaissons que trop bien. Par exemple, chaque année, les Blubs prennent la route pour les vacances avec leur fils, leur fille, leur grand-père, leur grand-mère et leur animal de compagnie Stinkie ! C'est juste que l'absence d'asphalte sur l'autoroute cosmique n'empêche pas tous les risques d'accident. Lorsqu'une foule fugitive prend la priorité contre ce cher M. Blub, une collision est inévitable. Bien sûr, avec deux navires endommagés, rien ne vaut un crash sur notre ancienne planète. Pourtant, si on aborde ces créatures au niveau du loisir et du vice, on leur ressemble beaucoup moins en terme de taille, en tant que Blub, ça ne dépasse pas les deux centimètres. Sachant qu'il est trop facile de s'écraser au milieu d'une ambassade extraterrestre, les scénaristes préfèrent l'hostilité de la casse publique. Ainsi les personnages évoluent à travers le tas de bric-à-brac tout au long du jeu, rappelant l'épopée des enfants de Chérie, j'ai rétréci les enfants, seulement ici, il ne s'agit jamais de passer par le jardin, mais de revenir sur sa planète natale. Etant donné le mauvais état des navires de la famille Blub, la tâche s'avérera ardue. L'idée était donc de retrouver les pièces du vaisseau éparpillées dans les différents univers de la casse. L'aventure se déroule en quatre sections (et un épilogue) dans le menu du jeu appelé "Cartoons", chacune mettant en vedette un membre différent de la famille Blub, un dépotoir et généralement un navire à retourner. Les cinématiques d'introduction et de conclusion ajoutent aux aventures de chaque personnage de dessin animé. Au niveau des personnages, on a le père, alcoolique et accro à la télé, la mère, remplissant les devoirs d'une femme au foyer, le fils, enfant rebelle accompagné de son fidèle ami à quatre pattes, la fille et deux grands-parents. Si la ressemblance avec Les Simpson est flagrante, la famille Blub est en réalité loin d'être un vulgaire copieur. En plus de cela, nous avons une armée rebelle dirigée par Khan, une compagnie monstrueuse de lézards, déterminée à rester sur Terre avec Blub (probablement pour échapper à sa punition pour un accident responsable). Toutes ces beautés ont évolué séquentiellement dans les bas-fonds de la décharge : la maison de Blubs (un pot de nettoyant avec de très bons appareils et meubles), un lac gelé et sa ville aux grenouilles : Frogwood (une parodie de la pièce de Robin Hood), et enfin la sans-abri et la société des poux qui y vit. Tant d'univers fous savent se mettre à jour dans les graphismes et les mécanismes de jeu. La division en "Cartoons" est une structure similaire aux niveaux que vous complétez en séquence. Ainsi, vous pouvez rejouer n'importe quel dessin animé spécifique en le sélectionnant dans le menu principal. Ce dernier est également assez bon : il représente les progrès du grand-père de Blub dans le processus de réparation navale, qui a progressivement pris forme. C'est anecdotique, mais vous incitera à vous creuser la tête pour résoudre l'énigme. La motivation est nécessaire. Les énigmes du jeu sont parfois évidentes, mais parfois très difficiles. Puisque le jeu se trouve être bloqué, force est d'admettre que la difficulté est démesurée. Par exemple, faire quelque chose prématurément qui devrait être fait plus tard peut conduire à une impasse. De quoi rester quelques jours avant de restaurer une sauvegarde précédente. La difficulté du puzzle est aussi parfois attribuée aux objets de décoration importants qui nous semblent anodins. Sur le plan de la forme, l'épine dorsale du genre est là : des objets à ramasser, à utiliser et à combiner côtoient des mécaniques un peu plus primitives. Par exemple, un segment du jeu comprend la participation et la victoire d'une version spatiale de Wheel of Fortune. Une autre séquence obligera le fils et la fille de Blub à coopérer, et le joueur pourra alors "basculer" à volonté entre les commandes des deux personnages. Au final, Down in the Dumps propose une expérience de jeu classique tout en parvenant à se mettre à jour et à surprendre les joueurs.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!