Test Dragon Age II : Legacy

Suite à la déception causée par Dragon Age II et ses gadgets DLC, Legacy (ou L’Héritage en français) est attendu avec impatience par les joueurs inconditionnels et toujours aussi agressifs. jugement.

Antécédents familiaux et retours de couvée

L’histoire de l’héritage est accessible à tout moment via la statue laide stockée dans la maison de Hawke ou de son oncle, selon le chapitre. Cependant, il est recommandé de commencer au chapitre 3, la bataille est légèrement plus difficile. Toucher la statue déclenchera l’histoire de Varric à Cassandra à propos de « J’ai oublié de te dire en passant ». Par conséquent, les événements de ce DLC se déroulent en dehors de l’intrigue principale. Dans l’ensemble, il s’agit de la relation de Varric avec Carta, un célèbre syndicat du crime de joueurs d’Origins, de la façon dont Papa Malcom Hawke s’est associé à Grey Wardens et s’est échappé de Kirkwall, et des origines de « Spawn ». Cela a donc été un programme chargé et plein de révélations. Pour y entrer, Hawk et ses compagnons doivent se rendre dans les montagnes Vymack près de Kirkwall et entrer dans la prison d’une race très spéciale de Crivers. Il est l’un des mages à l’origine de la peste, le premier de son espèce. D’ailleurs, ses effets délétères seront à l’origine de la folie qui règne à Kirkwall. Pour tirer le meilleur parti de toutes les conversations importantes, il est préférable de constituer une équipe comprenant Varric, Bethany / Carver et Anders, ce dernier étant moins favorable à l’approche de Corypheus. Au niveau de la scène, l’auteur prend grand soin de présenter quelque chose d’intéressant. avec un certain succès. On peut même faire un choix entre quel Shadowguard suivre, Larius ou Janica, celui qui veut détruire Corypheus, et l’autre qui l’asservit pour mettre fin aux ténèbres. Les révélations sur cette dernière, ses origines, les Shadow Guards et leur relation avec Malcolm Hawke apportent de réels avantages au parcours et à l’histoire de Hawke. Ils font aussi bien. Cependant, la scène est très courte, et les événements arrivent trop vite pour en profiter au maximum.

De nouveaux donjons tout beaux tout neufs…ou presque

En plus d’une histoire plutôt intéressante, il y a aussi des costumes améliorés. L’extérieur du désert du Vimmark semble un peu vide, mais il est suffisamment détaillé et agréable pour vous permettre de vous promener sans être distrait. Lair of Charter, en revanche, ressemble beaucoup au ghetto de Kirkwall, véritable copier-coller qui constitue parfois un mauvais goût impardonnable. Heureusement, la prison elle-même n’a pas d’ingéniosité déconcertante, présentant un nouveau décor. Fini les grottes ou les petits donjons, les décors fades, et les mêmes structures sont réutilisées jusqu’à en être dégoûtantes. Tout ici est nouveau et rappelle les origines. Les tours de prison sont soignées et modélisées assez bien, parfois même magnifiquement. Ainsi, sans casser les briques, l’environnement est bien plus réussi que dans le jeu original. Mais ce n’est pas la seule amélioration notable.

Le prix de deux

En termes de gameplay, l’exploration du donjon présente à Hawk quelques énigmes à résoudre. Rien de dur, c’est vrai, mais ça reste une nouveauté par rapport au jeu principal. Nous avons également rencontré quelques petits boss, faciles à battre, bien sûr, mais nouveaux. Les fables ont également été mises à jour. Cependant, le combat est encore assez chaotique, mais avec moins de vagues d’ennemis indésirables. Un autre point intéressant est que de très bons équipements Shadowguard peuvent être restaurés pour Hawk, ainsi que des accessoires spécifiques pour Anders et Warrick, et des armes pour le reste de la fratrie Hawk. De plus, l’héritage n’est pas un, mais deux patrons. Tout d’abord, Corypheus s’est avéré être un adversaire coriace avec un design très louche. Le défi est généralement plus élevé que le cadre principal et le processus de combat nécessite un peu de tactique. Juste un petit peu. Pourtant, la confrontation est agréable. Avant de l’affronter, ou même avant de réellement lancer une attaque sur la tour, il est possible d’affronter un boss optionnel, Malvinis. Pour cela, il faut entrer dans l’antre de Kata puis revenir sur ses pas à l’aide de l’objet adéquat. En fait, il serait dommage de passer à côté de ce boss si facilement. Malvernis se présente sous la forme d’un dragon fantomatique qui ressemble beaucoup à l’Éveillé ou au Spectre Humain, un adversaire coriace, bien plus complexe que la confrontation suggérée avec le Coryphée amélioré. C’est un combat assez long qui donne au DLC un avantage non négligeable. Dommage cependant que ce contenu se soit terminé aussi vite : il a fallu deux heures, et environ une demi-heure avec Malvernis. C’est très peu.

En résumé !

Test Dragon Age II : Legacy

Suite à la déception causée par Dragon Age II et ses gadgets DLC, Legacy (ou L'Héritage en français) est attendu avec impatience par les joueurs inconditionnels et toujours aussi agressifs. jugement. Antécédents familiaux et retours de couvée L'histoire de l'héritage est accessible à tout moment via la statue laide stockée dans la maison de Hawke ou de son oncle, selon le chapitre. Cependant, il est recommandé de commencer au chapitre 3, la bataille est légèrement plus difficile. Toucher la statue déclenchera l'histoire de Varric à Cassandra à propos de "J'ai oublié de te dire en passant". Par conséquent, les événements de ce DLC se déroulent en dehors de l'intrigue principale. Dans l'ensemble, il s'agit de la relation de Varric avec Carta, un célèbre syndicat du crime de joueurs d'Origins, de la façon dont Papa Malcom Hawke s'est associé à Grey Wardens et s'est échappé de Kirkwall, et des origines de "Spawn". Cela a donc été un programme chargé et plein de révélations. Pour y entrer, Hawk et ses compagnons doivent se rendre dans les montagnes Vymack près de Kirkwall et entrer dans la prison d'une race très spéciale de Crivers. Il est l'un des mages à l'origine de la peste, le premier de son espèce. D'ailleurs, ses effets délétères seront à l'origine de la folie qui règne à Kirkwall. Pour tirer le meilleur parti de toutes les conversations importantes, il est préférable de constituer une équipe comprenant Varric, Bethany / Carver et Anders, ce dernier étant moins favorable à l'approche de Corypheus. Au niveau de la scène, l'auteur prend grand soin de présenter quelque chose d'intéressant. avec un certain succès. On peut même faire un choix entre quel Shadowguard suivre, Larius ou Janica, celui qui veut détruire Corypheus, et l'autre qui l'asservit pour mettre fin aux ténèbres. Les révélations sur cette dernière, ses origines, les Shadow Guards et leur relation avec Malcolm Hawke apportent de réels avantages au parcours et à l'histoire de Hawke. Ils font aussi bien. Cependant, la scène est très courte, et les événements arrivent trop vite pour en profiter au maximum. De nouveaux donjons tout beaux tout neufs...ou presque En plus d'une histoire plutôt intéressante, il y a aussi des costumes améliorés. L'extérieur du désert du Vimmark semble un peu vide, mais il est suffisamment détaillé et agréable pour vous permettre de vous promener sans être distrait. Lair of Charter, en revanche, ressemble beaucoup au ghetto de Kirkwall, véritable copier-coller qui constitue parfois un mauvais goût impardonnable. Heureusement, la prison elle-même n'a pas d'ingéniosité déconcertante, présentant un nouveau décor. Fini les grottes ou les petits donjons, les décors fades, et les mêmes structures sont réutilisées jusqu'à en être dégoûtantes. Tout ici est nouveau et rappelle les origines. Les tours de prison sont soignées et modélisées assez bien, parfois même magnifiquement. Ainsi, sans casser les briques, l'environnement est bien plus réussi que dans le jeu original. Mais ce n'est pas la seule amélioration notable. Le prix de deux En termes de gameplay, l'exploration du donjon présente à Hawk quelques énigmes à résoudre. Rien de dur, c'est vrai, mais ça reste une nouveauté par rapport au jeu principal. Nous avons également rencontré quelques petits boss, faciles à battre, bien sûr, mais nouveaux. Les fables ont également été mises à jour. Cependant, le combat est encore assez chaotique, mais avec moins de vagues d'ennemis indésirables. Un autre point intéressant est que de très bons équipements Shadowguard peuvent être restaurés pour Hawk, ainsi que des accessoires spécifiques pour Anders et Warrick, et des armes pour le reste de la fratrie Hawk. De plus, l'héritage n'est pas un, mais deux patrons. Tout d'abord, Corypheus s'est avéré être un adversaire coriace avec un design très louche. Le défi est généralement plus élevé que le cadre principal et le processus de combat nécessite un peu de tactique. Juste un petit peu. Pourtant, la confrontation est agréable. Avant de l'affronter, ou même avant de réellement lancer une attaque sur la tour, il est possible d'affronter un boss optionnel, Malvinis. Pour cela, il faut entrer dans l'antre de Kata puis revenir sur ses pas à l'aide de l'objet adéquat. En fait, il serait dommage de passer à côté de ce boss si facilement. Malvernis se présente sous la forme d'un dragon fantomatique qui ressemble beaucoup à l'Éveillé ou au Spectre Humain, un adversaire coriace, bien plus complexe que la confrontation suggérée avec le Coryphée amélioré. C'est un combat assez long qui donne au DLC un avantage non négligeable. Dommage cependant que ce contenu se soit terminé aussi vite : il a fallu deux heures, et environ une demi-heure avec Malvernis. C'est très peu.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!