Test Dragon Ball Z : Goku Densetsu

Les jeux de cartes et le monde de Dragon Ball ne sont pas étrangers et entretiennent même une relation étroite depuis l’époque de la NES. Ainsi, après quelques jeux de combat sur tous les supports possibles, la Nintendo DS accueille une nouvelle partie de l’œuvre de Toriyama, qui revient dans la saga Zeto à travers des Saiyans frappant des cases pour déterminer l’avenir du monde.

Dragon Ball Z : La Légende de Goku était à l’origine destiné à maintenir à jour les batailles de cartes qui se déroulent dans l’univers Dragon Ball. Pourquoi pas, d’autant plus qu’il produit déjà de super petits jeux sur d’anciennes machines Nintendo. De plus, nous proposons une aventure avec quatre scénarios (Goku, Gohan, Piccolo et un scénario déverrouillé) et un mode multijoueur qui permet à deux amis de s’affronter au combat. Ou jouez à Doka avec trois autres personnes dans trois mini-jeux : Flyer, Find Crystal Ball et Chat with Bubble. Cependant, si à première vue, cela semble suffisant pour jouer des heures et terminer le premier chapitre de l’aventure solo, nous pensons que les développeurs se contentent du strict minimum pour tous les niveaux.

En fait, c’est ainsi que les pièces sont articulées. Vous arrivez sur un chemin pré-dessiné au début du chapitre, qui comprend des objets, des boutiques (où des objets peuvent être achetés), et des lieux spécifiques synonymes d’événements (principalement des batailles). Le but est d’utiliser des cartes pour se déplacer, utiliser des objets ou se battre pour se rendre à un endroit précis. En parlant de cela, plus vous affrontez d’ennemis, plus vous gagnez d’expérience, vous donnant une capsule (choisissez parmi cinq) chaque fois que vous montez de niveau pour améliorer un mouvement sur votre carte. Le problème c’est qu’il faut se fier à la couleur de la capsule pour savoir quoi restaurer. Un peu idiot de savoir que nous obtenons souvent des améliorations similaires qui ne font rien pour l’évolution du personnage. En dehors de cela, le jeu ne devrait pas avoir de problèmes majeurs tant que nous savons ce que nous avons entre les mains. Cela dit, intéressons-nous à l’affrontement qui représente le cœur du jeu, reposant malheureusement sur un certain niveau de chance.

La bataille elle-même nécessite huit types de cartes différents pour attaquer, inverser vos cartes avec celles de votre adversaire, vous enfuir, invoquer des alliés, utiliser des objets, etc. Ensuite, deux données sont à considérer, la puissance de la carte (représentée dans une boule de cristal, dont la puissance se mesure en nombre d’étoiles) et le numéro associé à la parade en bas à droite. Malheureusement, une bataille ne peut être gagnée qu’avec des cartes d’attaque (ou d’allié), et nous n’avons que trois vraies stratégies à notre disposition. Soit on tente le tout avec une main très faible et espère que son adversaire joue la carte flip, soit on joue la carte Z avec un maximum de puissance et on laisse choisir l’action à réaliser, soit, enfin, on attend patiemment une bonne attaque de carte graduée carte. Certes, il est également possible d’utiliser des power-ups ou des cartes d’entraînement pour améliorer sa main, mais cette technique est assez longue à mettre en place et finalement pas si sûre. Aussi, alors que les attaques énergétiques ou à courte portée infligent plus ou moins de dégâts, on peut être surpris lorsque notre parade est bien supérieure au niveau d’attaque de l’adversaire. En bref, Dragon Ball Z : La Légende de Goku est un produit qui n’a pas beaucoup d’envergure et qui est parfois amusant, mais surtout limité en termes de contenu bonus et de systèmes de jeu.

En résumé !

Test Dragon Ball Z : Goku Densetsu

Les jeux de cartes et le monde de Dragon Ball ne sont pas étrangers et entretiennent même une relation étroite depuis l'époque de la NES. Ainsi, après quelques jeux de combat sur tous les supports possibles, la Nintendo DS accueille une nouvelle partie de l'œuvre de Toriyama, qui revient dans la saga Zeto à travers des Saiyans frappant des cases pour déterminer l'avenir du monde. Dragon Ball Z : La Légende de Goku était à l'origine destiné à maintenir à jour les batailles de cartes qui se déroulent dans l'univers Dragon Ball. Pourquoi pas, d'autant plus qu'il produit déjà de super petits jeux sur d'anciennes machines Nintendo. De plus, nous proposons une aventure avec quatre scénarios (Goku, Gohan, Piccolo et un scénario déverrouillé) et un mode multijoueur qui permet à deux amis de s'affronter au combat. Ou jouez à Doka avec trois autres personnes dans trois mini-jeux : Flyer, Find Crystal Ball et Chat with Bubble. Cependant, si à première vue, cela semble suffisant pour jouer des heures et terminer le premier chapitre de l'aventure solo, nous pensons que les développeurs se contentent du strict minimum pour tous les niveaux. En fait, c'est ainsi que les pièces sont articulées. Vous arrivez sur un chemin pré-dessiné au début du chapitre, qui comprend des objets, des boutiques (où des objets peuvent être achetés), et des lieux spécifiques synonymes d'événements (principalement des batailles). Le but est d'utiliser des cartes pour se déplacer, utiliser des objets ou se battre pour se rendre à un endroit précis. En parlant de cela, plus vous affrontez d'ennemis, plus vous gagnez d'expérience, vous donnant une capsule (choisissez parmi cinq) chaque fois que vous montez de niveau pour améliorer un mouvement sur votre carte. Le problème c'est qu'il faut se fier à la couleur de la capsule pour savoir quoi restaurer. Un peu idiot de savoir que nous obtenons souvent des améliorations similaires qui ne font rien pour l'évolution du personnage. En dehors de cela, le jeu ne devrait pas avoir de problèmes majeurs tant que nous savons ce que nous avons entre les mains. Cela dit, intéressons-nous à l'affrontement qui représente le cœur du jeu, reposant malheureusement sur un certain niveau de chance. La bataille elle-même nécessite huit types de cartes différents pour attaquer, inverser vos cartes avec celles de votre adversaire, vous enfuir, invoquer des alliés, utiliser des objets, etc. Ensuite, deux données sont à considérer, la puissance de la carte (représentée dans une boule de cristal, dont la puissance se mesure en nombre d'étoiles) et le numéro associé à la parade en bas à droite. Malheureusement, une bataille ne peut être gagnée qu'avec des cartes d'attaque (ou d'allié), et nous n'avons que trois vraies stratégies à notre disposition. Soit on tente le tout avec une main très faible et espère que son adversaire joue la carte flip, soit on joue la carte Z avec un maximum de puissance et on laisse choisir l'action à réaliser, soit, enfin, on attend patiemment une bonne attaque de carte graduée carte. Certes, il est également possible d'utiliser des power-ups ou des cartes d'entraînement pour améliorer sa main, mais cette technique est assez longue à mettre en place et finalement pas si sûre. Aussi, alors que les attaques énergétiques ou à courte portée infligent plus ou moins de dégâts, on peut être surpris lorsque notre parade est bien supérieure au niveau d'attaque de l'adversaire. En bref, Dragon Ball Z : La Légende de Goku est un produit qui n'a pas beaucoup d'envergure et qui est parfois amusant, mais surtout limité en termes de contenu bonus et de systèmes de jeu.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!