Test Dragon Blade : Wrath of Fire

Dragon Blade, le nom banal et générique d’un jeu qui ne restera probablement pas dans l’histoire du jeu vidéo. Avec son implémentation datée et son gameplay outrancier, l’argument du titre est aussi déchirant que le gameplay qu’il a à nous proposer. Pendant ce temps, la Wii n’a toujours pas trouvé quelqu’un qui mérite d’être battu.

L’histoire parle du jeune guerrier Dahl, qui est obligé de défier le dragon qui a détruit son monde afin de rétablir la paix. En tant que dernier descendant de Jandar, le seul roi à avoir échappé à la trahison de ces vicieux serpents, Dar doit trouver un moyen de reconstituer les éclats d’une épée qui contient l’âme du dragon de feu Valthorian. Ancien Roi des Dragons, Valthorian a sacrifié toutes ses énergies au service de la cause de l’humanité. Mais ce crime, impardonnable parmi d’autres yeux de dragon, le corrompt puis le trahit par le roi mortel en qui il avait entièrement confiance. Après sa défaite, Valthorian a vu son âme scellée dans une épée magique, dont les fragments ont été dispersés à travers le monde. Mais l’espoir renaît lorsque Dal possède un éclat qui lui confère un pouvoir infini.

Après ce récit long mais divertissant, le jeu devient moins bavard, et la scène ne change guère tout au long de l’aventure, se limitant à défier un à un le roi criminel et le dragon. L’objectif principal est d’avancer sur les terres ennemies pour récupérer chaque éclat afin de restaurer la lame du dragon. Chaque fragment obtenu correspond à une partie du corps du dragon de Valthrian : main droite, main gauche, tête et queue. Ainsi la seule ingéniosité du logiciel réside dans l’utilisation de ces membres comme armes magiques et auxiliaires. Le reste du temps, Dahl se contentera de balancer son épée.En bon épéiste, la puissance de feu qu’exige la puissance du dragon est loin d’être inépuisable.

Dragon Blade n’est pas le premier beat’em all à faire un jeu entièrement autour de la Wiimote, mais malheureusement, les résultats ne sont pas très probants. Les actions que le joueur effectue avec la télécommande sont reproduites sous forme de frappes verticales et horizontales, et des slots doivent être ajoutés. Une frappe ascendante peut déclencher une séquence aérienne assez limitée, du moins lorsque les commandes sont prêtes à réagir correctement. Car la réactivité n’est pas le point fort du titre, et la plupart des coups ratent souvent le cadre. Ainsi, la seule façon de progresser dans le niveau est d’ajouter des esquives pour mieux ajuster sa position par rapport à l’ennemi. Il est juste de dire que le plaisir du jeu en prend un coup, d’autant plus que les joueurs se retrouvent entourés de nombreux adversaires avec de nombreux espaces ouverts. Dans ce cas, Kendo et Dodge admettent leurs limites, vous obligeant à utiliser immédiatement le Dragon Power pour nettoyer, ce qui réduit considérablement le plaisir du combat.

Au niveau de son approche, Dragonblade est finalement très similaire à Sword and Soul, mais ce dernier a l’avantage de proposer un level design plus inspiré ainsi qu’un mode coopératif. Ici, aucun mode multijoueur n’arrive, et il n’y a pas d’autre choix que d’enchaîner les niveaux dans l’ordre, en espérant ne pas retenir un boss trop puissant. L’action se résume alors à recommencer le plus possible pour apprendre les schémas à mettre en place pour frapper sans se faire défoncer, ce qui peut vite devenir fatiguant. De plus, les héros n’ont guère évolué, et nous voulions avoir une grève plus diversifiée et plus large. À un moment donné, le duel primordial peut déboucher sur une « opportunité d’attaque dévastatrice », qui correspond simplement à une série d’actions contextuelles vérifiées en appuyant sur une touche indiquée à l’écran. Cela pourrait aussi être une action liée à la Wiimote, mais en général, l’idée ne profite guère au jeu, car même la scène n’est pas inspirée. On ne va donc pas être vraiment enthousiasmé par ce titre qui cumule toutes les erreurs possibles et imaginables et dit tout ce qu’on ne veut plus voir dans les beat’em all aujourd’hui.

En résumé !

Test Dragon Blade : Wrath of Fire

Dragon Blade, le nom banal et générique d'un jeu qui ne restera probablement pas dans l'histoire du jeu vidéo. Avec son implémentation datée et son gameplay outrancier, l'argument du titre est aussi déchirant que le gameplay qu'il a à nous proposer. Pendant ce temps, la Wii n'a toujours pas trouvé quelqu'un qui mérite d'être battu. L'histoire parle du jeune guerrier Dahl, qui est obligé de défier le dragon qui a détruit son monde afin de rétablir la paix. En tant que dernier descendant de Jandar, le seul roi à avoir échappé à la trahison de ces vicieux serpents, Dar doit trouver un moyen de reconstituer les éclats d'une épée qui contient l'âme du dragon de feu Valthorian. Ancien Roi des Dragons, Valthorian a sacrifié toutes ses énergies au service de la cause de l'humanité. Mais ce crime, impardonnable parmi d'autres yeux de dragon, le corrompt puis le trahit par le roi mortel en qui il avait entièrement confiance. Après sa défaite, Valthorian a vu son âme scellée dans une épée magique, dont les fragments ont été dispersés à travers le monde. Mais l'espoir renaît lorsque Dal possède un éclat qui lui confère un pouvoir infini. Après ce récit long mais divertissant, le jeu devient moins bavard, et la scène ne change guère tout au long de l'aventure, se limitant à défier un à un le roi criminel et le dragon. L'objectif principal est d'avancer sur les terres ennemies pour récupérer chaque éclat afin de restaurer la lame du dragon. Chaque fragment obtenu correspond à une partie du corps du dragon de Valthrian : main droite, main gauche, tête et queue. Ainsi la seule ingéniosité du logiciel réside dans l'utilisation de ces membres comme armes magiques et auxiliaires. Le reste du temps, Dahl se contentera de balancer son épée.En bon épéiste, la puissance de feu qu'exige la puissance du dragon est loin d'être inépuisable. Dragon Blade n'est pas le premier beat'em all à faire un jeu entièrement autour de la Wiimote, mais malheureusement, les résultats ne sont pas très probants. Les actions que le joueur effectue avec la télécommande sont reproduites sous forme de frappes verticales et horizontales, et des slots doivent être ajoutés. Une frappe ascendante peut déclencher une séquence aérienne assez limitée, du moins lorsque les commandes sont prêtes à réagir correctement. Car la réactivité n'est pas le point fort du titre, et la plupart des coups ratent souvent le cadre. Ainsi, la seule façon de progresser dans le niveau est d'ajouter des esquives pour mieux ajuster sa position par rapport à l'ennemi. Il est juste de dire que le plaisir du jeu en prend un coup, d'autant plus que les joueurs se retrouvent entourés de nombreux adversaires avec de nombreux espaces ouverts. Dans ce cas, Kendo et Dodge admettent leurs limites, vous obligeant à utiliser immédiatement le Dragon Power pour nettoyer, ce qui réduit considérablement le plaisir du combat. Au niveau de son approche, Dragonblade est finalement très similaire à Sword and Soul, mais ce dernier a l'avantage de proposer un level design plus inspiré ainsi qu'un mode coopératif. Ici, aucun mode multijoueur n'arrive, et il n'y a pas d'autre choix que d'enchaîner les niveaux dans l'ordre, en espérant ne pas retenir un boss trop puissant. L'action se résume alors à recommencer le plus possible pour apprendre les schémas à mettre en place pour frapper sans se faire défoncer, ce qui peut vite devenir fatiguant. De plus, les héros n'ont guère évolué, et nous voulions avoir une grève plus diversifiée et plus large. À un moment donné, le duel primordial peut déboucher sur une "opportunité d'attaque dévastatrice", qui correspond simplement à une série d'actions contextuelles vérifiées en appuyant sur une touche indiquée à l'écran. Cela pourrait aussi être une action liée à la Wiimote, mais en général, l'idée ne profite guère au jeu, car même la scène n'est pas inspirée. On ne va donc pas être vraiment enthousiasmé par ce titre qui cumule toutes les erreurs possibles et imaginables et dit tout ce qu'on ne veut plus voir dans les beat'em all aujourd'hui.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!