Test Dragon Quest Heroes : Slime Edition : Un sacré beat’em all !

Après des mois de patience, les joueurs PC ont enfin la chance de voir des héros de Dragon Quest arriver sur Steam. Vous n’avez plus besoin d’une PS4 pour vivre l’expérience beat’em all ultime dans le monde de Dragon Quest Saga. Et, bonne nouvelle, la greffe a réussi !

l’union fait la force

Le royaume d’Arbera est dans un état de panique depuis que des monstres autrefois pacifiques se sont soudainement transformés en humains sous l’influence d’un sortilège maléfique. Selon toute vraisemblance, il semble que quelqu’un contrôle secrètement ces créatures, et le protecteur du royaume d’Abela envisage de découvrir de qui il s’agit. C’est pourquoi le joueur se retrouve bientôt obligé de choisir lequel des deux capitaines de garde sera son chef. Mais que l’on choisisse Lucéus ou Aurore, jouables dès le début du jeu, chacun s’impose comme des personnages diamétralement opposés, une demoiselle souvent enragée par le tyran implacable de son ami tactique. À côté d’eux, nous voyons Lord Doric, un grand homme barbu brandissant un bâton distinctif, puis Isilder, une jeune femme douée en génie mécanique et douée pour les boomerangs.

Au fil de la mission, le groupe accueillera d’autres alliés puissants, tous bien connus des fans de la série car issus de différents volets de la saga Dragon Quest. Commencez avec l’experte en combo de mêlée Tsarina Alina et son protecteur, le prêtre lance Kiryl. Ils rejoindront ensuite le brillant épéiste Terry, ou plutôt Tommy en vf, et la liberté d’assumer un niveau de traduction leur réservera quelques mauvaises surprises, notamment des choses sur les monstres et la magie. À partir de la huitième partie, nous verrons la magicienne brandissant un fouet, Jessica, et son acolyte costaud, Youngs, qui n’est jamais séparé de sa hache et de son casque à pointes. Ensuite, il y a Dragon Dancer Maya et les fées du cinquième ouvrage Nilla et Bianca, respectivement magicienne et archer, et un individu bonus, ce qui en fait une équipe vraiment complémentaire. Au total, nous pourrons choisir parmi une dizaine de combattants pour des missions avec notre chef et trois autres compagnons, une bonne idée étant de pouvoir passer de l’un à l’autre à tout moment. Les yeux, les yeux du jeu.

Inscrivez-vous avec le diable?

En passant à vaincre massivement leur camp, Dragon Quest Heroes ne commet pas l’erreur de tomber dans la misère d’une formule musô « dégoûtante » basée sur la conquête de forteresse, au contraire, il parvient à imposer à He la jouabilité et le respect de la série. Ici, tout tourne autour de l’objectif de protéger en stoppant les vagues d’ennemis déboulant des générateurs appelés « malströms ». En éliminant leurs gardiens, il était théoriquement possible de fermer tous les portails et d’arrêter le flux de monstres, mais le temps nécessaire pour y parvenir s’avère souvent trop long pour garantir la protection des personnes ou des éléments qui doivent assurer la survie.

C’est là qu’intervient le Monster Medallion, ils peuvent apparaître lorsque nous éliminons des créatures ennemies, et nous pouvons ensuite les invoquer sur le champ de bataille pour combattre à nos côtés. Il ne reste plus qu’à les positionner intelligemment pour qu’ils défendent un emplacement précis lorsque nous partons en guerre ailleurs, sachant que ces monstres se battront pour nous jusqu’à leur mort ou jusqu’à ce que nous décidions de les remplacer, malheureusement, de médailles. Les positions ne sont pas infinies. On peut donc composer avec tous les monstres qui composent la fable du jeu, dont certains n’interviennent qu’occasionnellement, le temps d’équilibrer leurs techniques avant de disparaître dans la fumée.

Château dans LE ciel

Le gameplay est basé sur des arbres de compétences, déverrouillés au fur et à mesure que nos héros acquièrent de l’expérience et montent de niveau, et des points de compétence peuvent être attribués à chaque fois qu’ils reviennent au QG. Ce dernier est situé sur une forteresse volante appelée Aeroc. Entre techniques spéciales, combos et magie, on ne peut pas dire que les personnages soient impuissants, même si le système de combat reste assez basique afin de le rendre accessible au plus grand nombre. Les subtilités viendront de la gestion des MP et de la charge d’une magie puissante, mais aussi de la façon dont nous utilisons la technologie haute tension, tout droit issue de la huitième œuvre. En plus de nous offrir d’importants bonus (invincibilité temporaire, PM infini, etc.), la haute tension permet à chaque héros d’utiliser pleinement son potentiel offensif avec de superbes compétences de scène. Forcément, on ne peut que regretter que nos héros n’aient qu’une seule technique de ce genre, mais leur exécution est toujours un pur moment de joie.

De temps en temps, le jeu tentera aussi de nous surprendre avec des objectifs qui impliquent de contrôler des tourelles ou des balistes, mais finalement la dimension « tower defense » des quêtes liées aux médaillons de monstres restera la plus mémorable. Certes, le jeu ne fait pas preuve d’une originalité extraordinaire, mais il est suffisamment travaillé pour tirer le meilleur parti de ces jeux totalement démesurés, surtout face aux boss les plus massifs. Alors que nous nous attaquions à la conquête à 100% avec la myriade de quêtes secondaires proposées par HQ, le défi était assez décourageant et nous avons été émerveillés par l’énorme cycle de vie du titre, qui était plus proche d’un RPG que de les battre. Il faut dire que tous les DLC originaux sont automatiquement inclus, et le nombre de quêtes à accomplir est stupéfiant, et à moins que vous ne prétendiez les conquérir, certains boss risquent de vous demander de faire quelques améliorations avant d’utiliser le slime métallique.

Heureusement, il existe de nombreux services dans Flying Castle qui vous permettent de rendre vos héros puissants, notamment grâce à des recettes alchimiques et des équipements évolutifs. On peut donc passer beaucoup de temps à se battre dans Dragon Quest Heroes, parfois juste pour terminer quelques petites quêtes, mener vers un boss caché, ou rassembler les matériaux nécessaires à tel ou tel type d’accessoire mystérieux, et déterrer de tous les monstres nous possédons doivent être supprimés. A cet égard, le titre réussit à transmettre à sa manière le caractère épique des épisodes RPG de la série, ce qui est déjà une véritable prouesse en soi. Même la collection de mini-médailles n’a pas été oubliée, et les fans de la franchise ne cachent pas leur joie de voir la bestialité « toryamaesque » qui leur est présentée en temps réel, et les animations renforcent ce ravissant personnage de Monster. Forcément, la présence des thèmes musicaux emblématiques de la série n’est d’ailleurs pas étrangère à l’efficacité de l’ambiance générale de l’appli, surtout si vous avez la bonne idée d’activer le son japonais dans les options. Au final, il ne nous manque plus qu’un mode multijoueur coopératif qui nous offre la victoire totale, mais on nous dit, la prochaine fois…

En résumé !

Test Dragon Quest Heroes : Slime Edition : Un sacré beat’em all !

Après des mois de patience, les joueurs PC ont enfin la chance de voir des héros de Dragon Quest arriver sur Steam. Vous n'avez plus besoin d'une PS4 pour vivre l'expérience beat'em all ultime dans le monde de Dragon Quest Saga. Et, bonne nouvelle, la greffe a réussi ! l'union fait la force Le royaume d'Arbera est dans un état de panique depuis que des monstres autrefois pacifiques se sont soudainement transformés en humains sous l'influence d'un sortilège maléfique. Selon toute vraisemblance, il semble que quelqu'un contrôle secrètement ces créatures, et le protecteur du royaume d'Abela envisage de découvrir de qui il s'agit. C'est pourquoi le joueur se retrouve bientôt obligé de choisir lequel des deux capitaines de garde sera son chef. Mais que l'on choisisse Lucéus ou Aurore, jouables dès le début du jeu, chacun s'impose comme des personnages diamétralement opposés, une demoiselle souvent enragée par le tyran implacable de son ami tactique. À côté d'eux, nous voyons Lord Doric, un grand homme barbu brandissant un bâton distinctif, puis Isilder, une jeune femme douée en génie mécanique et douée pour les boomerangs. Au fil de la mission, le groupe accueillera d'autres alliés puissants, tous bien connus des fans de la série car issus de différents volets de la saga Dragon Quest. Commencez avec l'experte en combo de mêlée Tsarina Alina et son protecteur, le prêtre lance Kiryl. Ils rejoindront ensuite le brillant épéiste Terry, ou plutôt Tommy en vf, et la liberté d'assumer un niveau de traduction leur réservera quelques mauvaises surprises, notamment des choses sur les monstres et la magie. À partir de la huitième partie, nous verrons la magicienne brandissant un fouet, Jessica, et son acolyte costaud, Youngs, qui n'est jamais séparé de sa hache et de son casque à pointes. Ensuite, il y a Dragon Dancer Maya et les fées du cinquième ouvrage Nilla et Bianca, respectivement magicienne et archer, et un individu bonus, ce qui en fait une équipe vraiment complémentaire. Au total, nous pourrons choisir parmi une dizaine de combattants pour des missions avec notre chef et trois autres compagnons, une bonne idée étant de pouvoir passer de l'un à l'autre à tout moment. Les yeux, les yeux du jeu. Inscrivez-vous avec le diable? En passant à vaincre massivement leur camp, Dragon Quest Heroes ne commet pas l'erreur de tomber dans la misère d'une formule musô "dégoûtante" basée sur la conquête de forteresse, au contraire, il parvient à imposer à He la jouabilité et le respect de la série. Ici, tout tourne autour de l'objectif de protéger en stoppant les vagues d'ennemis déboulant des générateurs appelés "malströms". En éliminant leurs gardiens, il était théoriquement possible de fermer tous les portails et d'arrêter le flux de monstres, mais le temps nécessaire pour y parvenir s'avère souvent trop long pour garantir la protection des personnes ou des éléments qui doivent assurer la survie. C'est là qu'intervient le Monster Medallion, ils peuvent apparaître lorsque nous éliminons des créatures ennemies, et nous pouvons ensuite les invoquer sur le champ de bataille pour combattre à nos côtés. Il ne reste plus qu'à les positionner intelligemment pour qu'ils défendent un emplacement précis lorsque nous partons en guerre ailleurs, sachant que ces monstres se battront pour nous jusqu'à leur mort ou jusqu'à ce que nous décidions de les remplacer, malheureusement, de médailles. Les positions ne sont pas infinies. On peut donc composer avec tous les monstres qui composent la fable du jeu, dont certains n'interviennent qu'occasionnellement, le temps d'équilibrer leurs techniques avant de disparaître dans la fumée. Château dans LE ciel Le gameplay est basé sur des arbres de compétences, déverrouillés au fur et à mesure que nos héros acquièrent de l'expérience et montent de niveau, et des points de compétence peuvent être attribués à chaque fois qu'ils reviennent au QG. Ce dernier est situé sur une forteresse volante appelée Aeroc. Entre techniques spéciales, combos et magie, on ne peut pas dire que les personnages soient impuissants, même si le système de combat reste assez basique afin de le rendre accessible au plus grand nombre. Les subtilités viendront de la gestion des MP et de la charge d'une magie puissante, mais aussi de la façon dont nous utilisons la technologie haute tension, tout droit issue de la huitième œuvre. En plus de nous offrir d'importants bonus (invincibilité temporaire, PM infini, etc.), la haute tension permet à chaque héros d'utiliser pleinement son potentiel offensif avec de superbes compétences de scène. Forcément, on ne peut que regretter que nos héros n'aient qu'une seule technique de ce genre, mais leur exécution est toujours un pur moment de joie. De temps en temps, le jeu tentera aussi de nous surprendre avec des objectifs qui impliquent de contrôler des tourelles ou des balistes, mais finalement la dimension "tower defense" des quêtes liées aux médaillons de monstres restera la plus mémorable. Certes, le jeu ne fait pas preuve d'une originalité extraordinaire, mais il est suffisamment travaillé pour tirer le meilleur parti de ces jeux totalement démesurés, surtout face aux boss les plus massifs. Alors que nous nous attaquions à la conquête à 100% avec la myriade de quêtes secondaires proposées par HQ, le défi était assez décourageant et nous avons été émerveillés par l'énorme cycle de vie du titre, qui était plus proche d'un RPG que de les battre. Il faut dire que tous les DLC originaux sont automatiquement inclus, et le nombre de quêtes à accomplir est stupéfiant, et à moins que vous ne prétendiez les conquérir, certains boss risquent de vous demander de faire quelques améliorations avant d'utiliser le slime métallique. Heureusement, il existe de nombreux services dans Flying Castle qui vous permettent de rendre vos héros puissants, notamment grâce à des recettes alchimiques et des équipements évolutifs. On peut donc passer beaucoup de temps à se battre dans Dragon Quest Heroes, parfois juste pour terminer quelques petites quêtes, mener vers un boss caché, ou rassembler les matériaux nécessaires à tel ou tel type d'accessoire mystérieux, et déterrer de tous les monstres nous possédons doivent être supprimés. A cet égard, le titre réussit à transmettre à sa manière le caractère épique des épisodes RPG de la série, ce qui est déjà une véritable prouesse en soi. Même la collection de mini-médailles n'a pas été oubliée, et les fans de la franchise ne cachent pas leur joie de voir la bestialité "toryamaesque" qui leur est présentée en temps réel, et les animations renforcent ce ravissant personnage de Monster. Forcément, la présence des thèmes musicaux emblématiques de la série n'est d'ailleurs pas étrangère à l'efficacité de l'ambiance générale de l'appli, surtout si vous avez la bonne idée d'activer le son japonais dans les options. Au final, il ne nous manque plus qu'un mode multijoueur coopératif qui nous offre la victoire totale, mais on nous dit, la prochaine fois...
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!