Test Dragon’s Lair 3D

Depuis 1984, la série Dragon’s Lair sévit sur la plupart des machines du marché : Amiga, Nes, Gameboy, PC… Aujourd’hui notre cher Dirk est présent sur une nouvelle génération de consoles. Si l’univers et les personnages restent les mêmes, il n’en est rien avec un système de jeu complètement repensé.

Après avoir quitté le 2D du travail précédent, nous entrons en 3D. Eh bien, le look de dessin animé a été préservé, et nous avons trouvé un personnage dans le jeu qui était de couleur cel, c’est-à-dire qu’ils ont vraiment un design très comique en raison de leur look au crayon. Les textures utilisées sont vraiment simples et souvent des couleurs unies sont utilisées pour décorer les personnages. Aussi, le décor est taillé à la hache. Dans un autre jeu, on pourrait dire qu’il manque de polygones, mais ici, il semble être en faveur d’un look caricatural. Si ce design ne plaît évidemment pas à tout le monde, il a l’avantage de créer une ambiance très particulière qui, à mon avis, est très agréable.

En plus des gros changements graphiques, le gameplay a également profondément changé. Donc, si les premiers épisodes de la série se concentraient sur les pièges à éviter pour passer à autre chose, il s’agissait plutôt d’un jeu d’action médiocre avec des étapes de plateforme. Cependant, des écueils subsistent. Vous devrez donc éviter d’être transpercé par des lances, qui périodiquement rebondissent sur les murs, se brûlent en cendres, se brisent contre les murs… La différence est qu’il y a aussi beaucoup de plates-formes et de passages d’action. Vous devrez sauter sur des rondins en mouvement, sauter de corde en corde comme Tarzan, et courir pour éviter de tomber dans le vide alors que les escaliers sur lesquels vous vous tenez disparaissent…

Évidemment, certaines de ces épreuves sont difficiles à surmonter. Non seulement à cause de leurs difficultés inhérentes, mais aussi parce que les réactions de Dirk sont parfois assez surprenantes. En fait, les contrôles ont tendance à ne pas réagir rapidement. Le problème survient souvent dans des endroits délicats, et ce court délai est souvent fatal, car la moindre erreur est instantanément mise à mort. Heureusement, le jeu peut être sauvegardé à tout moment. C’est ce que vous faites toutes les 10 secondes de peur de tomber lors de votre prochain saut ou de vous brûler dans un piège que vous ne pouviez pas voir jusqu’à ce que vous soyez coincé. Oui, vous allez devoir refaire plein d’endroits plusieurs fois car certains pièges très vicieux ne se déclenchent que lorsque vous venez. Le temps de comprendre leur fonctionnement, vous devrez refaire certaines pièces au moins 4 ou 5 fois. Donc, le jeu se résume généralement à : on avance, on saute, on sauve, on saute, on tombe, on charge sauvegarde, on saute, on se fait harponner, on charge sauvegarde… il va falloir beaucoup de patience pour surmonter ce jeu difficile.

Mais je n’ai pas encore abordé l’histoire du titre. Notez qu’il ira très vite car il s’adapte aux doigts du lutin. Vous incarnez l’audacieux Dirk, un chevalier maladroit qui doit sauver la princesse Daphné capturée par le terrifiant sorcier Mordlock. Une histoire d’innovation, n’est-ce pas ? Bon, heureusement l’univers est orienté humour, mais les développeurs n’en ont pas assez fait avec le délire, et c’est encore un peu trop sérieux. Pourquoi les designs de monstres ne sont-ils pas plus étranges ? Pourquoi les pièges ne sont-ils pas plus farfelus ? Par exemple, on aimerait voir Dirk se faire écraser par une casserole tombée du plafond… bref, c’est sans délire. Trap c’est trop classique, je l’ai vu. Bon, il y a un peu d’humour, mais pas assez à mon goût.

Au niveau du son, on peut dire que le jeu fait du bon boulot. La musique et les effets sonores ont parfaitement fait leur travail. Une poignée de cinématiques sont également bonnes, également réalisées par le célèbre dessinateur Don Bruce (Titan AE, Anastasia…). Mais malheureusement, cela ne suffit pas pour nous faire oublier le gameplay minimaliste, la jouabilité imparfaite et la difficulté élevée qui, malheureusement, enlèvent tout le potentiel de Dragon’s Lair 3D.

En résumé !

Test Dragon’s Lair 3D

Depuis 1984, la série Dragon's Lair sévit sur la plupart des machines du marché : Amiga, Nes, Gameboy, PC... Aujourd'hui notre cher Dirk est présent sur une nouvelle génération de consoles. Si l'univers et les personnages restent les mêmes, il n'en est rien avec un système de jeu complètement repensé. Après avoir quitté le 2D du travail précédent, nous entrons en 3D. Eh bien, le look de dessin animé a été préservé, et nous avons trouvé un personnage dans le jeu qui était de couleur cel, c'est-à-dire qu'ils ont vraiment un design très comique en raison de leur look au crayon. Les textures utilisées sont vraiment simples et souvent des couleurs unies sont utilisées pour décorer les personnages. Aussi, le décor est taillé à la hache. Dans un autre jeu, on pourrait dire qu'il manque de polygones, mais ici, il semble être en faveur d'un look caricatural. Si ce design ne plaît évidemment pas à tout le monde, il a l'avantage de créer une ambiance très particulière qui, à mon avis, est très agréable. En plus des gros changements graphiques, le gameplay a également profondément changé. Donc, si les premiers épisodes de la série se concentraient sur les pièges à éviter pour passer à autre chose, il s'agissait plutôt d'un jeu d'action médiocre avec des étapes de plateforme. Cependant, des écueils subsistent. Vous devrez donc éviter d'être transpercé par des lances, qui périodiquement rebondissent sur les murs, se brûlent en cendres, se brisent contre les murs... La différence est qu'il y a aussi beaucoup de plates-formes et de passages d'action. Vous devrez sauter sur des rondins en mouvement, sauter de corde en corde comme Tarzan, et courir pour éviter de tomber dans le vide alors que les escaliers sur lesquels vous vous tenez disparaissent... Évidemment, certaines de ces épreuves sont difficiles à surmonter. Non seulement à cause de leurs difficultés inhérentes, mais aussi parce que les réactions de Dirk sont parfois assez surprenantes. En fait, les contrôles ont tendance à ne pas réagir rapidement. Le problème survient souvent dans des endroits délicats, et ce court délai est souvent fatal, car la moindre erreur est instantanément mise à mort. Heureusement, le jeu peut être sauvegardé à tout moment. C'est ce que vous faites toutes les 10 secondes de peur de tomber lors de votre prochain saut ou de vous brûler dans un piège que vous ne pouviez pas voir jusqu'à ce que vous soyez coincé. Oui, vous allez devoir refaire plein d'endroits plusieurs fois car certains pièges très vicieux ne se déclenchent que lorsque vous venez. Le temps de comprendre leur fonctionnement, vous devrez refaire certaines pièces au moins 4 ou 5 fois. Donc, le jeu se résume généralement à : on avance, on saute, on sauve, on saute, on tombe, on charge sauvegarde, on saute, on se fait harponner, on charge sauvegarde... il va falloir beaucoup de patience pour surmonter ce jeu difficile. Mais je n'ai pas encore abordé l'histoire du titre. Notez qu'il ira très vite car il s'adapte aux doigts du lutin. Vous incarnez l'audacieux Dirk, un chevalier maladroit qui doit sauver la princesse Daphné capturée par le terrifiant sorcier Mordlock. Une histoire d'innovation, n'est-ce pas ? Bon, heureusement l'univers est orienté humour, mais les développeurs n'en ont pas assez fait avec le délire, et c'est encore un peu trop sérieux. Pourquoi les designs de monstres ne sont-ils pas plus étranges ? Pourquoi les pièges ne sont-ils pas plus farfelus ? Par exemple, on aimerait voir Dirk se faire écraser par une casserole tombée du plafond... bref, c'est sans délire. Trap c'est trop classique, je l'ai vu. Bon, il y a un peu d'humour, mais pas assez à mon goût. Au niveau du son, on peut dire que le jeu fait du bon boulot. La musique et les effets sonores ont parfaitement fait leur travail. Une poignée de cinématiques sont également bonnes, également réalisées par le célèbre dessinateur Don Bruce (Titan AE, Anastasia...). Mais malheureusement, cela ne suffit pas pour nous faire oublier le gameplay minimaliste, la jouabilité imparfaite et la difficulté élevée qui, malheureusement, enlèvent tout le potentiel de Dragon's Lair 3D.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!