Test Dungeon Hunter

Plate-forme de jeu en elle-même, l’iPhone est désormais capable de faire tourner des jeux qui n’ont pas à rougir d’être comparés à certains hits DS ou PSP. Par exemple, en ce qui concerne le hack’n slash, Dungeon Hunter est un incontournable, comme nous le verrons sans mal.

Certes, Dungeon Hunter n’est pas original, et sa scène bon marché est que le prince est prêt à tout pour réparer les torts du passé et sauver son royaume. Cependant, il suffit de regarder la magnifique cinématique d’introduction pour voir que Gameloft s’est donné beaucoup de mal pour nous offrir un hack’n slash particulièrement efficace. Qu’il s’agisse des graphismes 3D éblouissants ou de la bande son absolument exceptionnelle, l’implémentation de Dungeon Hunter est tout simplement époustouflante sur un simple iPhone. Au niveau ou deux qu’on nous propose à notre guerrier, bandit ou mage incarné, il suffit de voir que, malgré son gameplay médiocre, ses mécanismes de jeu attirent également beaucoup l’attention.

Les fans du genre savent qu’un bon hack’n slash est avant tout un savant équilibre entre la progression de notre héros et la force des hordes de monstres qu’il passe son temps à tuer dans des environnements hostiles. À cet égard, pas de problème, Dungeon Hunter a fait un excellent travail. Nous commençons notre aventure avec un vrai paysan armé d’armes pathétiques, et les objets laissés par notre premier adversaire sont juste pathétiques (bâton de mendiant, sandales en lin, bagues en bois, etc.). Cependant, au fur et à mesure que nous parcourons le paysage et gagnons de l’expérience en battant nos ennemis avec des épées géantes ou des éclairs, nous rencontrons plus de butin, ce qui est plus amusant tout en gagnant de l’expérience. Ainsi, il est possible d’attribuer des points supplémentaires à nos différentes stats (force, agilité, endurance…) et d’améliorer nos compétences choisies à chaque niveau. Spin Attack, Water Arrow, Sneak… Trois personnages jouables avec pas moins de 15 capacités uniques.

Concernant les commandes et l’interface, la prise en main est relativement bonne. Dans le coin inférieur gauche de l’écran se trouve le bâton tactile mobile, et à droite se trouvent les attaques, les compétences et les sorts. Ouvrez l’inventaire en touchant une simple icône, et buvez avidement la potion en touchant un petit symbole à droite de nos compteurs de santé, de mana et d’expérience. A l’usage, force est de reconnaître que ce système fonctionne, même si certains s’opposeront sans doute au menu déroulant des sorts et compétences placé au-dessus du bouton d’attaque. En effet, le toucher horizontalement suffit à le faire défiler et changer de capacité sans le vouloir. Par conséquent, nous sommes plus ou moins obligés de ne placer qu’un seul élément dans ce menu afin d’éviter les mauvaises surprises. Bien sûr, c’est un détail, mais ce défaut est très mauvais pour l’ergonomie du logiciel.

Le menu est encore plus satisfaisant. Creusant, organisés et très intuitifs, ceux-ci nous permettent de vérifier facilement et rapidement nos stats, de modifier nos capacités ou de changer d’équipement. En ce qui concerne l’équipement, vous constaterez que vous trouverez une tonne d’encombrement sur les cadavres de monstres et dans de nombreux coffres, allant de diverses armes aux ceintures en passant par les armures, les bottes, les casques et autres anneaux magiques. C’est désormais une tradition depuis Diablo, et la couleur du nom d’un objet indique sa rareté, d’où sa puissance théorique. Par exemple, un objet vert bénéficie d’un enchantement, tandis que les objets bleus et jaunes bénéficient respectivement de deux et trois enchantements, accordant tous les bonus imaginables (augmentation des traits, perte de vie, etc.).

Au final, il semble que Dungeon Hunter soit bel et bien du hack and slash classique, mais le souci du détail est omniprésent. De ces petites fées que l’on peut recruter pour nous accompagner et nous permettre d’utiliser leurs sorts, à la possibilité de transformer des objets qui se dressent sur notre chemin à tout moment, le logiciel est très profond et très complet. A ne pas manquer pour les amateurs de Hack’n slash. Comme pour tout le monde, Dungeon Hunter est sans aucun doute le meilleur moyen de découvrir le genre sur iPhone. Pour seulement 5,49 €, ils ne seront vraiment pas déçus.

En résumé !

Test Dungeon Hunter

Plate-forme de jeu en elle-même, l'iPhone est désormais capable de faire tourner des jeux qui n'ont pas à rougir d'être comparés à certains hits DS ou PSP. Par exemple, en ce qui concerne le hack'n slash, Dungeon Hunter est un incontournable, comme nous le verrons sans mal. Certes, Dungeon Hunter n'est pas original, et sa scène bon marché est que le prince est prêt à tout pour réparer les torts du passé et sauver son royaume. Cependant, il suffit de regarder la magnifique cinématique d'introduction pour voir que Gameloft s'est donné beaucoup de mal pour nous offrir un hack'n slash particulièrement efficace. Qu'il s'agisse des graphismes 3D éblouissants ou de la bande son absolument exceptionnelle, l'implémentation de Dungeon Hunter est tout simplement époustouflante sur un simple iPhone. Au niveau ou deux qu'on nous propose à notre guerrier, bandit ou mage incarné, il suffit de voir que, malgré son gameplay médiocre, ses mécanismes de jeu attirent également beaucoup l'attention. Les fans du genre savent qu'un bon hack'n slash est avant tout un savant équilibre entre la progression de notre héros et la force des hordes de monstres qu'il passe son temps à tuer dans des environnements hostiles. À cet égard, pas de problème, Dungeon Hunter a fait un excellent travail. Nous commençons notre aventure avec un vrai paysan armé d'armes pathétiques, et les objets laissés par notre premier adversaire sont juste pathétiques (bâton de mendiant, sandales en lin, bagues en bois, etc.). Cependant, au fur et à mesure que nous parcourons le paysage et gagnons de l'expérience en battant nos ennemis avec des épées géantes ou des éclairs, nous rencontrons plus de butin, ce qui est plus amusant tout en gagnant de l'expérience. Ainsi, il est possible d'attribuer des points supplémentaires à nos différentes stats (force, agilité, endurance...) et d'améliorer nos compétences choisies à chaque niveau. Spin Attack, Water Arrow, Sneak... Trois personnages jouables avec pas moins de 15 capacités uniques. Concernant les commandes et l'interface, la prise en main est relativement bonne. Dans le coin inférieur gauche de l'écran se trouve le bâton tactile mobile, et à droite se trouvent les attaques, les compétences et les sorts. Ouvrez l'inventaire en touchant une simple icône, et buvez avidement la potion en touchant un petit symbole à droite de nos compteurs de santé, de mana et d'expérience. A l'usage, force est de reconnaître que ce système fonctionne, même si certains s'opposeront sans doute au menu déroulant des sorts et compétences placé au-dessus du bouton d'attaque. En effet, le toucher horizontalement suffit à le faire défiler et changer de capacité sans le vouloir. Par conséquent, nous sommes plus ou moins obligés de ne placer qu'un seul élément dans ce menu afin d'éviter les mauvaises surprises. Bien sûr, c'est un détail, mais ce défaut est très mauvais pour l'ergonomie du logiciel. Le menu est encore plus satisfaisant. Creusant, organisés et très intuitifs, ceux-ci nous permettent de vérifier facilement et rapidement nos stats, de modifier nos capacités ou de changer d'équipement. En ce qui concerne l'équipement, vous constaterez que vous trouverez une tonne d'encombrement sur les cadavres de monstres et dans de nombreux coffres, allant de diverses armes aux ceintures en passant par les armures, les bottes, les casques et autres anneaux magiques. C'est désormais une tradition depuis Diablo, et la couleur du nom d'un objet indique sa rareté, d'où sa puissance théorique. Par exemple, un objet vert bénéficie d'un enchantement, tandis que les objets bleus et jaunes bénéficient respectivement de deux et trois enchantements, accordant tous les bonus imaginables (augmentation des traits, perte de vie, etc.). Au final, il semble que Dungeon Hunter soit bel et bien du hack and slash classique, mais le souci du détail est omniprésent. De ces petites fées que l'on peut recruter pour nous accompagner et nous permettre d'utiliser leurs sorts, à la possibilité de transformer des objets qui se dressent sur notre chemin à tout moment, le logiciel est très profond et très complet. A ne pas manquer pour les amateurs de Hack'n slash. Comme pour tout le monde, Dungeon Hunter est sans aucun doute le meilleur moyen de découvrir le genre sur iPhone. Pour seulement 5,49 €, ils ne seront vraiment pas déçus.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!