Test Dungeon Siege : Throne of Agony

Dungeon Siege a connu un énorme succès sur PC, et l’éditeur compte bien renouveler l’action sur PSP avec un tout nouveau titre. Ce dernier hérite évidemment du background et des principes d’heroic fantasy de l’original, mais il s’agit pour nous d’un nouveau jeu d’aventure et d’un gameplay profondément repensé pour la spécificité des consoles portables de Sony. Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est assez réussi dans l’ensemble.

De manière très classique, le jeu commence par la création de votre personnage. Là, il faut avouer que les possibilités sont assez limitées, puisqu’on n’a droit qu’à trois classes : combattant, mage, et voleur qui peut attaquer avec deux armes. Tout au long de votre aventure, vous pourrez toujours vous spécialiser en choisissant entre une « Classe Héroïque » au niveau 30 et une « Classe Légendaire » au niveau 60. Par exemple, si vous incarnez un mage, votre première spécialisation vous obligera à être en magie noire et en magie blanche, les pouvoirs associés étant sensiblement différents. La montée en niveau apporte à votre personnage des points de compétence que vous pouvez attribuer librement en choisissant d’augmenter votre force, votre agilité… mais aussi un point de compétence, indispensable pour améliorer vos sorts et coups spéciaux. En fait, ceux-ci se débloquent automatiquement, mais il faut dépenser des points pour augmenter leur efficacité.

A noter que vous ne serez jamais seul lors de votre aventure, car des compagnons de voyage vous aideront. Une fois que vous avez créé votre personnage, vous devez en choisir un. Cependant, cela ne peut pas être contrôlé directement. Vous pouvez choisir les compétences que vous souhaitez améliorer pour lui. Son comportement est également l’un des points faibles du jeu, il arrive qu’il n’attaque pas les monstres, ni même ne frappe les murs pour gaspiller des boules de feu, tout cela parce que l’IA ne pense pas qu’il soit inapproprié de contourner les obstacles. Heureusement, on s’est vite rendu compte que le rôle de ce coéquipier était vraiment secondaire, et on aurait pu très bien s’en passer. On se demande même pourquoi un développeur l’inclurait, puisque nous pouvons bien le faire nous-mêmes. Par conséquent, la plupart des joueurs seront les moins préoccupés par leurs compagnons de jeu. Pour compléter ce sujet, précisons qu’au cours de l’aventure, vous pourrez recruter d’autres alliés, mais sachez qu’un seul d’entre eux pourra vous aider. Ainsi, vous pouvez accéder à un menu où vous pouvez choisir le compagnon que vous souhaitez utiliser.

La progression se veut non linéaire. En ville, vous pouvez avoir des quêtes secondaires que vous pouvez librement résoudre ou non. Niveaux et donjons ne sont pas bêtement liés car la carte est accessible et vous pouvez choisir où vous souhaitez visiter. En vérité cependant, Dungeon Siege : Throne of Pain conserve une certaine linéarité. On s’est vite rendu compte qu’on ne pouvait aller nulle part à cause des niveaux monstres qui existaient. Il ne suffit donc pas de choisir un lieu juste en se disant que vous continuerez votre aventure par un certain chemin, car votre chemin sera marqué par les difficultés que vous rencontrerez. Logiquement, si vous n’êtes que de niveau 10, vous ne pourrez pas progresser dans un donjon avec des monstres de niveau 20. Les joueurs occasionnels peuvent être assurés qu’ils ne risquent pas de se perdre, d’autant plus que chaque mission indique le niveau recommandé dans votre journal. Cela vous évitera de démarrer des tâches qui sont clairement trop complexes pour vous. En suivant ces instructions, vous ne devriez avoir aucune difficulté à terminer l’aventure car le jeu est très simple. Il y a en effet pas mal de potions de vie et de mana, et les monstres n’ont pas beaucoup de résistance.

Tout cela fait de Dungeon Siege: Throne of Pain un jeu facile à jouer. Son interface est pratique (pas gagné par quelques boutons de la PSP à l’avance), le jeu a un rythme élevé, et la difficulté n’est pas très importante. Nous arpentons donc joyeusement la terre d’Aranna sans poser de questions. En revanche, les temps de chargement sont légèrement plus rapides, mais c’est un défaut commun à de nombreux jeux PSP. Étrangement, c’est le chargement de la carte du monde qui prend le plus de temps (en quittant le niveau). Cela dure plus d’une minute, alors qu’entrer dans un donjon prend généralement moins de 30 secondes. Cependant, ce petit désagrément ne doit pas vous faire oublier tous les bons côtés de ce titre, c’est un hack’n slash vraiment sympa qui n’est pas très courant sur les portables de Sony.

En résumé !

Test Dungeon Siege : Throne of Agony

Dungeon Siege a connu un énorme succès sur PC, et l'éditeur compte bien renouveler l'action sur PSP avec un tout nouveau titre. Ce dernier hérite évidemment du background et des principes d'heroic fantasy de l'original, mais il s'agit pour nous d'un nouveau jeu d'aventure et d'un gameplay profondément repensé pour la spécificité des consoles portables de Sony. Le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est assez réussi dans l'ensemble. De manière très classique, le jeu commence par la création de votre personnage. Là, il faut avouer que les possibilités sont assez limitées, puisqu'on n'a droit qu'à trois classes : combattant, mage, et voleur qui peut attaquer avec deux armes. Tout au long de votre aventure, vous pourrez toujours vous spécialiser en choisissant entre une "Classe Héroïque" au niveau 30 et une "Classe Légendaire" au niveau 60. Par exemple, si vous incarnez un mage, votre première spécialisation vous obligera à être en magie noire et en magie blanche, les pouvoirs associés étant sensiblement différents. La montée en niveau apporte à votre personnage des points de compétence que vous pouvez attribuer librement en choisissant d'augmenter votre force, votre agilité... mais aussi un point de compétence, indispensable pour améliorer vos sorts et coups spéciaux. En fait, ceux-ci se débloquent automatiquement, mais il faut dépenser des points pour augmenter leur efficacité. A noter que vous ne serez jamais seul lors de votre aventure, car des compagnons de voyage vous aideront. Une fois que vous avez créé votre personnage, vous devez en choisir un. Cependant, cela ne peut pas être contrôlé directement. Vous pouvez choisir les compétences que vous souhaitez améliorer pour lui. Son comportement est également l'un des points faibles du jeu, il arrive qu'il n'attaque pas les monstres, ni même ne frappe les murs pour gaspiller des boules de feu, tout cela parce que l'IA ne pense pas qu'il soit inapproprié de contourner les obstacles. Heureusement, on s'est vite rendu compte que le rôle de ce coéquipier était vraiment secondaire, et on aurait pu très bien s'en passer. On se demande même pourquoi un développeur l'inclurait, puisque nous pouvons bien le faire nous-mêmes. Par conséquent, la plupart des joueurs seront les moins préoccupés par leurs compagnons de jeu. Pour compléter ce sujet, précisons qu'au cours de l'aventure, vous pourrez recruter d'autres alliés, mais sachez qu'un seul d'entre eux pourra vous aider. Ainsi, vous pouvez accéder à un menu où vous pouvez choisir le compagnon que vous souhaitez utiliser. La progression se veut non linéaire. En ville, vous pouvez avoir des quêtes secondaires que vous pouvez librement résoudre ou non. Niveaux et donjons ne sont pas bêtement liés car la carte est accessible et vous pouvez choisir où vous souhaitez visiter. En vérité cependant, Dungeon Siege : Throne of Pain conserve une certaine linéarité. On s'est vite rendu compte qu'on ne pouvait aller nulle part à cause des niveaux monstres qui existaient. Il ne suffit donc pas de choisir un lieu juste en se disant que vous continuerez votre aventure par un certain chemin, car votre chemin sera marqué par les difficultés que vous rencontrerez. Logiquement, si vous n'êtes que de niveau 10, vous ne pourrez pas progresser dans un donjon avec des monstres de niveau 20. Les joueurs occasionnels peuvent être assurés qu'ils ne risquent pas de se perdre, d'autant plus que chaque mission indique le niveau recommandé dans votre journal. Cela vous évitera de démarrer des tâches qui sont clairement trop complexes pour vous. En suivant ces instructions, vous ne devriez avoir aucune difficulté à terminer l'aventure car le jeu est très simple. Il y a en effet pas mal de potions de vie et de mana, et les monstres n'ont pas beaucoup de résistance. Tout cela fait de Dungeon Siege: Throne of Pain un jeu facile à jouer. Son interface est pratique (pas gagné par quelques boutons de la PSP à l'avance), le jeu a un rythme élevé, et la difficulté n'est pas très importante. Nous arpentons donc joyeusement la terre d'Aranna sans poser de questions. En revanche, les temps de chargement sont légèrement plus rapides, mais c'est un défaut commun à de nombreux jeux PSP. Étrangement, c'est le chargement de la carte du monde qui prend le plus de temps (en quittant le niveau). Cela dure plus d'une minute, alors qu'entrer dans un donjon prend généralement moins de 30 secondes. Cependant, ce petit désagrément ne doit pas vous faire oublier tous les bons côtés de ce titre, c'est un hack'n slash vraiment sympa qui n'est pas très courant sur les portables de Sony.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!