Test Dynasty Warriors 8

On reproche souvent aux jeux à gros budget de manquer d’originalité et de nous donner toujours la même soupe. Rassurez-vous, ce n’est pas l’apanage des jeux AAA, et les jeux de niche savent exactement quoi faire de l’art du recyclage. Prenez la série Dynasty Warriors, par exemple, qui réussit toujours à réunir un petit groupe de fans inconditionnels, et chaque épisode de celle-ci semble nous inviter à un voyage dans le passé. Dynasty Warriors 8 ne changera pas cette vieille habitude.

Avez-vous encore besoin de présenter la série Dynasty Warriors ? Ces beat’em all massifs nous emmènent régulièrement dans la mythique saga Chine des Trois Royaumes. Le secret est simple, vous incarnez des personnages historiques qui pensent avoir été dotés ici de pouvoirs surhumains leur permettant de vaincre des armées entières. Bref, vous affrontez des centaines d’adversaires énervants en enchaînant des coups spéciaux encore plus dévastateurs. Si la licence évoluait très légèrement au fil des épisodes, ce serait tout de même assez surprenant pour les nouveaux venus qui auraient l’impression de découvrir un concept d’une autre époque. Comme vous l’avez prévenu, ce n’est pas Dynasty Warriors 8 qui va permettre de moderniser la saga.

Plus c’est mieux

Avant d’aborder les différents défauts du titre, il faut encore reconnaître quelques qualités, dont la première est définitivement liée à son contenu. Dynasty Warriors nous a habitués à trop de castings, et ce nouveau travail ne fait pas exception. Il y a en effet plus de 75 personnages jouables, dont une dizaine de nouveaux visages. Le mode histoire est toujours étendu, vous permettant de suivre indépendamment le sort des quatre royaumes ainsi que le sort des guerriers non alignés. Ce mode, comme le mode free-to-play, peut bien sûr être joué en coopération locale ou en ligne à deux joueurs. Un joueur sérieux qui veut tout débloquer mettra beaucoup de temps pour monter de niveau son personnage et obtenir des armes de plus en plus puissantes. Si chaque combattant a une affinité pour un type d’arme particulier, vous pouvez également choisir avec soin les armes secondaires en prenant soin de bien choisir les éléments qui leur sont associés. Trois affinités différentes pour les mods mutuellement forts et faibles : les armes de type Terre sont efficaces contre les armes humaines, mais vulnérables aux armes de type ciel… Une fois sur le terrain, le général en face de l’icône au-dessus de la tête indiquera clairement que vous êtes dans un position forte pour savoir si vous avez une chance de faire un sprint orageux en attaquant le pauvre insecte. En conclusion, le Zélote y trouvera sans doute son compte, et n’a pas fini de fouiller le champ de bataille pour développer ses troupes.

La distribution des coups de tatane est élevée au rang d’art

Les commandes elles-mêmes sont étonnamment simples, mais même les débutants peuvent s’y habituer facilement : appuyez sur la touche pour l’attaque de base, puis utilisez l’attaque puissante pour compléter le combo. Petite astuce, lorsque votre personnage manie son arme de prédilection, une attaque puissante peut se transformer en une attaque EX très impressionnante. Notez également que dans cet épisode, vous pouvez débloquer trois attaques Musou différentes en améliorant chaque personnage. Nous avons également remarqué une échelle de colère à côté de votre portrait de guerrier. Le déclencher vous permet d’effectuer des attaques Musou plus longues et plus puissantes que d’habitude. Changer automatiquement d’arme donne de bonnes attaques, mais c’est aussi l’occasion de contrer les généraux ennemis. Cette technique aide vraiment dans les duels avec des personnages principaux qui perdent leur intensité en même temps. En plus de cela, il est désormais plus facile de monter à cheval désormais et vous aurez une idée des différentes nouveautés de cet ouvrage. Vous l’aurez compris, cet épisode propose certes quelques petits ajouts sympas, mais le problème se situe dans les profondeurs du jeu : la conception du jeu est encore très datée. Tuer des hordes d’ennemis stupides qui ne prenaient même pas la peine de vous attaquer semblait acceptable il y a dix ans, mais aujourd’hui, nous avons le droit d’avoir envie d’un rythme différent. Tous.

Un jeu sans ambition

La grosse évolution de Dynasty Warriors 8 est l’arrivée du mode ambition, et non du mode conquête du volet précédent. Votre objectif est simplement de construire un palais pour abriter l’empereur. Vous devez donc faire attention à développer votre ville en rassemblant des ressources, en rassemblant des héros et en entraînant votre petit monde. L’idée a le mérite de l’ingéniosité, mais au fond, il s’agit juste de relier les tâches aux ressources de la ferme et aux petits salariés. Bref, ne vous attendez pas à quelque chose de révolutionnaire de ce côté-là, mais on peut aussi ajouter que la reconnexion de Dynasty Warriors 8 avec ses vieux démons est un exploit décidément dépassé. Les fans les plus assidus pourront toujours nous crier que cette oeuvre est plus jolie que ses prédécesseurs, mais il n’en reste pas moins que les résultats sont nettement inférieurs aux autres oeuvres actuelles. Là encore, les joueurs PS3 peuvent être contents, la version Xbox 360 du jeu souffre de ralentissements gênants qui rendent certaines batailles totalement injouables. Enfin, il y a le frisson cathartique de tuer des centaines de soldats passifs : nul doute qu’on peut ressentir un certain frisson en jouant à Dynasty Warriors 8, mais c’est un plaisir coupable qui ne respecte ni notre intellect, ni aucun respect pour notre dextérité.

En résumé !

Test Dynasty Warriors 8

On reproche souvent aux jeux à gros budget de manquer d'originalité et de nous donner toujours la même soupe. Rassurez-vous, ce n'est pas l'apanage des jeux AAA, et les jeux de niche savent exactement quoi faire de l'art du recyclage. Prenez la série Dynasty Warriors, par exemple, qui réussit toujours à réunir un petit groupe de fans inconditionnels, et chaque épisode de celle-ci semble nous inviter à un voyage dans le passé. Dynasty Warriors 8 ne changera pas cette vieille habitude. Avez-vous encore besoin de présenter la série Dynasty Warriors ? Ces beat'em all massifs nous emmènent régulièrement dans la mythique saga Chine des Trois Royaumes. Le secret est simple, vous incarnez des personnages historiques qui pensent avoir été dotés ici de pouvoirs surhumains leur permettant de vaincre des armées entières. Bref, vous affrontez des centaines d'adversaires énervants en enchaînant des coups spéciaux encore plus dévastateurs. Si la licence évoluait très légèrement au fil des épisodes, ce serait tout de même assez surprenant pour les nouveaux venus qui auraient l'impression de découvrir un concept d'une autre époque. Comme vous l'avez prévenu, ce n'est pas Dynasty Warriors 8 qui va permettre de moderniser la saga. Plus c'est mieux Avant d'aborder les différents défauts du titre, il faut encore reconnaître quelques qualités, dont la première est définitivement liée à son contenu. Dynasty Warriors nous a habitués à trop de castings, et ce nouveau travail ne fait pas exception. Il y a en effet plus de 75 personnages jouables, dont une dizaine de nouveaux visages. Le mode histoire est toujours étendu, vous permettant de suivre indépendamment le sort des quatre royaumes ainsi que le sort des guerriers non alignés. Ce mode, comme le mode free-to-play, peut bien sûr être joué en coopération locale ou en ligne à deux joueurs. Un joueur sérieux qui veut tout débloquer mettra beaucoup de temps pour monter de niveau son personnage et obtenir des armes de plus en plus puissantes. Si chaque combattant a une affinité pour un type d'arme particulier, vous pouvez également choisir avec soin les armes secondaires en prenant soin de bien choisir les éléments qui leur sont associés. Trois affinités différentes pour les mods mutuellement forts et faibles : les armes de type Terre sont efficaces contre les armes humaines, mais vulnérables aux armes de type ciel... Une fois sur le terrain, le général en face de l'icône au-dessus de la tête indiquera clairement que vous êtes dans un position forte pour savoir si vous avez une chance de faire un sprint orageux en attaquant le pauvre insecte. En conclusion, le Zélote y trouvera sans doute son compte, et n'a pas fini de fouiller le champ de bataille pour développer ses troupes. La distribution des coups de tatane est élevée au rang d'art Les commandes elles-mêmes sont étonnamment simples, mais même les débutants peuvent s'y habituer facilement : appuyez sur la touche pour l'attaque de base, puis utilisez l'attaque puissante pour compléter le combo. Petite astuce, lorsque votre personnage manie son arme de prédilection, une attaque puissante peut se transformer en une attaque EX très impressionnante. Notez également que dans cet épisode, vous pouvez débloquer trois attaques Musou différentes en améliorant chaque personnage. Nous avons également remarqué une échelle de colère à côté de votre portrait de guerrier. Le déclencher vous permet d'effectuer des attaques Musou plus longues et plus puissantes que d'habitude. Changer automatiquement d'arme donne de bonnes attaques, mais c'est aussi l'occasion de contrer les généraux ennemis. Cette technique aide vraiment dans les duels avec des personnages principaux qui perdent leur intensité en même temps. En plus de cela, il est désormais plus facile de monter à cheval désormais et vous aurez une idée des différentes nouveautés de cet ouvrage. Vous l'aurez compris, cet épisode propose certes quelques petits ajouts sympas, mais le problème se situe dans les profondeurs du jeu : la conception du jeu est encore très datée. Tuer des hordes d'ennemis stupides qui ne prenaient même pas la peine de vous attaquer semblait acceptable il y a dix ans, mais aujourd'hui, nous avons le droit d'avoir envie d'un rythme différent. Tous. Un jeu sans ambition La grosse évolution de Dynasty Warriors 8 est l'arrivée du mode ambition, et non du mode conquête du volet précédent. Votre objectif est simplement de construire un palais pour abriter l'empereur. Vous devez donc faire attention à développer votre ville en rassemblant des ressources, en rassemblant des héros et en entraînant votre petit monde. L'idée a le mérite de l'ingéniosité, mais au fond, il s'agit juste de relier les tâches aux ressources de la ferme et aux petits salariés. Bref, ne vous attendez pas à quelque chose de révolutionnaire de ce côté-là, mais on peut aussi ajouter que la reconnexion de Dynasty Warriors 8 avec ses vieux démons est un exploit décidément dépassé. Les fans les plus assidus pourront toujours nous crier que cette oeuvre est plus jolie que ses prédécesseurs, mais il n'en reste pas moins que les résultats sont nettement inférieurs aux autres oeuvres actuelles. Là encore, les joueurs PS3 peuvent être contents, la version Xbox 360 du jeu souffre de ralentissements gênants qui rendent certaines batailles totalement injouables. Enfin, il y a le frisson cathartique de tuer des centaines de soldats passifs : nul doute qu'on peut ressentir un certain frisson en jouant à Dynasty Warriors 8, mais c'est un plaisir coupable qui ne respecte ni notre intellect, ni aucun respect pour notre dextérité.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!