Test Dynasty Warriors : Gundam 3

Plus de deux ans après la sortie du deuxième titre, Dynasty Warriors : Gundam 3 nous met à nouveau aux commandes d’un puissant mech à la sauce japonaise. Fidèle à la célèbre série futuriste de Koei, cet épisode va-t-il nous surprendre ?

Depuis quinze ans, les beat’em all « Warriors » de Koei ont toujours été construits sur le même modèle, remplissant le monde. Du premier Dynasty Warriors sorti en 1997 à la sortie récente de Samurai Warriors Chronicles sur 3DS, en passant par Warriors Orochi et autres Dynasty Warriors : Strike Force, nous avons vraiment beaucoup de choix pour massacrer des centaines d’ennemis dans des situations variées. Contrairement à Dynasty Warriors, qui raconte les traditions chinoises, ou Samurai Warriors, qui se déroule dans la période médiévale des États en guerre au Japon, Dynasty Warriors: Gundam présente des monstres d’acier géants dans un décor futuriste. En raison de la notoriété de la série Gundam, qui a connu un énorme succès au Japon, la série originale peine à trouver sa place en occident. Cependant, les développeurs d’Omega Force se sont mis en quatre pour nous fournir du contenu impressionnant cette année.

En effet, comme en 2009, les passionnés de robotique et les batailles de masse massives dans les scénarios futurs en valent bien l’argent. Entre les dizaines de mechs que nous pouvons piloter (dont un tas de nouveaux), le nombre de missions que nous pouvons réaliser est effarant, et les extraordinaires options de personnalisation à notre disposition suffisent à donner le vertige. Il faut dire que peu d’épisodes de la série Warriors sont aussi généreux que Gundam 3. Aussi, les visuels de cette année sont particulièrement intéressants, car le cel shading désormais obligatoire est parfait pour la conception originale de l’animation.En plus des looks de mech très réussis et des combats qui nous bluffent, les belles cinématiques apaisent souvent nos rétines. Certes, les fans du genre sont ravis. Cependant, ne vous attendez pas à une révolution dans les concepts logiciels (pour Koei, c’est une évidence).

Avez-vous encore besoin de revenir au gameplay traditionnel de la série « Warrior » en plein essor dans le troisième chapitre de ce Gundam ? Un bouton pour les attaques rapides, un autre pour casser des combos ou effectuer des tirs, et un pour se précipiter vers l’avant, nous connaissons la chanson. Sauter, parer, puis, bien sûr, les attaques SP, déclenchées lorsque le compteur approprié est plein, n’ont rien de nouveau non plus sous le soleil. En revanche, il est désormais possible d’esquiver les attaques ou d’échapper à l’encerclement avec un peu d’habileté. Cette « accélération d’urgence » nécessitant beaucoup de boost, elle sera utilisée avec parcimonie. Nous pouvons également faire appel à nos partenaires pour une assistance, nous soutenant de diverses manières (lasers, réparations, etc.). Bien entendu, il faut attendre que le barème de l’entraide se remplisse pour que cela fonctionne. Avant d’aller sur le champ de bataille, nous choisissons également un opérateur parmi une longue liste de personnages secondaires, nous offrant cette fois-ci diverses récompenses permanentes et gratuites (multiplicateurs de points d’XP…). Enfin, le système dit « chain blast » nous permet d’infliger des dégâts continus à toute la série de mechs ennemis après une attaque ou un combo SP.

Cependant, le principal changement introduit dans cet épisode concerne l’apparence du champ de bataille. En effet, celles-ci sont désormais divisées en zones interconnectées par des corridors. Par conséquent, le joueur doit occuper certaines zones stratégiques pour que l’issue de la bataille soit en sa faveur. Par exemple, la base avancée remplira lentement les compteurs SP et Mutual Aid sous notre contrôle. Les bastions augmentent la résistance de nos unités, tandis que les catapultes nous permettent de nous téléporter de l’autre côté de la carte et plus encore. Au final, même si les aspects tactiques du conflit se sont améliorés, on regrette tout de même que le combat soit désormais confiné à un espace beaucoup plus réduit qu’auparavant. Heureusement, il y a toujours des centaines d’ennemis à tuer et des boss effrayants à vaincre. Notons également à ce propos que le système de combat contre eux a bénéficié d’un important lifting.

Si le mode histoire de Dynasty Warriors : Gundam 3 est divisé en missions super répétitives basées sur des scènes d’un quart de cent, il faudrait quand même reconnaître que cela va nous faire passer de nombreuses nuits devant le petit écran. Car si l’histoire ne s’était pas cassé trois pattes (tous les pilotes mech se retrouvent dans une dimension parallèle dont ils ne savent rien), elle se serait bien développée et aurait été extraordinairement longue. On peut aussi s’amuser en multijoueur ou en co-op sur la même console qu’en ligne. Au final, si cet épisode n’a pas vraiment bouleversé le code de la série, il a en fait tout amélioré, en fait, il n’a eu aucun mal à devenir le meilleur Dynasty Warriors : Gundam publié à ce jour.

En résumé !

Test Dynasty Warriors : Gundam 3

Plus de deux ans après la sortie du deuxième titre, Dynasty Warriors : Gundam 3 nous met à nouveau aux commandes d'un puissant mech à la sauce japonaise. Fidèle à la célèbre série futuriste de Koei, cet épisode va-t-il nous surprendre ? Depuis quinze ans, les beat'em all "Warriors" de Koei ont toujours été construits sur le même modèle, remplissant le monde. Du premier Dynasty Warriors sorti en 1997 à la sortie récente de Samurai Warriors Chronicles sur 3DS, en passant par Warriors Orochi et autres Dynasty Warriors : Strike Force, nous avons vraiment beaucoup de choix pour massacrer des centaines d'ennemis dans des situations variées. Contrairement à Dynasty Warriors, qui raconte les traditions chinoises, ou Samurai Warriors, qui se déroule dans la période médiévale des États en guerre au Japon, Dynasty Warriors: Gundam présente des monstres d'acier géants dans un décor futuriste. En raison de la notoriété de la série Gundam, qui a connu un énorme succès au Japon, la série originale peine à trouver sa place en occident. Cependant, les développeurs d'Omega Force se sont mis en quatre pour nous fournir du contenu impressionnant cette année. En effet, comme en 2009, les passionnés de robotique et les batailles de masse massives dans les scénarios futurs en valent bien l'argent. Entre les dizaines de mechs que nous pouvons piloter (dont un tas de nouveaux), le nombre de missions que nous pouvons réaliser est effarant, et les extraordinaires options de personnalisation à notre disposition suffisent à donner le vertige. Il faut dire que peu d'épisodes de la série Warriors sont aussi généreux que Gundam 3. Aussi, les visuels de cette année sont particulièrement intéressants, car le cel shading désormais obligatoire est parfait pour la conception originale de l'animation.En plus des looks de mech très réussis et des combats qui nous bluffent, les belles cinématiques apaisent souvent nos rétines. Certes, les fans du genre sont ravis. Cependant, ne vous attendez pas à une révolution dans les concepts logiciels (pour Koei, c'est une évidence). Avez-vous encore besoin de revenir au gameplay traditionnel de la série "Warrior" en plein essor dans le troisième chapitre de ce Gundam ? Un bouton pour les attaques rapides, un autre pour casser des combos ou effectuer des tirs, et un pour se précipiter vers l'avant, nous connaissons la chanson. Sauter, parer, puis, bien sûr, les attaques SP, déclenchées lorsque le compteur approprié est plein, n'ont rien de nouveau non plus sous le soleil. En revanche, il est désormais possible d'esquiver les attaques ou d'échapper à l'encerclement avec un peu d'habileté. Cette « accélération d'urgence » nécessitant beaucoup de boost, elle sera utilisée avec parcimonie. Nous pouvons également faire appel à nos partenaires pour une assistance, nous soutenant de diverses manières (lasers, réparations, etc.). Bien entendu, il faut attendre que le barème de l'entraide se remplisse pour que cela fonctionne. Avant d'aller sur le champ de bataille, nous choisissons également un opérateur parmi une longue liste de personnages secondaires, nous offrant cette fois-ci diverses récompenses permanentes et gratuites (multiplicateurs de points d'XP...). Enfin, le système dit "chain blast" nous permet d'infliger des dégâts continus à toute la série de mechs ennemis après une attaque ou un combo SP. Cependant, le principal changement introduit dans cet épisode concerne l'apparence du champ de bataille. En effet, celles-ci sont désormais divisées en zones interconnectées par des corridors. Par conséquent, le joueur doit occuper certaines zones stratégiques pour que l'issue de la bataille soit en sa faveur. Par exemple, la base avancée remplira lentement les compteurs SP et Mutual Aid sous notre contrôle. Les bastions augmentent la résistance de nos unités, tandis que les catapultes nous permettent de nous téléporter de l'autre côté de la carte et plus encore. Au final, même si les aspects tactiques du conflit se sont améliorés, on regrette tout de même que le combat soit désormais confiné à un espace beaucoup plus réduit qu'auparavant. Heureusement, il y a toujours des centaines d'ennemis à tuer et des boss effrayants à vaincre. Notons également à ce propos que le système de combat contre eux a bénéficié d'un important lifting. Si le mode histoire de Dynasty Warriors : Gundam 3 est divisé en missions super répétitives basées sur des scènes d'un quart de cent, il faudrait quand même reconnaître que cela va nous faire passer de nombreuses nuits devant le petit écran. Car si l'histoire ne s'était pas cassé trois pattes (tous les pilotes mech se retrouvent dans une dimension parallèle dont ils ne savent rien), elle se serait bien développée et aurait été extraordinairement longue. On peut aussi s'amuser en multijoueur ou en co-op sur la même console qu'en ligne. Au final, si cet épisode n'a pas vraiment bouleversé le code de la série, il a en fait tout amélioré, en fait, il n'a eu aucun mal à devenir le meilleur Dynasty Warriors : Gundam publié à ce jour.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!