Test Earth 2150

Topware Interactive nous a donné une vision stratégique/temps réel qui allie classicisme pur et nouveauté subtilement distillée à bon escient, mais sans surprise.

Depuis qu’on a entendu parler de cette Terre 2150, vu le nombre de bêtas, de pré-sorties, de pré-sorties, etc., on pense finalement qu’elle n’arrivera jamais. nous avons reçu. Mais ne diffamons pas, Mattel nous a enfin envoyé une version testable que nous pouvons essayer dans le dernier jeu de stratégie de SSI. Selon les archives, Earth 2150 se produit dans Grace 2150. Après une guerre impitoyable entre trois puissances terrestres différentes, le conflit s’est transformé en conflit nucléaire, avec l’utilisation de la bombe à neutrons déviant l’orbite terrestre. Du coup, la planète se dirige maintenant droit vers le soleil, et entre le réchauffement apparent de la planète et la fonte des glaciers provoquant des inondations partout, ce n’est plus bon au sol. la seule solution? Créez une vaste flotte de vaisseaux spatiaux qui établiront une colonie sur Mars pour sauver les derniers représentants de la Terre. Mais les ressources sur la bonne vieille balle bleue se font rares, et au lieu de s’entraider, les humains aiment se battre comme des chiens pour ces fameuses dernières ressources.

Trois factions opposées qui ressemblent aux dynasties eurasiennes de l’ancien bloc soviétique, les civilisations combinées des sociétés hédonistes et décadentes dont les anciens États-Unis, et enfin la Moon Corporation, un hub technologique basé sur la lune et une arme paratech. Earth 2150 est conçu comme tout bon STR et vous demandera de rassembler des ressources pour construire ou améliorer vos unités et bâtiments. Une fois construit, il ne vous reste plus qu’à lancer des attaques sur d’autres colonies hostiles pour les détruire, mais surtout les piller pour voler leurs précieuses ressources. Alors que le E2150 intègre un composant complètement propre dans la campagne solo, la conception du STR n’a pas radicalement changé. Chaque jeu se compose de 30 missions, et les campagnes sont longues, bien sûr, mais ont un objectif à long terme : rassembler suffisamment de ressources dans votre banque pour financer le grand voyage vers Mars. Non seulement cette obsession constante continuera à occuper votre esprit, mais elle vous obligera à redoubler d’efforts dans la gestion des ressources. Mieux encore, les missions sont en fait interconnectées et vous continuerez à voir les différentes bases que vous avez construites et acquises tout au long du jeu… les catastrophes naturelles ou les attaques ennemies peuvent continuer à se produire.

Au niveau de l’interface, on peut dire que l’interface du Earth 2150 est un peu lourde. Complet et configurable, en revanche il est très modulable et a pour effet de donner un style fun, mais après le 20 on commence à fatiguer… sinon la prise en main de ce STR n’enlève rien aux règles de base préétablies On s’y retrouve totalement, les quelques manques de souplesse plus que compensés par l’esthétique générale et la rapidité. De nombreuses possibilités s’offrent à vous, tant au niveau de l’unité que de la caméra. Par exemple, vous pouvez avoir trois vues différentes, ce qui vous permettra de contrôler à distance d’autres bases. Autre exemple, vos unités peuvent également être configurées avec plusieurs options pour les optimiser, et même les bâtiments peuvent être personnalisés de cette façon.

Topware fait ressortir le meilleur de la technologie. Le sol est vraiment entièrement en 3D, la caméra se déplace et les niveaux de zoom ne sont peut-être pas aussi impressionnants que dans Ground Control, mais quand même. En revanche, concernant les décors et les textures au sol, les graphismes sont bons, toujours variés et réalistes. Le souci du détail de l’équipe allemande est évident même dans les petits recoins, et vous apprécierez l’abondance d’effets de fumée, d’éclairage et même ces magnifiques explosions de tâches décoratives. En ce qui concerne la partie technique, c’est un vrai travail d’orfèvre et nous avons atteint l’un des plus beaux STR que j’aie jamais vu. L’intelligence artificielle et la difficulté du jeu sont très élevées, il peut être difficile pour un novice de gérer autant de camps, les stratégies utilisées sont également très diverses, et vous pouvez même vraiment utiliser le terrain une fois en créant des tunnels souterrains, terrestres ou océaniques , etc. Grâce à l’utilisation de phares, vous pourrez même vous amuser avec des raids nocturnes, d’autant plus que l’alternance constante du cycle jour-nuit est parfaite pour cela.

En résumé !

Test Earth 2150

Topware Interactive nous a donné une vision stratégique/temps réel qui allie classicisme pur et nouveauté subtilement distillée à bon escient, mais sans surprise. Depuis qu'on a entendu parler de cette Terre 2150, vu le nombre de bêtas, de pré-sorties, de pré-sorties, etc., on pense finalement qu'elle n'arrivera jamais. nous avons reçu. Mais ne diffamons pas, Mattel nous a enfin envoyé une version testable que nous pouvons essayer dans le dernier jeu de stratégie de SSI. Selon les archives, Earth 2150 se produit dans Grace 2150. Après une guerre impitoyable entre trois puissances terrestres différentes, le conflit s'est transformé en conflit nucléaire, avec l'utilisation de la bombe à neutrons déviant l'orbite terrestre. Du coup, la planète se dirige maintenant droit vers le soleil, et entre le réchauffement apparent de la planète et la fonte des glaciers provoquant des inondations partout, ce n'est plus bon au sol. la seule solution? Créez une vaste flotte de vaisseaux spatiaux qui établiront une colonie sur Mars pour sauver les derniers représentants de la Terre. Mais les ressources sur la bonne vieille balle bleue se font rares, et au lieu de s'entraider, les humains aiment se battre comme des chiens pour ces fameuses dernières ressources. Trois factions opposées qui ressemblent aux dynasties eurasiennes de l'ancien bloc soviétique, les civilisations combinées des sociétés hédonistes et décadentes dont les anciens États-Unis, et enfin la Moon Corporation, un hub technologique basé sur la lune et une arme paratech. Earth 2150 est conçu comme tout bon STR et vous demandera de rassembler des ressources pour construire ou améliorer vos unités et bâtiments. Une fois construit, il ne vous reste plus qu'à lancer des attaques sur d'autres colonies hostiles pour les détruire, mais surtout les piller pour voler leurs précieuses ressources. Alors que le E2150 intègre un composant complètement propre dans la campagne solo, la conception du STR n'a pas radicalement changé. Chaque jeu se compose de 30 missions, et les campagnes sont longues, bien sûr, mais ont un objectif à long terme : rassembler suffisamment de ressources dans votre banque pour financer le grand voyage vers Mars. Non seulement cette obsession constante continuera à occuper votre esprit, mais elle vous obligera à redoubler d'efforts dans la gestion des ressources. Mieux encore, les missions sont en fait interconnectées et vous continuerez à voir les différentes bases que vous avez construites et acquises tout au long du jeu... les catastrophes naturelles ou les attaques ennemies peuvent continuer à se produire. Au niveau de l'interface, on peut dire que l'interface du Earth 2150 est un peu lourde. Complet et configurable, en revanche il est très modulable et a pour effet de donner un style fun, mais après le 20 on commence à fatiguer... sinon la prise en main de ce STR n'enlève rien aux règles de base préétablies On s'y retrouve totalement, les quelques manques de souplesse plus que compensés par l'esthétique générale et la rapidité. De nombreuses possibilités s'offrent à vous, tant au niveau de l'unité que de la caméra. Par exemple, vous pouvez avoir trois vues différentes, ce qui vous permettra de contrôler à distance d'autres bases. Autre exemple, vos unités peuvent également être configurées avec plusieurs options pour les optimiser, et même les bâtiments peuvent être personnalisés de cette façon. Topware fait ressortir le meilleur de la technologie. Le sol est vraiment entièrement en 3D, la caméra se déplace et les niveaux de zoom ne sont peut-être pas aussi impressionnants que dans Ground Control, mais quand même. En revanche, concernant les décors et les textures au sol, les graphismes sont bons, toujours variés et réalistes. Le souci du détail de l'équipe allemande est évident même dans les petits recoins, et vous apprécierez l'abondance d'effets de fumée, d'éclairage et même ces magnifiques explosions de tâches décoratives. En ce qui concerne la partie technique, c'est un vrai travail d'orfèvre et nous avons atteint l'un des plus beaux STR que j'aie jamais vu. L'intelligence artificielle et la difficulté du jeu sont très élevées, il peut être difficile pour un novice de gérer autant de camps, les stratégies utilisées sont également très diverses, et vous pouvez même vraiment utiliser le terrain une fois en créant des tunnels souterrains, terrestres ou océaniques , etc. Grâce à l'utilisation de phares, vous pourrez même vous amuser avec des raids nocturnes, d'autant plus que l'alternance constante du cycle jour-nuit est parfaite pour cela.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!