Test Earthworm Jim 3D

Earthworm Jim, le ver de terre le plus fou du monde, revient sur la N64 après un lifting complet en 3D. Earthworm Star établira-t-il une nouvelle référence pour les jeux de plateforme ? Honnêtement non.

Dans ces nouvelles aventures de la seule vraie star du ver de terre dans le microcosme « jeu vidéo », la 3D a fait son entrée, et c’est désormais sur le même champ de bataille que notre ami Shiny imagine Rayman 2 ou Donkey Kong 64. Alors que notre ami marchait tranquillement, une énorme vache lui tomba sur la tête. Ne demandez pas pourquoi, personne ne le sait ! En conséquence, Jim s’est retrouvé dans le coma à l’hôpital. C’est le début de la véritable aventure dans le cerveau de Jim. Votre mission Jim, si vous l’acceptez, ira dans son cerveau fou pour combattre les méchants là-bas et redonner la raison au pauvre ver de terre.

Toujours aussi loufoque (dans le bon sens), Earthworm Jim 3D est une série de scénarios loufoques et déjantés. En effet, l’imagination débordante de Jim a engendré des boss redoutables aux quatre coins de son cerveau, prêts à tout pour l’empêcher de revenir à la réalité. Vous devez donc parcourir les quatre mondes à la recherche du Sein d’Or tout en affrontant Corboïaque, Max Friture, Face-de-macque et Bob le Poisson Rouge. Vous devrez donc passer par 30 niveaux du jeu, et vous vous amuserez beaucoup avec bon nombre des 13 armes pour vous débarrasser des innombrables bestioles qui les habitent. Problème, toutes ces armes ont des munitions, ce qui vous oblige à garder un œil sur votre stock de peur de vous retrouver face à des boss trop pauvres. Quoi qu’il en soit, Jim porte un ensemble complet de mouvements totalement honnêtes. Il peut sauter, tirer des blasters, ramper et culbuter, en utilisant sa tête comme un lasso et tout un tas de mouvements uniques en fonction de sa situation.

Maintenant, si on se rapproche de la partie technique, malheureusement ça casse beaucoup. Cependant, avec toutes les améliorations actuelles disponibles en termes de caméras dynamiques, le résultat est un système de vue et de visée malheureux. Ce genre de jeu est assez chaud, mais c’est une horreur. La caméra ne force pas son passage, une fois qu’elle est gênante, elle s’arrête et la force gère telle quelle, même si vous voyez votre personnage de face. Concentrez-vous sur la maison et la caméra ne prendra même pas la peine de vous aveugler complètement car il y a une obstruction entre votre champ de vision et vous… super caméra « dynamique »… graphiquement, nous sommes loin d’être extatiques. Si le moteur du jeu est fluide, c’est qu’il est trop flou. Sous prétexte de lui donner un air cartoony, nous nous sommes retrouvés dans un tas de pixels. Les quelques power-ups sont laids de près, et les monstres s’en sortent généralement mal.

En résumé !

Test Earthworm Jim 3D

Earthworm Jim, le ver de terre le plus fou du monde, revient sur la N64 après un lifting complet en 3D. Earthworm Star établira-t-il une nouvelle référence pour les jeux de plateforme ? Honnêtement non. Dans ces nouvelles aventures de la seule vraie star du ver de terre dans le microcosme "jeu vidéo", la 3D a fait son entrée, et c'est désormais sur le même champ de bataille que notre ami Shiny imagine Rayman 2 ou Donkey Kong 64. Alors que notre ami marchait tranquillement, une énorme vache lui tomba sur la tête. Ne demandez pas pourquoi, personne ne le sait ! En conséquence, Jim s'est retrouvé dans le coma à l'hôpital. C'est le début de la véritable aventure dans le cerveau de Jim. Votre mission Jim, si vous l'acceptez, ira dans son cerveau fou pour combattre les méchants là-bas et redonner la raison au pauvre ver de terre. Toujours aussi loufoque (dans le bon sens), Earthworm Jim 3D est une série de scénarios loufoques et déjantés. En effet, l'imagination débordante de Jim a engendré des boss redoutables aux quatre coins de son cerveau, prêts à tout pour l'empêcher de revenir à la réalité. Vous devez donc parcourir les quatre mondes à la recherche du Sein d'Or tout en affrontant Corboïaque, Max Friture, Face-de-macque et Bob le Poisson Rouge. Vous devrez donc passer par 30 niveaux du jeu, et vous vous amuserez beaucoup avec bon nombre des 13 armes pour vous débarrasser des innombrables bestioles qui les habitent. Problème, toutes ces armes ont des munitions, ce qui vous oblige à garder un œil sur votre stock de peur de vous retrouver face à des boss trop pauvres. Quoi qu'il en soit, Jim porte un ensemble complet de mouvements totalement honnêtes. Il peut sauter, tirer des blasters, ramper et culbuter, en utilisant sa tête comme un lasso et tout un tas de mouvements uniques en fonction de sa situation. Maintenant, si on se rapproche de la partie technique, malheureusement ça casse beaucoup. Cependant, avec toutes les améliorations actuelles disponibles en termes de caméras dynamiques, le résultat est un système de vue et de visée malheureux. Ce genre de jeu est assez chaud, mais c'est une horreur. La caméra ne force pas son passage, une fois qu'elle est gênante, elle s'arrête et la force gère telle quelle, même si vous voyez votre personnage de face. Concentrez-vous sur la maison et la caméra ne prendra même pas la peine de vous aveugler complètement car il y a une obstruction entre votre champ de vision et vous... super caméra "dynamique"... graphiquement, nous sommes loin d'être extatiques. Si le moteur du jeu est fluide, c'est qu'il est trop flou. Sous prétexte de lui donner un air cartoony, nous nous sommes retrouvés dans un tas de pixels. Les quelques power-ups sont laids de près, et les monstres s'en sortent généralement mal.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!