Test ECW Anarchy Rulz

Malgré la popularité modeste de l’émission en France, le catch continue de se multiplier, et le résultat est toujours le même : grand succès outre-Atlantique, mais énorme défaite en France. Pour nous, les fans sont assez rares, et ce n’est pas ce Roulz anarchique qui peut changer les autres joueurs.

Il est indéniable que les petits lutteurs de la WWF et de la WCW sont pâles par rapport aux bêtes de la ECW. Ultimate Championship Wrestling est une pure violence, la haine et la brutalité sont les règles d’or. Certes, c’était un spectacle, mais il suffisait que les lutteurs présents gardent les yeux sur la boîte de jeu pour comprendre que l’ECW Anarchy Ruerz ne laissait aucune place à la morale. Dès le début, dans sa conception, le titre Acclaim n’a pas disparu avec les meilleures cartes de visite. Avec nos instincts combatifs d’Homo sapiens ressurgis pendant quelques heures, il est temps de juger des qualités ludiques d’Anarchy Rulz. Bien qu’il soit difficile de juger quelque chose qui n’existe pas, il est important de reconnaître que ces jeux ne sont pas du tout amusants. La curiosité a vite fait place à l’agacement car le jeu est devenu injouable puis est devenu ennuyeux. Le jeu est lent et peu ergonomique, et la prise en main n’est pas du tout impressionnante. Les coups sont ridicules et à peine blessés. La gestion des impacts et des dégâts est donc malheureuse et très serrée au départ. Tout cela rend le jeu désagréable à jouer, d’autant plus que l’anneau est de taille ridiculement petite et ne permet pas la moindre habileté de jeu.

Le logiciel se targue de fournir un groupe de 60 combattants ECW plus ou moins connus, à peine reconnaissables et plus détestables les uns que les autres. Nous nous sommes donc précipités pour créer nos propres lutteurs, pour nous rendre compte avec horreur que nous ne pouvions créer que des monstres déformés, soit trop absurdes, soit grossiers, bien qu’il existe de nombreuses combinaisons possibles. L’apparence, la couleur de la peau, les proportions et de nombreux autres paramètres peuvent être modifiés, mais les modèles que nous vous recommandons sont difficiles à effrayer (ecchymoses ou cicatrices sur la peau, tatouages ​​sales et mélange de graisse et de muscle). Quel que soit le résultat, le résultat est une abomination.

Nous avons donc essayé d’oublier la conception des personnages et de nous concentrer sur d’autres aspects techniques du jeu. L’ambiance sonore est un vrai raté. Bien sûr, la musique n’aurait pas pu être meilleure, c’était presque insupportable. Sans parler des commentaires répétés déchirants et ne coopérez jamais avec l’action. Seuls points positifs, les animations sont bien décomposées et le jeu vous oblige à modifier vos mouvements pour ne pas vous faire huer par le public. Je vais vous donner une liste de 25 modes de jeu qui proposent diverses variantes, en ne gardant que les principaux : exhibition, carrière et tournoi, mais vous pouvez créer vos propres catcheurs selon les conditions, avec suffisamment de blocs mémoire sur le VMU pour le contenir. Le combat en solo, avec ou sans armes, contre plusieurs adversaires ou équipes est certes possible, donc le joueur qui parvient à rejoindre Anarchy Rulz aura fort à faire s’il n’a pas peur de s’en débarrasser. Complètement lavé de cerveau.

Voici donc ce que propose ce titre : une réalisation décevante qui supporte plus qu’un concept discutable. ECW Anarchy Rulz est un mélange amer de violence gratuite et d’ambiances morbides qui n’offrent aucun plaisir. Alors que les jeux de la WWF ont leur place dans les arsenaux de jouets des fans pour leur gameplay amusant, cet ECW déçoit en traitant les joueurs comme une brute brutale sans raison. Le verdict final sur un jeu qui ne deviendra pas une référence dans notre beau pays.

En résumé !

Test ECW Anarchy Rulz

Malgré la popularité modeste de l'émission en France, le catch continue de se multiplier, et le résultat est toujours le même : grand succès outre-Atlantique, mais énorme défaite en France. Pour nous, les fans sont assez rares, et ce n'est pas ce Roulz anarchique qui peut changer les autres joueurs. Il est indéniable que les petits lutteurs de la WWF et de la WCW sont pâles par rapport aux bêtes de la ECW. Ultimate Championship Wrestling est une pure violence, la haine et la brutalité sont les règles d'or. Certes, c'était un spectacle, mais il suffisait que les lutteurs présents gardent les yeux sur la boîte de jeu pour comprendre que l'ECW Anarchy Ruerz ne laissait aucune place à la morale. Dès le début, dans sa conception, le titre Acclaim n'a pas disparu avec les meilleures cartes de visite. Avec nos instincts combatifs d'Homo sapiens ressurgis pendant quelques heures, il est temps de juger des qualités ludiques d'Anarchy Rulz. Bien qu'il soit difficile de juger quelque chose qui n'existe pas, il est important de reconnaître que ces jeux ne sont pas du tout amusants. La curiosité a vite fait place à l'agacement car le jeu est devenu injouable puis est devenu ennuyeux. Le jeu est lent et peu ergonomique, et la prise en main n'est pas du tout impressionnante. Les coups sont ridicules et à peine blessés. La gestion des impacts et des dégâts est donc malheureuse et très serrée au départ. Tout cela rend le jeu désagréable à jouer, d'autant plus que l'anneau est de taille ridiculement petite et ne permet pas la moindre habileté de jeu. Le logiciel se targue de fournir un groupe de 60 combattants ECW plus ou moins connus, à peine reconnaissables et plus détestables les uns que les autres. Nous nous sommes donc précipités pour créer nos propres lutteurs, pour nous rendre compte avec horreur que nous ne pouvions créer que des monstres déformés, soit trop absurdes, soit grossiers, bien qu'il existe de nombreuses combinaisons possibles. L'apparence, la couleur de la peau, les proportions et de nombreux autres paramètres peuvent être modifiés, mais les modèles que nous vous recommandons sont difficiles à effrayer (ecchymoses ou cicatrices sur la peau, tatouages ​​sales et mélange de graisse et de muscle). Quel que soit le résultat, le résultat est une abomination. Nous avons donc essayé d'oublier la conception des personnages et de nous concentrer sur d'autres aspects techniques du jeu. L'ambiance sonore est un vrai raté. Bien sûr, la musique n'aurait pas pu être meilleure, c'était presque insupportable. Sans parler des commentaires répétés déchirants et ne coopérez jamais avec l'action. Seuls points positifs, les animations sont bien décomposées et le jeu vous oblige à modifier vos mouvements pour ne pas vous faire huer par le public. Je vais vous donner une liste de 25 modes de jeu qui proposent diverses variantes, en ne gardant que les principaux : exhibition, carrière et tournoi, mais vous pouvez créer vos propres catcheurs selon les conditions, avec suffisamment de blocs mémoire sur le VMU pour le contenir. Le combat en solo, avec ou sans armes, contre plusieurs adversaires ou équipes est certes possible, donc le joueur qui parvient à rejoindre Anarchy Rulz aura fort à faire s'il n'a pas peur de s'en débarrasser. Complètement lavé de cerveau. Voici donc ce que propose ce titre : une réalisation décevante qui supporte plus qu'un concept discutable. ECW Anarchy Rulz est un mélange amer de violence gratuite et d'ambiances morbides qui n'offrent aucun plaisir. Alors que les jeux de la WWF ont leur place dans les arsenaux de jouets des fans pour leur gameplay amusant, cet ECW déçoit en traitant les joueurs comme une brute brutale sans raison. Le verdict final sur un jeu qui ne deviendra pas une référence dans notre beau pays.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!