Test Emergency 4

Un incendie s’est déclaré dans un immeuble de la ville. Les pompiers se sont déployés sans hésitation. Peu de temps après, la police est intervenue pour organiser un triage et le SAMU s’est également rendu sur les lieux pour soigner les blessés. Il s’agit d’une tâche typique que vous devez effectuer dans Emergency 4, et contrairement à la série Fire Department, elle ne se limite pas aux pompiers et vous permettra également de prendre le contrôle d’autres services d’urgence.

C’est l’avantage du titre Sixteen Ton, qui est bien plus diversifié que son principal concurrent. En effet, le joueur dirige un centre de secours situé au centre de la ville et doit intervenir lorsque la situation l’exige. Evidemment il pourrait s’agir d’un incendie, ou d’un infarctus, d’une prise d’otage… La campagne se compose d’une part d’une vingtaine de missions spéciales se déroulant à l’extérieur de la ville, et d’autre part de quêtes annexes aléatoires et donc changeantes d’une à l’autre jeu à jeu. Nous avons aussi le droit de partir en vacances à l’étranger, en Antarctique et au Moyen-Orient. Il faut ensuite sélectionner les forces que l’on souhaite projeter afin de les embarquer sur le TransAid, un avion pouvant accueillir jusqu’à 8 véhicules.

Les situations sont très diverses, et c’est à vous de décider quelles unités sont les mieux adaptées pour les gérer. Car, c’est la deuxième fonction importante d’Urgence 4, vous avez le budget pour acheter une nouvelle voiture, mais aussi pour payer l’intervention. Chaque fois que vous envoyez de l’aide, votre compte bancaire est fermé. Il faut donc apprendre à bien gérer ses troupes et ne pas envoyer de troupes inutilement sinon votre petit fondra comme neige au soleil. Inutile d’envoyer deux ambulances et une voiture de police sur la voie publique pour une simple maladie, ce serait une perte d’argent. En revanche, sous-estimer les catastrophes est tout aussi néfaste, car la rapidité de votre intervention est essentielle pour sauver les victimes. Au total, vous pourrez débloquer moins de 30 S.A.M.U. (ambulances, voitures de médecins…), policiers (patrouilles de base, canons à eau pour disperser les manifestants…), pompiers (bombes d’eau, gros…) , et enfin les Services techniques (remorques, engins de levage, etc.).

Entre les campagnes, il dispose également d’un mode de jeu gratuit qui ne consiste pas en des interventions individuelles, mais en un continuum de dangers. Vous devez alors protéger votre ville et ses environs le plus longtemps possible en maîtrisant tous les risques qui se présentent. Évidemment, ces événements sont aléatoires et deviennent plus difficiles à mesure que vous progressez. Vous allez donc devoir faire face à plusieurs accidents en même temps, ce qui est difficile à gérer quand on sait qu’il n’y a pas de pause active pour respirer. Evidemment quand vous faites une pause vous ne pouvez plus donner d’ordres à vos unités, ce qui est très mauvais pour le jeu, surtout quand vous avez des troupes intervenantes partout dans la ville et qu’il faut essayer de les contrôler rapidement et efficacement, par exemple, dans un Put éteindre des incendies à un endroit, arrêter des criminels à un autre endroit, rechercher des victimes dans des bâtiments effondrés. Parce que vous ne pouvez pas tout faire, vous devez définir vos priorités et vous ne pouvez pas vous empêcher de regretter de ne pas avoir pris de pauses actives.

Autre dommage, la microgestion est trop présente. Il faut vraiment tout gérer de A à Z pendant l’exploitation. Certes, cela peut être un avantage, mais dans ce cas cela devient une faiblesse car c’est très fastidieux quand on a un grand nombre d’unités à diriger. Je donne un exemple. Lorsque vous devez éteindre un incendie, vous devez d’abord choisir un pompier, puis ajuster les options du menu pour qu’il prenne la lance. L’unité se dirigera ensuite vers leur camion pour la récupérer. Ensuite, il faut retourner dans le menu du pompier, lui dire de raccrocher ce pistolet, et cliquer sur la bouche d’incendie ou le camion-citerne pour que le pistolet puisse être alimenté en eau. Ce n’est qu’alors que nous pourrons commencer à arroser. L’IA aurait pu prendre plus d’initiatives. C’était flagrant pour les ambulanciers qui, tout en transportant des victimes sur des civières, ne retournaient pas eux-mêmes à l’ambulance pour évacuer les blessés au plus vite. Vous devez leur donner des ordres. Toutes ces « petites » opérations, ces petits clics infiniment répétitifs, peuvent devenir pénibles à la longue. Ça aurait pu passer avec du repos actif, car alors on pourrait vraiment réfléchir à la situation et donner des ordres solides à chacune de ses unités, mais sans cette option, toute cette microgestion est fatigante.

Quant au multijoueur, c’est un mode coopératif auquel nous avons accès. Jusqu’à 4 joueurs partagent le même budget et peuvent envoyer des troupes intervenantes dans la zone de guerre pour tenter de résoudre le problème. Une fois que le joueur demande au véhicule d’intervenir, il est le commandant et personne d’autre ne peut le contrôler. L’idéal est donc de partager les tâches, chacun se concentrant sur un événement précis qui l’entoure. Mais dans le feu, vous devez coopérer et rejoindre votre unité, peu importe ce que vous gagnez. La longévité est également prolongée par la présence du Level Editor, qui permettra aux plus talentueux d’entre vous de créer leurs propres missions. Espérons que plus de contenu sera bientôt disponible sur le Web. Mais en plus des nouvelles cartes, Emergency 4 en particulier a besoin d’un bon gros patch pour corriger tous les bugs et instabilités que nous avons remarqués lors des tests et qui lui feraient perdre des points. Les sauvegardes plantaient parfois, les retours Windows étaient monnaie courante et nous avons même remarqué qu’il n’était parfois pas possible de secourir les blessés qui se tenaient à la porte. Comme si la phase bêta n’était pas assez longue, la sortie du jeu a été un peu précipitée pour contrer Fire Brigade 3. Néanmoins, malgré ses nombreux défauts, The Emergency 4 a de nombreux atouts à revendiquer : une durée de vie allongée, un certain changement de circonstances… De quoi ravir l’amateur prêt à lui pardonner certains de ses défauts, soulignons-nous.

En résumé !

Test Emergency 4

Un incendie s'est déclaré dans un immeuble de la ville. Les pompiers se sont déployés sans hésitation. Peu de temps après, la police est intervenue pour organiser un triage et le SAMU s'est également rendu sur les lieux pour soigner les blessés. Il s'agit d'une tâche typique que vous devez effectuer dans Emergency 4, et contrairement à la série Fire Department, elle ne se limite pas aux pompiers et vous permettra également de prendre le contrôle d'autres services d'urgence. C'est l'avantage du titre Sixteen Ton, qui est bien plus diversifié que son principal concurrent. En effet, le joueur dirige un centre de secours situé au centre de la ville et doit intervenir lorsque la situation l'exige. Evidemment il pourrait s'agir d'un incendie, ou d'un infarctus, d'une prise d'otage... La campagne se compose d'une part d'une vingtaine de missions spéciales se déroulant à l'extérieur de la ville, et d'autre part de quêtes annexes aléatoires et donc changeantes d'une à l'autre jeu à jeu. Nous avons aussi le droit de partir en vacances à l'étranger, en Antarctique et au Moyen-Orient. Il faut ensuite sélectionner les forces que l'on souhaite projeter afin de les embarquer sur le TransAid, un avion pouvant accueillir jusqu'à 8 véhicules. Les situations sont très diverses, et c'est à vous de décider quelles unités sont les mieux adaptées pour les gérer. Car, c'est la deuxième fonction importante d'Urgence 4, vous avez le budget pour acheter une nouvelle voiture, mais aussi pour payer l'intervention. Chaque fois que vous envoyez de l'aide, votre compte bancaire est fermé. Il faut donc apprendre à bien gérer ses troupes et ne pas envoyer de troupes inutilement sinon votre petit fondra comme neige au soleil. Inutile d'envoyer deux ambulances et une voiture de police sur la voie publique pour une simple maladie, ce serait une perte d'argent. En revanche, sous-estimer les catastrophes est tout aussi néfaste, car la rapidité de votre intervention est essentielle pour sauver les victimes. Au total, vous pourrez débloquer moins de 30 S.A.M.U. (ambulances, voitures de médecins...), policiers (patrouilles de base, canons à eau pour disperser les manifestants...), pompiers (bombes d'eau, gros...) , et enfin les Services techniques (remorques, engins de levage, etc.). Entre les campagnes, il dispose également d'un mode de jeu gratuit qui ne consiste pas en des interventions individuelles, mais en un continuum de dangers. Vous devez alors protéger votre ville et ses environs le plus longtemps possible en maîtrisant tous les risques qui se présentent. Évidemment, ces événements sont aléatoires et deviennent plus difficiles à mesure que vous progressez. Vous allez donc devoir faire face à plusieurs accidents en même temps, ce qui est difficile à gérer quand on sait qu'il n'y a pas de pause active pour respirer. Evidemment quand vous faites une pause vous ne pouvez plus donner d'ordres à vos unités, ce qui est très mauvais pour le jeu, surtout quand vous avez des troupes intervenantes partout dans la ville et qu'il faut essayer de les contrôler rapidement et efficacement, par exemple, dans un Put éteindre des incendies à un endroit, arrêter des criminels à un autre endroit, rechercher des victimes dans des bâtiments effondrés. Parce que vous ne pouvez pas tout faire, vous devez définir vos priorités et vous ne pouvez pas vous empêcher de regretter de ne pas avoir pris de pauses actives. Autre dommage, la microgestion est trop présente. Il faut vraiment tout gérer de A à Z pendant l'exploitation. Certes, cela peut être un avantage, mais dans ce cas cela devient une faiblesse car c'est très fastidieux quand on a un grand nombre d'unités à diriger. Je donne un exemple. Lorsque vous devez éteindre un incendie, vous devez d'abord choisir un pompier, puis ajuster les options du menu pour qu'il prenne la lance. L'unité se dirigera ensuite vers leur camion pour la récupérer. Ensuite, il faut retourner dans le menu du pompier, lui dire de raccrocher ce pistolet, et cliquer sur la bouche d'incendie ou le camion-citerne pour que le pistolet puisse être alimenté en eau. Ce n'est qu'alors que nous pourrons commencer à arroser. L'IA aurait pu prendre plus d'initiatives. C'était flagrant pour les ambulanciers qui, tout en transportant des victimes sur des civières, ne retournaient pas eux-mêmes à l'ambulance pour évacuer les blessés au plus vite. Vous devez leur donner des ordres. Toutes ces "petites" opérations, ces petits clics infiniment répétitifs, peuvent devenir pénibles à la longue. Ça aurait pu passer avec du repos actif, car alors on pourrait vraiment réfléchir à la situation et donner des ordres solides à chacune de ses unités, mais sans cette option, toute cette microgestion est fatigante. Quant au multijoueur, c'est un mode coopératif auquel nous avons accès. Jusqu'à 4 joueurs partagent le même budget et peuvent envoyer des troupes intervenantes dans la zone de guerre pour tenter de résoudre le problème. Une fois que le joueur demande au véhicule d'intervenir, il est le commandant et personne d'autre ne peut le contrôler. L'idéal est donc de partager les tâches, chacun se concentrant sur un événement précis qui l'entoure. Mais dans le feu, vous devez coopérer et rejoindre votre unité, peu importe ce que vous gagnez. La longévité est également prolongée par la présence du Level Editor, qui permettra aux plus talentueux d'entre vous de créer leurs propres missions. Espérons que plus de contenu sera bientôt disponible sur le Web. Mais en plus des nouvelles cartes, Emergency 4 en particulier a besoin d'un bon gros patch pour corriger tous les bugs et instabilités que nous avons remarqués lors des tests et qui lui feraient perdre des points. Les sauvegardes plantaient parfois, les retours Windows étaient monnaie courante et nous avons même remarqué qu'il n'était parfois pas possible de secourir les blessés qui se tenaient à la porte. Comme si la phase bêta n'était pas assez longue, la sortie du jeu a été un peu précipitée pour contrer Fire Brigade 3. Néanmoins, malgré ses nombreux défauts, The Emergency 4 a de nombreux atouts à revendiquer : une durée de vie allongée, un certain changement de circonstances… De quoi ravir l'amateur prêt à lui pardonner certains de ses défauts, soulignons-nous.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!