Test Emergency Heroes

Il fut un temps où un jeu vidéo proposait de sauver des gens et non de résoudre des problèmes avec des balles, et on avait sincèrement envie d’applaudir des deux mains. Hélas, les héros d’urgence sont des monuments à l’ennui qui nous font vite regretter nos bazookas et nos grenades.

Ubisoft a courageusement mis de côté la violence d’Assassin’s Creed et de Prince of Persia en hommage aux services publics d’urgence. Ça change de notre torrent habituel d’hémoglobine et des cris d’innocents qu’on peut virtuellement assassiner, juste pour s’amuser. Parce que vous voyez, pousser les gens hors des trains ou griller des civils avec des lance-flammes est quelque chose que nous trouvons drôle ces jours-ci. Le succès mondial de Grand Theft Auto nous le rappelle, avec des chiffres de ventes inégalés dans l’histoire du divertissement. Mépriser la violence ? Manque d’éducation? Perdre un repère essentiel qui est vital pour toute civilisation ? Nous n’avons pas l’intention de discuter de cette question, mais nous formulons un souhait : que les éditeurs cessent de prendre les devants dans le domaine de la violence. Honnêtement, se battre pour sauver des vies est bien plus excitant et constructif que de passer des dizaines d’heures à massacrer des Allemands, des piétons ou des innocents. Rien à voir avec l’éthique, c’est juste une déclaration de bon sens. Cependant, dans la vraie vie comme dans les jeux vidéo, les bonnes intentions ne suffisent pas. Emergency Heroes en est la preuve.

Si vous avez toujours rêvé de conduire un camion de pompiers, une ambulance ou une voiture de police, il est facile de devenir accro à ce jeu d’arcade de conduite rafraîchissant. La sensation de vitesse est bonne, et conduire avec la Wiimote ne pose aucun problème, surtout si vous avez des accessoires sous la forme d’un volant sous la main. Au fur et à mesure de votre progression, vous pourrez débloquer de nombreux véhicules différents (48 au total). Ils ont des caractéristiques très spécifiques ainsi que des turbocompresseurs. L’action se déroule dans une ville en 3D ravagée par le crime et la délinquance. Alors que l’équipe d’intervention des héros d’urgence a réussi à rétablir l’ordre, les hommes menaçants ont maintenant attaqué directement leur quartier général avant de semer la discorde dans la ville. Mal modélisé, ce dernier apporte tout de même des avantages qui permettent d’évoluer en milieu ouvert. Dans le cas de Zack, un jeune sauveteur recruté par un célèbre médecin urgentiste, les joueurs doivent faire de leur mieux pour ramener le calme dans la ville et sauver des vies. Grâce à son Détecteur de Catastrophe, il lui suffit de sélectionner un point fléché sur la carte pour le guider là où il doit intervenir. Dans la foulée, il peut toujours choisir une autre mission (comme dans Burnout Saga ou Test Drive Unlimited) en s’arrêtant directement à l’emplacement de la ville. Un système de jeu plutôt intéressant qui donne aux joueurs la liberté de déambuler dans les rues pour débloquer des bonus entre deux jobs. Malheureusement, tout le potentiel des héros d’urgence est complètement gaspillé par des missions vides et répétitives qui sont ennuyeuses à mourir.

Limités à seulement quatre types, ils se ressemblent tous. S’il n’y avait pas eu quelques changements de décor, on aurait une impression qui se répète cinquante fois. En général, pour sauver des gens, éteindre des incendies ou nettoyer des barrages, il est toujours nécessaire de faire rouler un joystick sur un circuit encombré de polygones confus. Le jeu est horriblement vide. Fondamentalement, vous devez passer par plusieurs points de contrôle pour récupérer une victime, appuyer sur A pour éteindre le feu, puis rencontrer des barrages routiers pour les éliminer. Seule la poursuite en voiture de police s’en sort un peu mieux. La reconnaissance est si mauvaise, si bâclée, que parfois nous ne savons même pas où va la piste ou quelle direction nous devrions prendre. La difficulté de l’épreuve était quasiment nulle, elle manquait de réalisme, et surtout, on ne s’est pas amusé. Ce qui est encore plus triste, c’est que les missions sont présentées et illustrées en direct avec de belles explications et des commentaires intéressants. De célèbres doubleurs français ont également été embauchés pour assurer le spectacle, tels que Damien Boisseau (Matt Damon), Benoit Allemane (Morgan Freeman) ou Laura Blanc (Jennifer Gardner)… quelle belle personne ! Je me demande ce qu’ils font dans ce gâchis. Nous aussi. Soyez plus prudent et Emergency Heroes peut enfin offrir une expérience remplie d’adrénaline garantie sans armes ni zombies. Peut-être la prochaine fois…

En résumé !

Test Emergency Heroes

Il fut un temps où un jeu vidéo proposait de sauver des gens et non de résoudre des problèmes avec des balles, et on avait sincèrement envie d'applaudir des deux mains. Hélas, les héros d'urgence sont des monuments à l'ennui qui nous font vite regretter nos bazookas et nos grenades. Ubisoft a courageusement mis de côté la violence d'Assassin's Creed et de Prince of Persia en hommage aux services publics d'urgence. Ça change de notre torrent habituel d'hémoglobine et des cris d'innocents qu'on peut virtuellement assassiner, juste pour s'amuser. Parce que vous voyez, pousser les gens hors des trains ou griller des civils avec des lance-flammes est quelque chose que nous trouvons drôle ces jours-ci. Le succès mondial de Grand Theft Auto nous le rappelle, avec des chiffres de ventes inégalés dans l'histoire du divertissement. Mépriser la violence ? Manque d'éducation? Perdre un repère essentiel qui est vital pour toute civilisation ? Nous n'avons pas l'intention de discuter de cette question, mais nous formulons un souhait : que les éditeurs cessent de prendre les devants dans le domaine de la violence. Honnêtement, se battre pour sauver des vies est bien plus excitant et constructif que de passer des dizaines d'heures à massacrer des Allemands, des piétons ou des innocents. Rien à voir avec l'éthique, c'est juste une déclaration de bon sens. Cependant, dans la vraie vie comme dans les jeux vidéo, les bonnes intentions ne suffisent pas. Emergency Heroes en est la preuve. Si vous avez toujours rêvé de conduire un camion de pompiers, une ambulance ou une voiture de police, il est facile de devenir accro à ce jeu d'arcade de conduite rafraîchissant. La sensation de vitesse est bonne, et conduire avec la Wiimote ne pose aucun problème, surtout si vous avez des accessoires sous la forme d'un volant sous la main. Au fur et à mesure de votre progression, vous pourrez débloquer de nombreux véhicules différents (48 au total). Ils ont des caractéristiques très spécifiques ainsi que des turbocompresseurs. L'action se déroule dans une ville en 3D ravagée par le crime et la délinquance. Alors que l'équipe d'intervention des héros d'urgence a réussi à rétablir l'ordre, les hommes menaçants ont maintenant attaqué directement leur quartier général avant de semer la discorde dans la ville. Mal modélisé, ce dernier apporte tout de même des avantages qui permettent d'évoluer en milieu ouvert. Dans le cas de Zack, un jeune sauveteur recruté par un célèbre médecin urgentiste, les joueurs doivent faire de leur mieux pour ramener le calme dans la ville et sauver des vies. Grâce à son Détecteur de Catastrophe, il lui suffit de sélectionner un point fléché sur la carte pour le guider là où il doit intervenir. Dans la foulée, il peut toujours choisir une autre mission (comme dans Burnout Saga ou Test Drive Unlimited) en s'arrêtant directement à l'emplacement de la ville. Un système de jeu plutôt intéressant qui donne aux joueurs la liberté de déambuler dans les rues pour débloquer des bonus entre deux jobs. Malheureusement, tout le potentiel des héros d'urgence est complètement gaspillé par des missions vides et répétitives qui sont ennuyeuses à mourir. Limités à seulement quatre types, ils se ressemblent tous. S'il n'y avait pas eu quelques changements de décor, on aurait une impression qui se répète cinquante fois. En général, pour sauver des gens, éteindre des incendies ou nettoyer des barrages, il est toujours nécessaire de faire rouler un joystick sur un circuit encombré de polygones confus. Le jeu est horriblement vide. Fondamentalement, vous devez passer par plusieurs points de contrôle pour récupérer une victime, appuyer sur A pour éteindre le feu, puis rencontrer des barrages routiers pour les éliminer. Seule la poursuite en voiture de police s'en sort un peu mieux. La reconnaissance est si mauvaise, si bâclée, que parfois nous ne savons même pas où va la piste ou quelle direction nous devrions prendre. La difficulté de l'épreuve était quasiment nulle, elle manquait de réalisme, et surtout, on ne s'est pas amusé. Ce qui est encore plus triste, c'est que les missions sont présentées et illustrées en direct avec de belles explications et des commentaires intéressants. De célèbres doubleurs français ont également été embauchés pour assurer le spectacle, tels que Damien Boisseau (Matt Damon), Benoit Allemane (Morgan Freeman) ou Laura Blanc (Jennifer Gardner)... quelle belle personne ! Je me demande ce qu'ils font dans ce gâchis. Nous aussi. Soyez plus prudent et Emergency Heroes peut enfin offrir une expérience remplie d'adrénaline garantie sans armes ni zombies. Peut-être la prochaine fois...
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!