Test Empire Earth II

Plus de 10 000 ans d’histoire, la période couverte par Empire Earth 2. Le deuxième opus du célèbre jeu de stratégie tente de nous convaincre avec un gameplay sensiblement revu et un contenu plus riche. mission accomplie ? C’est ce que nous allons voir maintenant.

Alors Empire Earth 2, c’est un peu « plus » du jeu : plus d’unités, plus de bâtiments, plus de civilisations, plus de modes de jeu… mais les développeurs ne se sont pas contentés d’enrichir le logiciel, ils ont aussi revu leur gameplay. Au premier rang des changements on retrouve la gestion des territoires : force est de constater que la carte est désormais découpée en plusieurs zones dont chacune ne peut contenir qu’une seule capitale. Par conséquent, le joueur est obligé de conquérir autant de zones de carte que possible pour étendre son empire. Il n’est plus conseillé de garder des barricades derrière les fortifications en attendant doucement que les ennemis détruisent votre douzaine de tours nouvellement mises en service. C’est évidemment toujours possible, mais si vous laissez votre adversaire s’emparer d’une grande partie de la carte alors vous risquez de voir débarquer une très grande armée.

Une autre nouveauté du jeu s’appelle « Picture in Picture ». En effet, une zone de la carte s’affiche en bas à droite de l’écran. Il y a donc deux écrans à deux endroits différents sur la carte. Quelle est sa véritable utilité ? Eh bien, l’écran d’image dans l’image est tout aussi cliquable que l’écran de jeu normal. Nous pouvons donc l’utiliser pour pointer vers un emplacement et ordonner à sa main de s’y rendre sans faire défiler l’écran d’accueil. Gagnez beaucoup de temps ! Par exemple, supposons que vous ayez précédemment décidé d’afficher les bases ennemies sur l’écran d’image dans l’image et que vous suiviez sur l’écran d’accueil pour créer de nouvelles unités de l’autre côté de la carte. Et bien, vous pouvez envoyer des renforts très simplement, il vous suffit d’entourer les unités que vous souhaitez envoyer et de cliquer sur l’écran image dans l’image qui est toujours là pendant la bataille sur la base adverse, le tout sans faire défiler l’écran. oui, mais, on peut le faire avec une carte de localisation classique. Bien sûr, c’est assez juste, mais sur la carte de localisation, vous ne pouvez pas voir ce qui se passe. Grâce au système d’image dans l’image, vous pouvez vous concentrer sur deux endroits en même temps (par exemple un au combat et un au quartier général). intéressant !

Aussi, nous avons remarqué l’apparition d’une carte stratégique où l’on peut voir les objectifs à remplir (si on joue la campagne solo), mais aussi les mines d’or, les territoires et à qui ils appartiennent…. ..et aussi, croyez-moi c’est vraiment pratique de voir combien de personnes sont affectées pour récolter les ressources de chaque jeu et éventuellement les réaffecter. Cette carte stratégique vous permet également de planifier une attaque à plusieurs : en effet, vous déterminez la route d’attaque et tous vos alliés (y compris si vous jouez à l’ordinateur) reçoivent votre plan, ce qui permet de coordonner les attaques sur les bases ennemies. Faites également attention à la qualité de l’IA, même le joueur le plus impitoyable la perdra dans la difficulté la plus élevée. De plus, celui-ci ne triche pas ! Elle doit donc collecter des ressources comme tout le monde et faire face au brouillard de la guerre. Nous apprécions cela car dans certains STR on voit clairement que l’IA a un avantage certain : elle envoie des troupes directement sur votre base sans avoir visité le site au préalable. Dans Empire Earth 2, l’IA dispose ainsi des mêmes moyens et des mêmes contraintes que le joueur. Nous avons voulu que le pathfinding soit aussi simple, car nous avons remarqué quelques problèmes à ce niveau : sur les cartes avec beaucoup d’obstacles (comme des arbres), les unités bloquées et les multiples détours pour atteindre une destination sont monnaie courante.

Du point de vue du mode de jeu, Empire Earth 2 est vraiment complet. Il y a évidemment une campagne solo, mais le plus surprenant est les modes conflit et multijoueur. En effet, les possibilités de personnalisation des pièces sont énormes. Vous pouvez ajuster la taille de la carte, le nombre maximum d’unités, la période de temps pendant laquelle vous souhaitez démarrer et terminer le jeu, définir des paramètres pour lancer la génération de cartes aléatoires, etc. Mais l’option qui attire immédiatement l’attention est la possibilité d’activer un « recul ». Évidemment, une attaque contre la faction adverse est impossible dans les premières minutes de jeu, ce qui vous laissera un peu de temps pour commencer à développer votre économie. Des choix multiples peuvent également se retrouver dans le choix des règles que l’on souhaite appliquer. On retrouve donc le deathmatch classique, mais aussi King of the Hill, Kingslayer… Plus primitivement, le mode « hot spot » consiste à construire des bâtiments à des points précis de la carte. Une fois cela fait, vous devez également capturer le deuxième hotspot, et ainsi de suite, jusqu’à ce que tous les hotspots soient affectés. Le joueur avec le plus de victoires. Au total, il y a 11 jeux qui peuvent être joués ensemble ou individuellement contre l’ordinateur.

Il est indéniable qu’Empire Earth 2 est particulièrement bon pour le multijoueur grâce à tous ces modes de jeu. C’est là que ça entre en jeu. Le jeu est très amusant, les possibilités de personnalisation sont énormes et vous pouvez vraiment ajuster les règles du jeu à votre goût. De plus, il s’avère que le jeu n’est pas du tout un doublon. C’est évidemment grâce à toutes les options que nous avons détaillées, mais aussi grâce à 14 civilisations jouables, chacune avec leurs particularités (nouvelles unités et capacités spéciales comme une vitesse plus rapide, de meilleurs rendements de récolte de ressources…) mais aussi à une époque différente où nous pouvons jouer. Empire Earth 2 s’étend de 10 000 avant JC à 2200 après JC. L’armement de la Seconde Guerre mondiale n’a clairement rien à voir avec les armements médiévaux ou futurs. Cette variété est la bienvenue et contribue à briser la monotonie qui survient après des heures de jeu dans de nombreux autres STR compétitifs.

Les développeurs ne se sont pas arrêtés là, et d’autres nouveautés sont apparues, comme les conditions météo. Les averses et autres tempêtes de sable ne sont pas qu’esthétiques, mais ont un réel impact sur le gameplay : elles ralentissent vos troupes et empêchent même vos avions de décoller. Il est conseillé d’en profiter pour attaquer les ennemis qui disposent d’une grande flotte mais ne peuvent pas l’utiliser en raison de la météo. Nous aimons le moment idéal pour eux de lancer une attaque terrestre ou maritime rusée ! Bref, avec ses modes de jeu riches et son gameplay très convaincant, Empire Earth 2 s’avère être un digne successeur de ses prédécesseurs. Si ses graphismes et sons étaient plus discrets et que les unités avaient une meilleure orientation, il pourrait même gagner le titre de grand succès.

En résumé !

Test Empire Earth II

Plus de 10 000 ans d'histoire, la période couverte par Empire Earth 2. Le deuxième opus du célèbre jeu de stratégie tente de nous convaincre avec un gameplay sensiblement revu et un contenu plus riche. mission accomplie ? C'est ce que nous allons voir maintenant. Alors Empire Earth 2, c'est un peu "plus" du jeu : plus d'unités, plus de bâtiments, plus de civilisations, plus de modes de jeu... mais les développeurs ne se sont pas contentés d'enrichir le logiciel, ils ont aussi revu leur gameplay. Au premier rang des changements on retrouve la gestion des territoires : force est de constater que la carte est désormais découpée en plusieurs zones dont chacune ne peut contenir qu'une seule capitale. Par conséquent, le joueur est obligé de conquérir autant de zones de carte que possible pour étendre son empire. Il n'est plus conseillé de garder des barricades derrière les fortifications en attendant doucement que les ennemis détruisent votre douzaine de tours nouvellement mises en service. C'est évidemment toujours possible, mais si vous laissez votre adversaire s'emparer d'une grande partie de la carte alors vous risquez de voir débarquer une très grande armée. Une autre nouveauté du jeu s'appelle "Picture in Picture". En effet, une zone de la carte s'affiche en bas à droite de l'écran. Il y a donc deux écrans à deux endroits différents sur la carte. Quelle est sa véritable utilité ? Eh bien, l'écran d'image dans l'image est tout aussi cliquable que l'écran de jeu normal. Nous pouvons donc l'utiliser pour pointer vers un emplacement et ordonner à sa main de s'y rendre sans faire défiler l'écran d'accueil. Gagnez beaucoup de temps ! Par exemple, supposons que vous ayez précédemment décidé d'afficher les bases ennemies sur l'écran d'image dans l'image et que vous suiviez sur l'écran d'accueil pour créer de nouvelles unités de l'autre côté de la carte. Et bien, vous pouvez envoyer des renforts très simplement, il vous suffit d'entourer les unités que vous souhaitez envoyer et de cliquer sur l'écran image dans l'image qui est toujours là pendant la bataille sur la base adverse, le tout sans faire défiler l'écran. oui, mais, on peut le faire avec une carte de localisation classique. Bien sûr, c'est assez juste, mais sur la carte de localisation, vous ne pouvez pas voir ce qui se passe. Grâce au système d'image dans l'image, vous pouvez vous concentrer sur deux endroits en même temps (par exemple un au combat et un au quartier général). intéressant ! Aussi, nous avons remarqué l'apparition d'une carte stratégique où l'on peut voir les objectifs à remplir (si on joue la campagne solo), mais aussi les mines d'or, les territoires et à qui ils appartiennent.... ..et aussi, croyez-moi c'est vraiment pratique de voir combien de personnes sont affectées pour récolter les ressources de chaque jeu et éventuellement les réaffecter. Cette carte stratégique vous permet également de planifier une attaque à plusieurs : en effet, vous déterminez la route d'attaque et tous vos alliés (y compris si vous jouez à l'ordinateur) reçoivent votre plan, ce qui permet de coordonner les attaques sur les bases ennemies. Faites également attention à la qualité de l'IA, même le joueur le plus impitoyable la perdra dans la difficulté la plus élevée. De plus, celui-ci ne triche pas ! Elle doit donc collecter des ressources comme tout le monde et faire face au brouillard de la guerre. Nous apprécions cela car dans certains STR on voit clairement que l'IA a un avantage certain : elle envoie des troupes directement sur votre base sans avoir visité le site au préalable. Dans Empire Earth 2, l'IA dispose ainsi des mêmes moyens et des mêmes contraintes que le joueur. Nous avons voulu que le pathfinding soit aussi simple, car nous avons remarqué quelques problèmes à ce niveau : sur les cartes avec beaucoup d'obstacles (comme des arbres), les unités bloquées et les multiples détours pour atteindre une destination sont monnaie courante. Du point de vue du mode de jeu, Empire Earth 2 est vraiment complet. Il y a évidemment une campagne solo, mais le plus surprenant est les modes conflit et multijoueur. En effet, les possibilités de personnalisation des pièces sont énormes. Vous pouvez ajuster la taille de la carte, le nombre maximum d'unités, la période de temps pendant laquelle vous souhaitez démarrer et terminer le jeu, définir des paramètres pour lancer la génération de cartes aléatoires, etc. Mais l'option qui attire immédiatement l'attention est la possibilité d'activer un "recul". Évidemment, une attaque contre la faction adverse est impossible dans les premières minutes de jeu, ce qui vous laissera un peu de temps pour commencer à développer votre économie. Des choix multiples peuvent également se retrouver dans le choix des règles que l'on souhaite appliquer. On retrouve donc le deathmatch classique, mais aussi King of the Hill, Kingslayer... Plus primitivement, le mode "hot spot" consiste à construire des bâtiments à des points précis de la carte. Une fois cela fait, vous devez également capturer le deuxième hotspot, et ainsi de suite, jusqu'à ce que tous les hotspots soient affectés. Le joueur avec le plus de victoires. Au total, il y a 11 jeux qui peuvent être joués ensemble ou individuellement contre l'ordinateur. Il est indéniable qu'Empire Earth 2 est particulièrement bon pour le multijoueur grâce à tous ces modes de jeu. C'est là que ça entre en jeu. Le jeu est très amusant, les possibilités de personnalisation sont énormes et vous pouvez vraiment ajuster les règles du jeu à votre goût. De plus, il s'avère que le jeu n'est pas du tout un doublon. C'est évidemment grâce à toutes les options que nous avons détaillées, mais aussi grâce à 14 civilisations jouables, chacune avec leurs particularités (nouvelles unités et capacités spéciales comme une vitesse plus rapide, de meilleurs rendements de récolte de ressources...) mais aussi à une époque différente où nous pouvons jouer. Empire Earth 2 s'étend de 10 000 avant JC à 2200 après JC. L'armement de la Seconde Guerre mondiale n'a clairement rien à voir avec les armements médiévaux ou futurs. Cette variété est la bienvenue et contribue à briser la monotonie qui survient après des heures de jeu dans de nombreux autres STR compétitifs. Les développeurs ne se sont pas arrêtés là, et d'autres nouveautés sont apparues, comme les conditions météo. Les averses et autres tempêtes de sable ne sont pas qu'esthétiques, mais ont un réel impact sur le gameplay : elles ralentissent vos troupes et empêchent même vos avions de décoller. Il est conseillé d'en profiter pour attaquer les ennemis qui disposent d'une grande flotte mais ne peuvent pas l'utiliser en raison de la météo. Nous aimons le moment idéal pour eux de lancer une attaque terrestre ou maritime rusée ! Bref, avec ses modes de jeu riches et son gameplay très convaincant, Empire Earth 2 s'avère être un digne successeur de ses prédécesseurs. Si ses graphismes et sons étaient plus discrets et que les unités avaient une meilleure orientation, il pourrait même gagner le titre de grand succès.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!