Test Endless Ocean

Avec deux épisodes d’Everblue sur PS2 à son actif, Studio Arika nous a montré qu’il n’avait pas perdu sa passion pour le bleu en sortant le mystérieux Endless Ocean. Avec des commandes entièrement conçues pour la Wii, ce nouveau logiciel de plongée sous-marine a tout ce dont nous avons besoin pour nous convaincre de noyer l’ennui avec des titres étonnamment agréables.

Également nommé Forever Blue dans sa version originale, Endless Ocean n’est certainement pas l’un des grands jeux de fin d’année, et son prix est inférieur au jeu Wii moyen, ce qui pourrait être de bon augure pour une application sans prétention. En conséquence, la grande majorité des joueurs risquent de passer complètement à côté du logiciel, tandis que d’autres se lancent dans le jeu sans réelle conviction. La première heure de jeu n’a été ni très surprenante ni convaincante. Le rythme de l’aventure est plutôt lent, et les objectifs nous sont donnés de façon assez linéaire. L’obtention de l’équipement se fait également étape par étape, vous obligeant à jouer pendant un certain temps avant d’obtenir votre équipement complet de plongée en haute mer. Une fois la première mission de routine terminée, les sites de plongée ont également commencé à se diversifier. C’est alors que l’impression du joueur persistant sur l’océan sans fin commencera à changer, la morosité laissant place à une obsession qui durera jusqu’à la fin du jeu.

Je ne connais quasiment rien au monde de la plongée sous-marine à part les BD Glaucos et les reportages de notre ami Cousteau, et je peux vous assurer qu’il n’est pas nécessaire d’être passionné par la mer bleue pour apprécier la justesse de l’expérience Endless Ocean offre de la valeur. Le logiciel nous invite à découvrir les secrets de l’île de Manaura et de ses mers environnantes, un territoire imaginaire qui rassemble la plupart des reliefs marins et qui est un refuge pour toutes sortes de créatures. Si l’environnement est fictif, la faune locale est remarquablement réaliste, et l’appli a toujours une mission pédagogique et un souci de crédibilité que les connaisseurs apprécieront sans doute. L’objectif récurrent est donc de repérer ces poissons, cétacés et autres mammifères marins, qu’il faut trouver et approcher avant de pouvoir les répertorier dans l’encyclopédie marine. Cet ouvrage, accessible depuis la cabine, est une compilation de pas moins de 41 pages consacrées aux différentes espèces qui vivent sous la surface de l’eau à diverses profondeurs, et vous prendra plus qu’il n’en faut pour terminer le jeu pour le terminer en son intégralité, si vous voulez.

Accessible et intuitif, le jeu n’utilise que la Wiimote, qui doit servir de pointeur, pour préciser où l’on veut aller. On peut donc facilement modifier sa trajectoire tout en ajustant sa vitesse avec la gâchette B, ou encore passer en mode auto-forward pour profiter du paysage sous-marin tout en jouant avec l’appareil photo. Il est possible de passer de la vue à la 3ème personne à la vue à la 1ère personne à tout moment, bien qu’en pratique la première puisse être votre préférence. Hormis la boussole discrètement affichée en haut à gauche de l’écran, aucun HUD ne vient ternir la beauté des fonds marins pour vous aider à vous repérer ou vous orienter sur la carte. Il comprend également un indice de profondeur qui vous permet d’évaluer la distance par rapport à la surface. La mer de Manaulay est fictive, et l’environnement profite d’une diversité considérable de sites de plongée, ce qui nous offre une transition brutale d’un relief particulier à un autre tout à fait différent. Les tapis de corail contrastent avec les grottes labyrinthiques, les plages sous-marines et les ruines des villes englouties.

C’est déjà passionnant d’évoluer dans un tel environnement, mais on n’est pas là que pour le plaisir des yeux. Vos collègues comptent sur vous pour scruter l’océan à la recherche de trésors enfouis, d’espèces rares, d’éventuelles traces d’une civilisation perdue ou d’éléments qui corroborent les légendes locales. Les zones suspectes peuvent être scrutées en zoomant, ce qui peut parfois permettre d’appeler des objets mystérieux. Les systèmes d’identification des espèces impliquent d’attirer leur attention de différentes manières, soit en utilisant un stylo spécial pour faire des traits brillants, en offrant de la nourriture ou en s’engageant directement avec eux. Dans ce dernier cas, vous devez vous approcher suffisamment pour les toucher et les caresser jusqu’à ce que leurs noms apparaissent à l’écran. Une fois qu’une espèce est dans votre encyclopédie, vous devez encore approfondir votre connexion avec elle si vous souhaitez débloquer les trois niveaux d’informations accessibles à toutes les créatures du jeu.

Autre élément privilégié de votre équipement de plongée, les appareils photo vous serviront à immortaliser les plus belles images du monde sous-marin, ou à rencontrer les journalistes qui vous contacteront pour des clichés spécifiques aux espèces. Dans tous les cas, vous pouvez vous promener librement parmi les algues et les éponges, car il n’y a aucun danger sous la surface. Les requins ne vous attaqueront jamais et votre réserve d’oxygène semble inépuisable. Les bateaux qui vous permettent de vous connecter rapidement aux différents sites de plongée sont aussi des endroits où vous pourrez prendre soin de votre partenaire, et des dauphins viendront s’y ajouter si vous parvenez à attirer la sympathie d’autres mammifères marins. Son rôle n’est pas anodin puisqu’il faut parfois le siffler pour qu’il puisse vous aider. Sur le bateau, vous pouvez également l’entraîner à effectuer des acrobaties en lui donnant des commandes tactiles à l’aide de la Wiimote. Plonger à côté est un avantage indéniable, d’autant plus que vous pouvez même l’attraper et vous laisser emporter par ses mouvements, et vous pouvez aussi faire quelque chose sur les magnifiques baleines qui ont une chance de s’approcher.

Le logiciel prend en compte le fait que la gestion du temps vise principalement à faire avancer la scène sur plusieurs jours, tout en modifiant la composition de la faune marine en fonction de l’heure de la journée. En plus de la tâche de prendre des photos de telle ou telle espèce pour tenter de faire une couverture de magazine, on vous demande parfois de servir de guide à un plongeur inexpérimenté, en l’aidant à découvrir les ruines de Manaurai. La scène vous mènera également à travers des missions plus inattendues, comme placer des sonars dans des endroits pour avertir du passage de baleines rares, mais l’aventure est un peu courte dans la durée et ne permet pas la grande variété d’activités. Ces tâches vous sont généralement communiquées par e-mail, l’une des nombreuses fonctions accessibles depuis la cabine. Vous pouvez également modifier votre équipement pour changer votre apparence ou mettre de l’équipement, ce qui vous permet d’étendre votre exploration sous-marine en allant plus loin. Le réveil est utile si vous souhaitez avancer l’heure d’une demi-journée, et la carte est un incontournable pour visiter divers sites, dont l’aquarium où vous stockerez les espèces de votre choix.

Si le rythme du jeu est parfois un peu lent, la première chose qui donne envie d’étendre son expérience est la bande son. La chanson thème est chantée par Hayley Westenra, une jeune soprano néo-zélandaise, membre du groupe irlandais Celtic Woman, dont le style est très similaire à celui de Loreena McKennitt. Elle a composé neuf chansons pour « Endless Ocean » qui correspondent parfaitement au jeu, avec une voix cristalline qui complète les mélodies captivantes du logiciel. Malgré son jeune âge, Hayley Westenra a atteint une renommée internationale et enregistré de nombreux albums, et ce titre ne manquera pas de vous donner envie de le découvrir. Les plus fermés pourront tout de même écouter leur musique personnalisée en transférant des fichiers MP3 dans la mémoire interne de la console via une carte SD, ce qui est également une très bonne idée.

À la recherche du légendaire béluga, l’aventure vous permettra de percer les mystères qui entourent certains personnages et de faire des découvertes inattendues. Néanmoins, le cycle de vie ne peut être maintenu que si vous profitez de la liberté que nous offrons pour explorer chaque site sans nécessairement faire avancer l’intrigue. Comme il ne faut pas plus de 6 heures pour arriver au bout du but principal en ligne droite, c’est un peu léger même pour ce type de jeu. Heureusement, le vaste océan et la pléthore d’espèces et de découvertes vous permettront de vous fixer d’autres objectifs même après avoir vu le générique. Sachez également qu’il est possible d’inviter des amis à nager à deux en Wi-Fi. Le chat passe ensuite par une interface qui affiche une liste de commandes permettant d’interagir avec votre compagnon de plongée, avec une boussole indiquant en permanence votre position. Il reste un titre qui constitue un moyen idéal pour se détendre et décompresser, une expérience insolite qui ravira les plus curieux, et une poignée de défauts qui peuvent passer pour un prix de jeu Wii inférieur à la moyenne pour compenser.

En résumé !

Test Endless Ocean

Avec deux épisodes d'Everblue sur PS2 à son actif, Studio Arika nous a montré qu'il n'avait pas perdu sa passion pour le bleu en sortant le mystérieux Endless Ocean. Avec des commandes entièrement conçues pour la Wii, ce nouveau logiciel de plongée sous-marine a tout ce dont nous avons besoin pour nous convaincre de noyer l'ennui avec des titres étonnamment agréables. Également nommé Forever Blue dans sa version originale, Endless Ocean n'est certainement pas l'un des grands jeux de fin d'année, et son prix est inférieur au jeu Wii moyen, ce qui pourrait être de bon augure pour une application sans prétention. En conséquence, la grande majorité des joueurs risquent de passer complètement à côté du logiciel, tandis que d'autres se lancent dans le jeu sans réelle conviction. La première heure de jeu n'a été ni très surprenante ni convaincante. Le rythme de l'aventure est plutôt lent, et les objectifs nous sont donnés de façon assez linéaire. L'obtention de l'équipement se fait également étape par étape, vous obligeant à jouer pendant un certain temps avant d'obtenir votre équipement complet de plongée en haute mer. Une fois la première mission de routine terminée, les sites de plongée ont également commencé à se diversifier. C'est alors que l'impression du joueur persistant sur l'océan sans fin commencera à changer, la morosité laissant place à une obsession qui durera jusqu'à la fin du jeu. Je ne connais quasiment rien au monde de la plongée sous-marine à part les BD Glaucos et les reportages de notre ami Cousteau, et je peux vous assurer qu'il n'est pas nécessaire d'être passionné par la mer bleue pour apprécier la justesse de l'expérience Endless Ocean offre de la valeur. Le logiciel nous invite à découvrir les secrets de l'île de Manaura et de ses mers environnantes, un territoire imaginaire qui rassemble la plupart des reliefs marins et qui est un refuge pour toutes sortes de créatures. Si l'environnement est fictif, la faune locale est remarquablement réaliste, et l'appli a toujours une mission pédagogique et un souci de crédibilité que les connaisseurs apprécieront sans doute. L'objectif récurrent est donc de repérer ces poissons, cétacés et autres mammifères marins, qu'il faut trouver et approcher avant de pouvoir les répertorier dans l'encyclopédie marine. Cet ouvrage, accessible depuis la cabine, est une compilation de pas moins de 41 pages consacrées aux différentes espèces qui vivent sous la surface de l'eau à diverses profondeurs, et vous prendra plus qu'il n'en faut pour terminer le jeu pour le terminer en son intégralité, si vous voulez. Accessible et intuitif, le jeu n'utilise que la Wiimote, qui doit servir de pointeur, pour préciser où l'on veut aller. On peut donc facilement modifier sa trajectoire tout en ajustant sa vitesse avec la gâchette B, ou encore passer en mode auto-forward pour profiter du paysage sous-marin tout en jouant avec l'appareil photo. Il est possible de passer de la vue à la 3ème personne à la vue à la 1ère personne à tout moment, bien qu'en pratique la première puisse être votre préférence. Hormis la boussole discrètement affichée en haut à gauche de l'écran, aucun HUD ne vient ternir la beauté des fonds marins pour vous aider à vous repérer ou vous orienter sur la carte. Il comprend également un indice de profondeur qui vous permet d'évaluer la distance par rapport à la surface. La mer de Manaulay est fictive, et l'environnement profite d'une diversité considérable de sites de plongée, ce qui nous offre une transition brutale d'un relief particulier à un autre tout à fait différent. Les tapis de corail contrastent avec les grottes labyrinthiques, les plages sous-marines et les ruines des villes englouties. C'est déjà passionnant d'évoluer dans un tel environnement, mais on n'est pas là que pour le plaisir des yeux. Vos collègues comptent sur vous pour scruter l'océan à la recherche de trésors enfouis, d'espèces rares, d'éventuelles traces d'une civilisation perdue ou d'éléments qui corroborent les légendes locales. Les zones suspectes peuvent être scrutées en zoomant, ce qui peut parfois permettre d'appeler des objets mystérieux. Les systèmes d'identification des espèces impliquent d'attirer leur attention de différentes manières, soit en utilisant un stylo spécial pour faire des traits brillants, en offrant de la nourriture ou en s'engageant directement avec eux. Dans ce dernier cas, vous devez vous approcher suffisamment pour les toucher et les caresser jusqu'à ce que leurs noms apparaissent à l'écran. Une fois qu'une espèce est dans votre encyclopédie, vous devez encore approfondir votre connexion avec elle si vous souhaitez débloquer les trois niveaux d'informations accessibles à toutes les créatures du jeu. Autre élément privilégié de votre équipement de plongée, les appareils photo vous serviront à immortaliser les plus belles images du monde sous-marin, ou à rencontrer les journalistes qui vous contacteront pour des clichés spécifiques aux espèces. Dans tous les cas, vous pouvez vous promener librement parmi les algues et les éponges, car il n'y a aucun danger sous la surface. Les requins ne vous attaqueront jamais et votre réserve d'oxygène semble inépuisable. Les bateaux qui vous permettent de vous connecter rapidement aux différents sites de plongée sont aussi des endroits où vous pourrez prendre soin de votre partenaire, et des dauphins viendront s'y ajouter si vous parvenez à attirer la sympathie d'autres mammifères marins. Son rôle n'est pas anodin puisqu'il faut parfois le siffler pour qu'il puisse vous aider. Sur le bateau, vous pouvez également l'entraîner à effectuer des acrobaties en lui donnant des commandes tactiles à l'aide de la Wiimote. Plonger à côté est un avantage indéniable, d'autant plus que vous pouvez même l'attraper et vous laisser emporter par ses mouvements, et vous pouvez aussi faire quelque chose sur les magnifiques baleines qui ont une chance de s'approcher. Le logiciel prend en compte le fait que la gestion du temps vise principalement à faire avancer la scène sur plusieurs jours, tout en modifiant la composition de la faune marine en fonction de l'heure de la journée. En plus de la tâche de prendre des photos de telle ou telle espèce pour tenter de faire une couverture de magazine, on vous demande parfois de servir de guide à un plongeur inexpérimenté, en l'aidant à découvrir les ruines de Manaurai. La scène vous mènera également à travers des missions plus inattendues, comme placer des sonars dans des endroits pour avertir du passage de baleines rares, mais l'aventure est un peu courte dans la durée et ne permet pas la grande variété d'activités. Ces tâches vous sont généralement communiquées par e-mail, l'une des nombreuses fonctions accessibles depuis la cabine. Vous pouvez également modifier votre équipement pour changer votre apparence ou mettre de l'équipement, ce qui vous permet d'étendre votre exploration sous-marine en allant plus loin. Le réveil est utile si vous souhaitez avancer l'heure d'une demi-journée, et la carte est un incontournable pour visiter divers sites, dont l'aquarium où vous stockerez les espèces de votre choix. Si le rythme du jeu est parfois un peu lent, la première chose qui donne envie d'étendre son expérience est la bande son. La chanson thème est chantée par Hayley Westenra, une jeune soprano néo-zélandaise, membre du groupe irlandais Celtic Woman, dont le style est très similaire à celui de Loreena McKennitt. Elle a composé neuf chansons pour "Endless Ocean" qui correspondent parfaitement au jeu, avec une voix cristalline qui complète les mélodies captivantes du logiciel. Malgré son jeune âge, Hayley Westenra a atteint une renommée internationale et enregistré de nombreux albums, et ce titre ne manquera pas de vous donner envie de le découvrir. Les plus fermés pourront tout de même écouter leur musique personnalisée en transférant des fichiers MP3 dans la mémoire interne de la console via une carte SD, ce qui est également une très bonne idée. À la recherche du légendaire béluga, l'aventure vous permettra de percer les mystères qui entourent certains personnages et de faire des découvertes inattendues. Néanmoins, le cycle de vie ne peut être maintenu que si vous profitez de la liberté que nous offrons pour explorer chaque site sans nécessairement faire avancer l'intrigue. Comme il ne faut pas plus de 6 heures pour arriver au bout du but principal en ligne droite, c'est un peu léger même pour ce type de jeu. Heureusement, le vaste océan et la pléthore d'espèces et de découvertes vous permettront de vous fixer d'autres objectifs même après avoir vu le générique. Sachez également qu'il est possible d'inviter des amis à nager à deux en Wi-Fi. Le chat passe ensuite par une interface qui affiche une liste de commandes permettant d'interagir avec votre compagnon de plongée, avec une boussole indiquant en permanence votre position. Il reste un titre qui constitue un moyen idéal pour se détendre et décompresser, une expérience insolite qui ravira les plus curieux, et une poignée de défauts qui peuvent passer pour un prix de jeu Wii inférieur à la moyenne pour compenser.
0
Awful
Points Positifs :
Points Négatifs :

Also Check Out

0

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Gameplay
    Graphics
    Longevity
    Thanks for submitting your rating!
    Please give a rating.

    Thanks for submitting your comment!