Test HELL YEAH! La fureur du lapin mort | PSN

Après une petite pause au niveau des tests, je suis de retour, non pas pour vous jouer un mauvais tour, mais pour vous donner mon avis sur un petit jeu made in SEGA & Arkedo dans sa version PSN : Hell Yeah! La fureur du lapin mort.

Hell Yeah! est un jeu d’action / plateforme sorti le 3 Octobre dernier et téléchargeable (donc uniquement disponible sur le store) où vous incarnez Ash, le prince des Enfers et qui est, comme vous pouvez vous en douter d’après le titre, un lapin mort.

Scénario

Au niveau de la mise en place de l’histoire, ça se fait très rapidement : Alors qu’il était en train de s’amuser avec son petit canard dans sa baignoire, Ash se fait photographier par Fat Rabbit. Celui-ci a diffusé ses photos compromettantes sur Hellternet (l’Internet des Enfers). Ash décide donc de se venger et d’éliminer les 100 monstres ayant vus les photos, afin d’être sur que son secret soit sauf…
Vous l’aurez compris, c’est vraiment très simple comme histoire, mais elle arrive à nous entrainer dans le jeu. A noter également une bonne touche d’humour dans les dialogues avec plusieurs répliques faisant allusion à certains films.

Réalisation, Graphismes et Jouabilité

Ici nous sommes dans un univers 2D. Les décors sont bien détaillés et colorés et cela nous donne un bon avant-gout de l’Enfer. Afin d’avancer dans les différentes parties de l’Enfer, il faudra avoir tué un certain nombre de monstres pour que les portes s’ouvrent.
Lorsque vous serez sur le point de tuer un monstre via vos armes ou votre super moto-scie, vous pourrez lancer un « finish him » qui s’effectuera sous la forme d’un mimi jeu. Une fois celui-ci terminé et réussi, le monstre périra dans d’affreuses souffrances, mais assez jouissives pour nous ^^.

A noter également que lorsqu’un monstre est tué, celui-ci est envoyé sur « The Island ». Comme vous pouvez vous en douter, il s’agit d’une île sur laquelle les monstres sont vos esclaves et se tuent aux différentes tâches que vous aurez pris soin de leur confier. Cela vous permettra de gagner de la thune, des bonus, etc. Cependant, il est bien dommage qu’on ne puisse pas accéder à cette partie directement en cours de partie et qu’il soit obligatoirement nécessaire de repasser par le menu de démarrage.

Au niveau de la prise en main, ça se fait de façon naturelle. En effet, le gameplay est très classique et permettra à chacun, quel que soit son niveau de jeu, de prendre du plaisir à incarner Ash.

Tout au long de la partie, vous collecterez des pierres précieuses qui vous serviront de monnaie dans les différentes boutiques de l’horreur que vous trouverez à droite et à gauche en Enfer. Au sein de ces boutiques, vous pourrez vous procurer de nouveaux skins pour Ash (look) mais également pour son bolide. Certains d’entre eux sont d’ailleurs assez fun. Vous aurez également l’occasion d’améliorer vos armes.

Bande son

Rien à redire de ce côté-là. L’ambiance sonore colle parfaitement aux décors.

Durée de vie

La durée du jeu dépendra obligatoirement du temps que vous mettrez pour tuer chaque monstre car tous les X monstres tués, une nouvelle porte s’ouvrira pour vous donner accès à la suite de l’Enfer.
Je pense que vous pouvez compter entre 5 et 6h, voire un peu plus, mais pas au dessus de 8h de jeu.

Conclusion

Rien que pour l’humour présent dans le jeu, celui-ci vaut la peine d’être découvert. A noter qu’actuellement, Hell Yeah! : Wrath of the Dead Rabbit est offert à tous les membres du PSN+ !
HELL YEAH! La fureur du lapin mort fut pour moi un bon défouloir. J’y ai joué comme petit jeu d’appoint entre d’autres nécessitant de plus grandes sessions.