Test Hunted The Demon’s Forge sur PS3

Voila j’ai profité de mes vacances pour terminer Hunted : The Demon’s Forge sur Playstation 3. Au final j’ai mis environ 2 semaines pour finir le jeu avec des temps de jeu ici et là. Pour rappel, le jeu m’a été envoyé par Bethesda Softworks (Réception Hunted The Demon’s Forge).

Voici donc mon avis sur la version Ps3 de ce jeu ;-) .

Réalisation et jouabilité :

Après avoir réglé la luminosité avant de commencer le jeu, nous voila plongés dans l’univers Heroic-Fantasy proposé par Hunted The Demon’s Forge.
Vous avez la possibilité d’incarner 2 personnages : l’Elfe E’lara et le guerrier Caddock. Bien entendu, les 2 personnages ont un style de jeu différent : Pour E’lara, cela consiste à rester à distance pour utiliser son arc, tandis que pour Caddock, la quasi totalité du temps c’est au corps à corps (cac) avec un bouclier et arme à une main.

Ce qui est bien dans Hunted the Demon’s Forge, c’est que notre choix de personnage de départ n’est pas figé. En effet, il est possible de changer de personnage à volonté. Par contre cela ne peut être fait qu’à certains moments.
Le second personnage peut-être incarné soit par l’IA soit par un autre joueur en local ou en ligne. Attention, il faut avoir passé le prologue pour que cela soit possible.

Hunted The Demon’s Forge est un jeu d’action avec un brin d’RPG. En effet, il est possible d’améliorer chaque personnage en ramassant de nouvelles armes, mais également en collectant des fragments de cristaux qui serviront, une fois assemblés, à faire progresser votre arbre de talent.
Ce dernier propose de vous apprendre et faire progresser des techniques dites « basiques », mais aussi des techniques tirant de la magie. Selon les différentes techniques employées, cela vous coutera une certaine quantité de mana.
De plus, vos actions dans le jeu feront accroitre les capacités de vos personnages. Par exemple en tuant X ennemis avec votre arc, vous pourrez avoir plus de flèches au sein de votre inventaire. Vous pourrez ainsi améliorer votre jauge de vie et de mana.

Concernant le système de combat, celui-ci est très simple : cibler, parer, frapper ou cibler/tirer. Pour ma part, lorsque j’ai incarné Caddoc, j’y allais comme un bourrin, sans forcement prendre le temps de parer les coups. Constat : ça fait mal…! Heureusement que le jeu permet de récupérer très fréquemment des fioles de vie ou de mana. Peut-être un peu trop à mon gout, ce qui lui apporte une certaine facilité.
Il également possible de donner un pouvoir magique à votre partenaire pendant un laps de temps, contre un peu de mana. Celui-ci sera dans la capacité de prodiguer plus de dégâts aux différents ennemis.

Parlons un peu maintenant des graphismes. Il y a du bon comme du mauvais. En effet, niveau modélisation des personnages, nous faisons un bon de quelques années en arrière. Les textures sont parfois, voire souvent, baveuses ; les squelettes font peur à voir… Bref vous l’aurez compris, cela n’est pas le point fort du jeu malgré le fait que les déplacements des personnages soient assez bien réussis.
Niveaux décors, on peut être assez satisfait du travail apporté. Ils sont assez vastes, variés et possèdent un nombre suffisant d’ennemis. Quelques problèmes sont à relever tout de même sur l’éclairage. Dans certains chapitres, la luminosité fait le yo-yo, c’est parfois gênant, d’autant plus si l’on se trouve déjà dans l’obscurité…

J’ai relevé également quelques problèmes de scripts dans le jeu. Par exemple, à un moment un pont-levis est censé se baisser pour poursuivre l’avancée dans le chapitre, chose qu’il n’a pas fait… J’ai du relancer mon dernier point de sauvegarde, après avoir cherché comment passer pendant 30min, pour le voir enfin se baisser et cela en n’ayant rien fait de plus que précédemment…

Bande son :

Hunted The Demon’s Forge ne propose pas de passer le jeu en VostFr. Nous devons donc jouer avec les voix françaises, souvent désynchronisées avec les bouches, et aux intonations qui ne conviennent pas aux personnages. Cependant, l’humour apportée dans certains dialogues, nous fait un peu passer cette frustration.
J’ai du également baisser la musique du jeu et augmenter la voix des personnages de manière à mieux les entendre et encore, lorsque certaines énigmes étaient citées, j’ai du aller les lire dans les objectifs parce que je n’avais rien entendu…
A part cela, la musique ambiante est assez agréable.

Durée de vie :

Certains me disent « ah j’ai fini le jeu en 8-9h ! », oui je veux bien… Mais dans ce cas, ils ont du tracer la trame principale de l’histoire en normal sans prendre le temps de résoudre les différentes énigmes et trouver les zones cachées, ce qui leur aurait surement doublé leur temps de jeu.
Sinon pour info, le jeu comporte 6 chapitres : les 3 premiers très longs (env 3h par chapitre) et les 3 derniers beaucoup plus courts. Il n’y a pas de trophée associé à la difficulté.

Sinon, la durée de vie est également un peu augmentée grâce au mode Crucible, qui permet de créer ses donjons en choisissant les éléments qui le composent. Un trophée est d’ailleurs accessible en vidant 25 salles.

Conclusion :

Malgré le fait qu’il ne soit pas exempt de défauts (graphismes, doublage des voix), j’ai pris un certain plaisir à jouer à Hunted – The Demon’s Forge : résolution des énigmes, recherche des zones secrètes, découvrir la suite de l’histoire… Je me suis d’ailleurs refait tous les boss avec l’autre personnage pour aller gratter quelques trophées en plus.

En d’autres termes, je ne trouve pas que ce jeu est un navet, il prend d’ailleurs toute son importance en multijoueurs.