Test Jet Set Radio | Xbox Live Arcade

12 ans après sa sortie sur la mythique Dreamcast, Jet Set Radio refait des siennes sur le XBLA, le PSN et Steam, dans une version HD-ifiée. Sans plus attendre, mon avis sur Jet Set Radio dans sa version Xbox 360.

Scénario

L’histoire de Jet Set Radio prend place dans un Tokyo alternatif disputé par plusieurs gangs en rollers qui marquent leur territoire à grand coup de graffitis.

Votre mission ? Gagner des territoires et en savoir plus sur un mystérieux gang qui sème le chaos dans toute la ville.

Les premières escapades seront l’occasion de faire tourner en bourrique la police locale totalement dépassée par les évènements, menée par un inspecteur à la gâchette facile. Par la suite, ce seront des belligérants bien plus exotiques et énervés dont il faudra apprendre à se défaire.

Graphismes

Jet Set Radio est sorti il y a 12 ans, et autant dire que le Cel-Shading, qui a fait toute son originalité à cette époque, a plutôt bien vieilli en passant par la moulinette de la HD. Coloré, psychédélique mais toujours de bon goût, l’univers déployé par Jet Set Radio est une véritable œuvre Pop Art interactive.

Si les environnements que l’on parcourt apparaissent aujourd’hui comme relativement confinés, les nombreux petits détails disposés sur votre chemin sont toujours très agréables à découvrir.

Les modèles 3D et quelques textures (de visages en particulier) font certes un peu peur à voir, mais ce sont là de menus détails bien vite oubliés manette en main.

Jouabilité

Le concept du jeu, très original à sa sortie, est pourtant fort simple : Déambuler en milieu urbain en prenant soin de taguer les endroits indiqués par des flèches rouges. Certains graffitis plus imposants que les autres demandent quant à eux quelques manipulations de sticks pour être réalisés.

Tout cela serait évidemment trop simple s’il ne fallait pas faire face à la police et autres empêcheurs de taguer en rond. D’autres styles de missions vous demanderont de poursuivre les membres d’un gang afin de leur taguer le dos. Loin d’être cantonnés aux deux protagonistes du début, vous aurez également la possibilité de recruter de nouveaux sbires à l’occasion de duels (le premier qui tague à gagner) et autres défis basés sur des enchaînements de mouvements à réaliser.

Quid de la maniabilité ? N’oublions pas que nous dirigeons des personnages en rollers, ce qui signifie une inertie assez particulière. On patine un peu au démarrage et les arrêts, un peu glissants, demandent un certain doigté. Heureusement, les grinds sont gérés automatiquement, tout comme les tricks qui se déclenchent durant les sauts bien timés. Finalement, la principale difficulté du soft viendra surtout des déplacements de nos patineurs urbains.

Assez peu réactifs, les persos requièrent une certaine anticipation et une bonne gestion des sauts, qui s’acquièrent heureusement assez vite. Cette lourdeur génère également quelques petits problèmes de collisions parfois assez agaçants, en particulier dans les passages les plus exigus de la ville.

Bande son

Un sans faute. Jet Set Radio aura marqué son époque avec une bande son en parfaite symbiose avec son concept. Hip-Hop, Funk, Electro, Acid Jazz, dire que les musiques de Jet Set Radio jouent pour moitié dans le plaisir ressenti est un euphémisme. Quelques musiques de l’épisode « Future » (sorti sur la première Xbox) en bonus sont peuvent être écoutées dans les options. On aurait toutefois aimé pouvoir en profiter durant nos déambulations, tant qu’à faire.

Durée de Vie

Pas forcément très long en ligne droite. Comptez moins de 8h pour en venir à bout la première fois. Mais c’est sans compter sur les missions annexes qui se débloquent au fur et à mesure de l’aventure et qui viennent doubler voire tripler la durée de vie.

A noter que les amateurs de scoring pourront s’en donner à cœur joie, le jeu pousse clairement à refaire les niveaux pour améliorer ses performances.

Conclusion

Cette version HD de Jet Set Radio n’apporte pas grand-chose à l’expérience originale si ce n’est des graphismes liftés et quelques petits bonus anecdotiques mais toujours bons à prendre. De plus, on aurait sans doute apprécié une maniabilité un peu revue pour la peine. Reste que Jet Set Radio reste toujours cet ovni culte qu’on a tant plaisir à redécouvrir.

C’est malin ! On attend une version HD de l’excellent deuxième épisode maintenant ; )