Test jeu Gormiti sur Nintendo Wii

Il y a 15 jours, Konami nous a envoyé Gormiti : Les Seigneurs de la Nature sur Wii. Après l’avoir terminé la semaine dernière, je vous propose enfin mon avis sur le jeu.
Pour rappel, ce jeu d’action / aventure / plateforme est sorti le 16 septembre 2010 sur Nintendo Wii et Nintendo DS.

Scénario :

Pour lire un rapide résumé de l’histoire, je vous invite à lire mon billet sur la réception du jeu.

J’ai trouvé que Gormiti est assez fidèle au dessin animé : il se passe quelque chose sur Terre (catastrophes naturelles : inondations, feux de forêt…), c’est qu’il y a un problème dans le Gorm.
En pensant à sa cible, Konami a volontairement simplifié le scénario (et propose le jeu sur les consoles les plus adaptées).

Vous incarnez donc Nick, Toby, Lucas et Jessica, 4 enfants qui se transforment en Seigneurs de la Nature, une fois arrivés sur l’île.
Et vous parcourez l’ensemble du Gorm, en passant par 4 territoires alliés (forêt, eau, air et terre), pour vous rendre ensuite chez les ennemis (monde de la lave), régis par Magmion, le seigneur des démons.

Réalisation :

Le jeu est très coloré (personnages, paysages) et graphiquement il n’est pas encore trop moche. Les effets, comme les flammes ou les vagues sont corrects, mais sans plus : c’est un jeu Wii, il faut le rappeler… !

Les animations sont assez nombreuses (peu être un peu trop) et parfois un peu drôles. A noter qu’elles sont en français et sous-titrées en français également.

Même si les personnages ne sont pas très détaillés, on dirait qu’ils sortent tout droit du dessin-animé. Et ils n’évoluent pas : ils ont directement leurs pouvoirs et ils ne font pas davantage de dégâts avec l’avancée dans le jeu. Ce qui fait que les combats sont assez simples et répétitifs…

Un des aspects sympa du jeu est la coopération des Seigneurs, grâce aux différents pouvoirs et maitrises des éléments à combiner : le seigneur de la forêt crée des ponts et plateformes, le seigneur des océans traverse des zones immergées, le seigneur de l’air utilise les courants thermiques pour voler et le seigneur de la terre brise des gros rochers.

Nous sommes tout de même un peu limités dans nos actions : il faut suivre un plan établi et traverser le monde de bout en bout, sans possibilité de revenir en arrière
De plus, on utilise quasiment toujours de la même manière les capacités des Seigneurs de la Nature (atteindre un bonus, ouvrir une porte, créer une plateforme…). Ce qui est un peu lassant au final.

Jouabilité :

La prise en main du jeu est assez rapide : dans le premier monde, nous avons droit à une aide qui nous indique comment interagir avec les différents éléments (avec des petits symboles, à la manière de Super Mario Galaxy) et quels sont les objets à ramasser.

Pour diriger les personnages, il faut utiliser le combo Wiimote / nunchuk. Ce qui est assez simple et précis, même lorsque le personnage évolue dans l’eau ou dans les airs.
La vue de côté surélevée nous permet d’évoluer sans trop de difficulté dans ces mondes en 3D.

Le bouton C permet de passer assez facilement et rapidement d’un héro à l’autre. J’ai testé : cela ne fonctionne pas quand le personnage principal tombe dans le vide ;-).

Plus on frappe les ennemis, plus notre barre d’énergie se remplie. Mais elle se vide au bout d’un moment ou quand on se fait toucher.
Lorsque l’on tue un ennemi, on peut récupérer des cristaux, mais également une petite boule d’énergie, qui correspond à des cœurs.

Vous pouvez attaquer vos ennemis de 6 façons différentes : tir à distance (Z), charge (Z long), attaque au corps à corps (B), saut d’attaque (A+B), attaque sautée (A+A+B).
La dernière est une super attaque à réalisée en secouant la Wiimote, lorsque votre barre d’énergie est pleine (avec des effets très sympa). Chaque personnage en a 2-3 aléatoires, et toutes différentes.

J’ai aussi remarqué une mauvaise visibilité sur certaines actions : on est gêné avec par le décor, car l’ennemi est derrière, et on ne maitrise pas la caméra.
Autre mauvais point : lors du passage d’une scène à l’autre, on ne garde pas forcément le même personnage avec lequel on joue…

Razzle, le lézard qui est censé nous aider dans le jeu, donne des conseils qui apparaissent trop rapidement à l’écran, en même temps que les ennemis et qui ne sont pas vraiment utiles, comme par exemple : « Evite les boules de lave »…

Durée de vie :

Sur la carte du Gorm, il y a 5 royaumes principaux. Chacun possède 4-5 mondes différents et 1 épreuve tribale (sorte d’arène où il faut rester le plus longtemps possible).
Dans chaque monde, il y a 8 pièces de puzzle, 8 œufs de Gormiti et 1 œuf en or à récolter : qui débloquent les minis jeux (puzzles, taquins et vidéos), ce qui permet de rallonger un peu la durée de vie du jeu.
Les ennemis n’étant pas très diversifiés (à part les minis boss qui ont des attaques bien spécifiques), on apprécie la recherche de ces différents bonus.

On peut donc terminer le jeu en 8-10h : tout dépend du niveau d’exploration de chaque niveau. On peut jouer en mode Histoire ou en mode Arcade (avec possibilité de refaire le niveau pour trouver les objets manquants ou se perfectionner).

A noter qu’il n’y a pas de Game Over possible : lorsque l’on meure, on perd une partie des cristaux ramassés ; mais quand on est à 0, on respawne tout de même.

Mode coopération :

Pour l’avoir tester, je peux dire que je préfère jouer toute seule… Et ce n’est pas à cause du Joueur 2 ^^ (qui, pour info, peut rejoindre la partie à n’importe quel moment).

En effet, je trouve que le partage d’écran est assez mal géré : il ne se scinde pas en deux, la scène d’action est dézoomée. Mais jusqu’à un certain point : lorsque les deux joueurs se séparent, la visibilité est vraiment mauvaise (on ne voit plus certains ennemis, ni les plateformes pour sauter….).

Bande son :

Au niveau des musiques, il n’y a pas beaucoup de variantes ( : une bande sonore par territoire + une pour les boss).
Les bruitages et différentes répliques courtes (en français) nous aident à nous mettre dans l’ambiance, mais deviennent vite barbants… Lorsque l’on attrape un objet, nous avons droit à un « Force des éléments » en forme de jingle (et pour rappel, il y a 17 objets à récupérer par monde….). Ou alors, les personnages principaux parlent également à n’importe quel moment et par exemple nous subissons des « J’en appelle aux vents » trop souvent à mon gout.

Conclusion :

Le jeu est principalement destiné aux jeunes enfants qui apprécient la série animée. Cependant, le jeu est déconseillé au moins de douze ans…
On en retiendra une aventure assez riche (modes, actions, animations, petits jeux) et conviviale. J’ai noté quelques bugs, mais rien de vraiment gênant.

La réalisation n’est pas parfaite, mais le jeu reste un bon divertissement pour les enfants (et leurs copains, en mode coopération).
Pour les autres (adultes et geeks), passez votre chemin si vous ne jouez pas avec un enfant… Vous risquez de vous ennuyer et de ne pas apprécier le jeu (notamment au niveau graphique et jouabilité).