Test Zone of the Enders HD Collection | Xbox 360

2001, c’est l’année à laquelle les joueurs de Playstation 2 ont pu voir débarquer le premier opus de Zone of the Enders. Un jeu d’action pas tout à fait comme les autres car signé de la main du mythique Hideo Kojima. La série de robots du célèbre papa de Metal Gear a-t-elle toujours son mot à dire ? Voici notre avis sur Zone of the Enders HD Collection dans sa version Xbox 360 !

Scénario

Le premier Zone of The Enders prend place au XXIIème siècle, dans la station orbitale Antilla, située aux abords de Jupiter. Le jeu débute alors que les Enders, habitants de la station, subissent une attaque des martiens venus convoiter un mystérieux robot de combat, l’Orbital Frame Jehuty.

La suite, Zone of The Enfers : The 2nd Runner (ou Anubis: Zone of the Enders) se déroule peu de temps après le premier épisode. On y incarne un tout autre personnage, Dingo Egrett, mineur sur Callisto.
Pour ne pas inutilement spoiler, contentons-nous de dire que ce second épisode offre un parti-pris plus adulte que le premier, et bien plus épique également.

Graphismes

Le lifting HD est plutôt réussi ingame, en particulier pour le second épisode qui bénéficie toujours de son petit filtre cel-shading qui rend l’ensemble bien plus vivant. On sera beaucoup moins enthousiastes en ce qui concerne les scènes cinématiques du premier épisode. En plus d’avoir particulièrement mal vieilli esthétiquement et techniquement parlant, elles se payent le luxe d’être floues. Le constat est différent avec la seconde mouture dans laquelle les cinématiques en dessins animés ont plutôt bien passées le cap de la décennie.

A noter que les deux jeux sont plutôt fluides même si on notera quelques petits essoufflements du frame-rate à certains moments, ralentissements déjà présents sur les versions originales d’ailleurs. On aurait quand même aimé un peu plus de soin à ce niveau-là.

Son

La partition sonore était déjà un point fort de la série sur PS2, les choses n’ont pas changé dans cette version HD. On retrouve avec un certain émoi les thèmes électro-orchestraux qui ont marqué nos esgourdes il y a une dizaine d’années, et on ne s’en plaindra pas.

Par contre, comment ne pas être déçus de constater que seules les voix en anglais sont disponibles sur la galette ! C’est d’autant plus gênant que le doublage anglais n’est clairement pas le point fort des deux titres, en particulier Leo qui écope d’une voix des plus crispantes.

Gameplay

Le robot de combat Jehuty se manie avec une très grande aisance. Il est possible d’accélérer ses déplacement avec la gâchette droite, ce qui permet dans le même d’effectuer des esquives assez classieuses, il faut bien le dire. Des esquives qui se révéleront par ailleurs vitales contre des groupes de belligérants et la plupart des boss où la simple défense suffira rarement.

Les options offensives sont plutôt intéressantes : attaque de mêlée, tir à distance, rayons téléguidés (en faisant une accélération), chope d’un ennemi, utilisation d’armes secondaires. Le second épisode apporte même quelques réjouissances supplémentaires comme la possibilité d’attraper des objets pour s’en servir comme protection ou comme arme.

Alors que le premier épisode nous offre un semblant de liberté en nous faisant faire des aller-retour entre les différentes parties de la station orbitale, le second nous propose d’enchaîner les missions, ce qui se révèle au final bien plus efficace.

Durée de vie

Il faudra compter une bonne dizaine d’heure pour venir à bout des deux épisodes. C’est assez peu d’autant qu’on ne voit pas les heures passer (c’est surtout le cas du second épisode). A noter les 5 niveaux de difficulté qui permettront aux plus aguerris de se faire plaisir et chopper quelques ronds de sueur sous les bras contre les boss les plus déchaînés.

Enfin, histoire mise à part, il est également possible de jouer à un mode versus assez anecdotique dans le second épisode.

Conclusion

Vous l’aurez sans doute déjà compris mais cette compilation vaut surtout pour l’excellent second épisode, bien supérieur à son prédécesseur sur tous les points. Portage un peu fainéant sur les bords (du point de vue de la technique et du contenu tout du moins), ce Zone of The Enders : HD Collection aura néanmoins le mérite de remettre sur le devant de la scène une (courte) série assez injustement restée dans l’ombre de la saga MGS.

Acheter Zone of the Enders HD Collection :